ENTRAILS - Obliteration (Metal Blade) - 11/06/2015 @ 07h55
Depuis leur retour en 2008 les suédois continuent leur petit bonhomme de chemin en se rappelant très régulièrement à notre bon souvenir, car en seulement six années c’est déjà le quatrième album du combo (et sans compter les Split et la compilation des démos sortie l’an dernier), qui voit de nouveau un mouvement de personnel, car le guitariste Mathias Nilsson a quitté le navire et se retrouve remplacé par un jeune inconnu nommé Pontus Samuelsson, mais cependant ça ne change rien à la direction musicale car Jimmy Lundqvist reste le principal compositeur et cela va s’entendre tout du long de cette nouvelle offrande. Car en effet on reste dans du 100% death suédois à l’ancienne, bien lourd et gras (où règne l’influence des ENTOMBED, GRAVE et DISMEMBER) mais cependant la formation de Linneryd n’a jamais bénéficié de l’aura et de l’impact de ces derniers et fait encore aujourd’hui plutôt office de second couteau (certes de très bonne qualité) sur la scène locale. Car bien que n’ayant jamais sorti de mauvais disques il a toujours manqué à cette dernière un petit quelquechose pour franchir le cap qui sépare le très bon de l’excellent ou celui du recommandé à hautement indispensable.

Du coup on peut espérer logiquement que ce nouvel album sera celui qui va les faire grandir, et tout commence pour le mieux avec « No Cross Left Unturned » où l’on entend souffler le vent ainsi que des cloches sonnant le glas qui servent d’introduction avant un déluge de vitesse (avec du blast en alternance) et de riffs aiguisés où les musiciens sont à l’unisson, et où une partie plus lourde permet de ne pas tomber trop rapidement dans la redondance. C’est absolument sans surprise, d’un classicisme absolu mais ça sonne particulièrement bien et cette ouverture met vraiment en appétit (tout cela mis en avant par une production impeccable et propre signée une nouvelle fois Dan Swäno). La suite est tout aussi intéressante avec le monstrueux « Epitome of Death » à cheval entre le style favori de la bande à L.G Petrov et la lourdeur de HAIL OF BULLETS (accentuée à la fin par l'influence notable de "La marche funèbre" de Frédéric Chopin, et par ce bruit de bottes qui marchent en rang serrés), ce qui fait de cette compo un véritable régal auditif qui permet de headbanguer à fond, et on peut dire la même chose de « Beyond The Flesh » avec ses riffs très glauques où la priorité est donnée au mid-tempo (même si quelques passages ultra-rapides sont là pour plus de variété) et qui est un vrai coup de maître montrant que le quartet sait aussi être efficace quand il ralentit le rythme. Après cela les très lourds et classiques « The Grotesque » et « Obliterate » nous montrent des titres sympathiques et remuants tout comme une des autres tueries de ce disque l’ultra-court et varié « Skulls » qui commence par un bruit de tapis de bombes (et qui se voit là encore influencé par BOLT THROWER et les formations de Martin Van Drunen) et montre la palette musicale acérée des suédois.

Cependant (et comme d’habitude devrait-on dire) le niveau et l’intensité des morceaux va s’étioler petit à petit, car si cette première moitié est fort réussie la seconde sera moins inspirée et beaucoup plus mollassonne. Entre des morceaux répétitifs et linéaires (« Midnight Coffin » et son refrain répété jusqu’à plus soif, ou « Bonestorm » qui est inutilement trop étiré) et d’autres très moyens (« Re-Animation of the Dead » et « Berzerk »), le tout conjugué à un ralentissement notable du tempo qui doit ennuyer ferme Adde Mitroulis derrière sa batterie tant son jeu reste plat. Mais finalement il sort quand même de sa torpeur et de son sommeil avec le très bon « Abyss of Corpses » qui redonne de l’intérêt à cette deuxième manche et qui sans être mauvais reste relativement anodin comparé aux compos du début. Heureusement l’excellente reprise de leurs compatriotes de HEAVY LOAD (groupe culte de Heavy-Metal ayant sorti 3 albums entre 1978 et 1983) permet de finir sur une bonne note, aussi bien musicale qu’au niveau de l’hommage.

Bref on ressort un peu partagé et déçu au bout de ses 51 minutes car on y trouve de tout mais hélas plus de remplissage qu’auparavant même si cela reste d’un niveau correct (malgré qu’on soit en droit de réclamer plus et mieux vu le niveau des mecs) notamment grâce aux premières compos qui déchirent, ce qui permet à ce disque d’avoir quand même une note convenable, car sans ça on aurait pu dire sans problème que cette sortie était la plus faible et la moins convaincante depuis leur « retour » il y’a quelques années, et de ce fait on se dit qu'un EP aurait sans doute été préférable au vu de la densité générale. En tout cas ça n’est pas avec ce « Obliteration » qu’ENTRAILS va monter d’un cran dans la hiérarchie suédoise, il reste un bon outsider certes, mais est encore trop juste pour devenir un des leaders de cette scène très concurrentielle, relevée et convoitée par de nombreux jeunes loups aux dents longues.




Rédigé par : GabinEastwood | 14/20 | Nb de lectures : 8479




Auteur
Commentaire
Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 11/06/2015 à 09h49 - (116961)
Alors cet album est bon (quel son !! et les compos miam et puis la pochette bon sang !) mais alors oui il est un tout petit peu trop long ce qui fait que l'attention décroche parfois. Ils auraient gagné à faire plus court...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker