ERASE - May I Sin ? (Buil2kill/Audioglobe) - 30/01/2012 @ 08h23
Les Vseurs et Vseuses à l'œil fripon avaient certainement remarqué cette pochette pleine de nichons et de bubble gum récemment passée dans nos news. Franchement je la trouve fort jolie cette petite rouquine, et son décolleté est vraiment des plus charmants. Une bien belle illustration pour accompagner le titre de l'album "May I sin ?", collant à merveille avec une certaine idée de la luxure et du péché de chair. Cela écarte directement le côté putassier ou racoleur des intentions du groupe... ERASE n'est pas comme ça.

Né en 2008, ce groupe italien a commencé sa carrière avec un 4 titre sobrement intitulé "Erase E.P" avant d'enregistrer ce premier album aux Automa Studios et laisser le soin de réaliser le mastering à Alberto Cutolo des Massive Arts Studio.
Définissant sa musique comme une fusion des différentes expériences des musiciens, ERASE propose un Metalcore des plus communs, fleurtant les trois quarts du temps avec la banalité la plus ennuyeuse.
Bien que venant de la botte, ce "May I Sin" sent l'Amérique à plein nez... à tel point qu'au bout de deux trois titres, l'odeur de hot dog commence à devenir gênante.
Si l'originalité n'est pas au rendez-vous, l'efficacité, elle, n'est pas arrivée en retard.
Refrains calibrés et rapidement mémorisables, riffs taillés pour le headbanging, rythmiques simples et directes... c'est pas avec ERASE que vous allez choper mal à la tête en essayant de comprendre ce qui se passe.
On ne pourra pas reprocher grand-chose à la technique des musiciens pas plus qu'au son général de l'album (excepté la batterie qui a vraiment un son épouvantable). L'ensemble est carré et je crois qu'ERASE est arrivé sur cet album à poser les bases de son identité musicale. Si leur but était de faire comme tous les autres groupes de la vague Metalcore, c'est une réussite totale.

Car à l'exception de "My mirror" et de "Demons", au bout de trois ou quatre chansons on finit par ne plus faire attention à ce qui se passe sur ce "May I Sin". Toutes construites avec le même ciment, les chansons sont toutes basées sur un mid tempo remuant garnis de mélodies sirupeuses et de guitares qui semblent avoir été recouvertes de soda ultra calorique. Faussement agressive et jamais vraiment posée, la mixture des ERASE sonne comme des milliers d'autres combos du même style.
Non pas que le groupe joue mal ou que les musiciens aient les doigts palmés (on note même quelques riffs qui envoient bien le bouzin !) mais dieu qu'on se fait chier !
Les mélodies ne sont pas si pourraves que ça et le chanteur chante plutôt juste. C'est juste qu'en essayant de jouer ce qui fait le succès des "gros" ERASE devient du coup "petit" et oublie ce qui ferait sa personnalité. La recherche "du refrain qui tue" finit par être un peu relou. ERASE fait plutôt bien son boulot mais en le faisant trop comme tout les autres, ce « May I sin » devient dispensable et vite oublié... une jolie paire de loches n'aide pas à faire passer un album indigeste.


Rédigé par : Pamalach | 09/20 | Nb de lectures : 12183




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker