ENGRAVED DISILLUSION - The Eternal Rest (Bored Stiff) - 12/05/2015 @ 07h32
Au milieu de tous les promos de seconde zone que nous recevons, il nous arrive de tomber sur une bonne surprise, bien que cela ne soit pas suffisant pour mettre le disque en question à la même hauteur que d’autres coups de cœurs plus personnels. En 2012 j’avais alors chroniqué assez « banalement » le premier album des anglais d’ENGRAVED DISILLUSION, qui nous offrait un bon mélodeath 90’s. Sur le moment, ça s’arrêtait là, mais je n’imaginais pas que sur la durée ce « simple » promo estampillé Championship tournerait autant et prendrait finalement une autre tournure, plus globale, que le contexte d’un promo chroniqué le temps d’une après-midi. Car ENGRAVED DISILLUSION est devenu depuis avec d’autres formations (françaises même, FRACTAL GATES et FALLEN JOY), le porte-étendard d’un mélodeath traditionnel voire « old-school », qui a remis en place tout ce qui faisait le charme du style dans le milieu des années 90, des riffs, des mélodies, un unique chant arraché et encore des mélodies, le tout bien loin de la modernité incongrue de certaines formations souvent trop « mainstream » qui usent et abusent de chants clairs et de claviers en tout genre. Le retour à la période faste des IN FLAMES, DARK TRANQUILLITY et AT THE GATES, avec aucune autre ambition que de faire des morceaux structurés et typés comme à l’époque, en capitalisant sur des riffs simples et surtout un paquet de mélodies toutes plus entraînantes les unes que les autres. Embers Of Existence, bien que classique et disposant encore d’une importante marge de progression, méritait probablement plus que 15/20 dû à la particularité de contexte, sachant qu’en 2012 on n’en faisait plus du bon mélodeath 90’s de cette facture, et deux ans plus tard malgré quelques disques remarqués et le retour en force de la légende AT THE GATES, on en fait hélas pas beaucoup plus. Embers Of Existence aurait donc mérité une bien meilleure mise en avant, malgré mes efforts et ceux de certains de mes collègues ce petit mais non moins excellent album n’a pas franchement eu la renommée et l’aura qu’il méritait eu égard à la vision du mélodeath qu’il proposait, alors que tout le monde pleure sur ce que fait IN FLAMES actuellement et que les derniers disques de AT THE GATES et DARK TRANQUILLITY ne font pas l’unanimité…

Deux ans plus tard, le tant attendu second album d’ENGRAVED DISILLUSION devrait donc permettre à la formation anglaise, menée par les deux gratteux Toby Stewart et Marc Matthews, de se faire un véritable nom. Même si le groupe vogue encore entre l’autoproduction et petits labels inconnus (passant de Skratch The Surface à Bored Stiff), et même si des changements de line-up ont été opérés dont le toujours délicat changement de vocaliste, le groupe va devoir se montrer au grand jour et monter sur le podium du mélodeath 90’s fait dans les 2010’s. Mais le groupe a tout d’abord fait le choix d’évoluer, ce qui est bien normal après tout, au risque de saborder ce qui faisait le charme de Embers Of Existence. Aussi, dès la sortie du premier single "Embrace the Flames", on remarque que ça risque de coincer : ENGRAVED DISILLUSION a malheureusement « profité » du changement de chanteur pour nous proposer des refrains en chant clair. S’ils sont tout à fait corrects, on aurait quand même préféré que le groupe reste dans les schémas vocaux plus classiques de Embers Of Existence, surtout et hélas qu’en termes de chant hurlé, Matthew William Mead est bien en-dessous de Chris Pugsley. C’est dommage, mais l’intérêt de ENGRAVED DISILLUSION et de The Eternal Rest se situe ailleurs. Si le single laissait penser que le groupe allait pencher vers la modernité, presque comme un DARK AGE, l’ensemble de l’album nous rassure sur les intentions profondes du groupe. Oui, les particularités du mélodeath 90’s sont toujours là, The Eternal Rest est même encore plus mélodique que son prédécesseur et de ce côté, ENGRAVED DISILLUSION continue à exceller.

En 52 minutes, le groupe anglais continue à nous livrer des mélodies transcendantes par paquet de douze, de quinze même, c’est le disque du déstockage gros lots. Passé le très aérien "Embrace the Flames" précédé de son intro atmosphérique, Toby Stewart et Marc Matthews se lâchent. Les rythmiques incisives sont du coup plus discrètes que par le passé, mais au niveau des leads, il y a de quoi faire le temps que d’autres groupes de mélodeath nineties émergent. Le départ et l’enchaînement central de leads de "Lost", la quasi-intégralité des leads de "Curse the Sorrow", les mélodies subtiles de "Into Oblivion", l’explosion mélodique de "Echoes from A Silent Sky", l’étalage sur le grand final "The Eternal Rest"… je pourrais presque tout citer, niveau mélodies il n’y a tout simplement rien à jeter sur The Eternal Rest, même si certains passages sont classiques Toby et Marc en ont dans les doigts pour nous livrer le lead 90’s qui tue. Hélas et encore hélas, on retiendra donc surtout cette magnifique collection de mélodies car pour le reste, The Eternal Rest est un album assez linéaire, où il est difficile de dégager un tube et où des longueurs apparaissent bien vite (surtout quand 4 morceaux dépassent 6 minutes). ENGRAVED DISILLUSION n’a pas vraiment progressé sur la forme, bien que la production soit parfaite pour le style, et a légèrement évolué sur le fond avec plus ou moins de réussite. A l’instar de Embers Of Existence, The Eternal Rest est donc un très bon album de mélodeath 90’s, mais une nouvelle fois ça s’arrêtera là, et le groupe doit désormais vraiment passer à la vitesse supérieure pour se démarquer, en construisant des morceaux plus marquants, tant que Toby et Marc sont dans leur meilleure forme en ce qui concerne les leads, qui une nouvelle fois transpirent les nineties par tous les pores. The Eternal Rest n’est hélas pas le chef-d’œuvre annoncé, ne serait-ce qu’à cause de son changement de chanteur et de sa linéarité, mais comme toujours il s’agit surtout de prendre du plaisir à l’écoute de ce mélodeath résolument 90’s bien fait, surtout au niveau des mélodies, qui demeure une denrée rare à l’époque où la plupart préfèrent s’engager dans une voie plus moderne. Maintenant qu’AT THE GATES a rouvert des portes, il est temps que des formations en reviennent aux grandes traditions, et ENGRAVED DISILLUSION a toujours le potentiel pour devenir un grand groupe de mélodeath « old-school ».




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 7876




Auteur
Commentaire
DrSven
Membre enregistré
Posté le: 12/05/2015 à 17h34 - (116680)
Une vraie déception de mon côté. Le chant clair est omniprésent et sacrément dégueu et cliché, le growl est plus que moyen, et les morceaux sont terriblement répétitifs...
Alors certes, il y a toujours quelques très bonnes lignes de gratte, mais c'est peu par rapport au précédent qui m'avait enchanté!

Bref...
8/20 pour moi, et un sacré gâchis au final!



JTDP
Membre enregistré
Posté le: 14/05/2015 à 18h26 - (116694)
Je ne serais peut-être pas aussi catégorique que DrSven, mais il est vrai que cet album est également une déception pour ma part.

Si, en effet, les lignes mélodiques sont toujours aussi bonnes pour la plupart, le chant clair gâche un peu tout. En fait avec leur premier album je m'étais dit "chouette enfin du melodeath sacrément bien foutu et jouissif et sans chant clair en plus !!!". Et là je me dis "ah merde ils z'ont mis du chant clair les cons. Bon c'est bien foutu mais merde ! Ya du chant clair quoi !".
Alors c'est sûr ça fait un peu ayatollah du growl, mais je trouve que ce chant ne leur apporte rien ici, au contraire. A l'inverse d'un Insomnium par exemple où là ça passe beaucoup mieux car bien utilisé.

On finit par ce dire que ouais c'est un cool album mais avec un arrière goût désagréable...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker