EL CACO - Hatred, Love and Diagrams (Indie/Season of Mist) - 02/03/2012 @ 09h56
Le groupe norvégien EL CACO trace sa route, sans se soucier du temps qui passe ou des saisons qui témoignent du flétrissement de bien des stars du Rock, aujourd’hui dépassées par l’époque dans laquelle elles se meuvent. Car c’est depuis 2001 que EL CACO (à dire avec une voix de perroquet, c’est plus rigolo. Ca fera même rire les copains!) sort des albums avec un rythme quasi métronomique (2001, 2003, 2005, 2007, 2009, 2012. Pas mal). Information complètement inutile qui m’avait échappé lors de la chronique de «The Search» (2005), le manager du groupe est un ancien footballeur défenseur professionnel et a même joué au Mans au MUC 72 (clin d’œil spécial à mon pote Gildas! Peau de Poulet!). Je suis impressionné!

Le trio scandinave propose un Metal-Rock assez bien foutu, entre TOOL et DEFTONES (les deux influences majeures citées judicieusement par bien des chroniqueurs). Je citerai également A PERFECT CIRCLE et COHEED AND CAMBRIA. Les influences Stoner sont toujours présentes, en particulier pour le son de gratte. Pour ce sixième album en date, la production est claire et concise (distorsions contrôlées, basse à l’attaque nette, etc) et les arrangements respirent la maturité. C’est frais, dynamique, vitalisant et détient son lot de bonnes surprises. Le premier titre «After I’m Gone» est groovy, rentre-dedans et bien agréable de bout en bout. C’est une intelligente entrée en matière qui nous fait tendre l’oreille en attendant le deuxième titre. Beaucoup plus digérées que précédemment, les influences semblent être un outil porteur qui permet à EL CACO de s’imposer un peu mieux. La deuxième piste «Hatred» ressort étrangement les influences Metal-Gothic, PARADISE LOST en tête. Le son et le chant ressemblent étrangement au groupe de UK. C’est déjà ce qui m’avait surpris avec les précédents albums de EL CACO: cette capacité – plutôt considérée comme un défaut dans la plupart des cas – à changer d’humeur et de cadre en cours de récitation. Les autres titres font également varier le propos, passant d’une humeur maussade à une ambiance énergique, entre Rock US et Punk des familles. Un changement de tempo et de couleur qui passe mal par instants. Encore une fois, c’est le manque de cohésion qui pèche sur la longueur. Dommage, car certains passages sont vraiment excellents.

http://www.elcaco.com - 142 visite(s)


Rédigé par : DeadStar | 13/20 | Nb de lectures : 11776




Auteur
Commentaire
Zero
Membre enregistré
Posté le: 03/03/2012 à 12h33 - (100824)
...groupe découvert via le jeu "The Darkness" sur PS3...les morceaux déjà entendus étaient sympas sans être hyper originaux...je jetterai une oreille attentive sur celui-ci...



Zero
Membre enregistré
Posté le: 03/03/2012 à 18h40 - (100830)
...je viens d'écouter les morceaux en streaming, et effectivement même si le style est hyper balisé, le son beaucoup plus clinique qu'avant, je ne peux m'empêcher d'accrocher...bonne (re)découverte de ce groupe pour ma part...



Zero
Membre enregistré
Posté le: 03/03/2012 à 18h40 - (100831)
...je viens d'écouter les morceaux en streaming, et effectivement même si le style est hyper balisé, le son beaucoup plus clinique qu'avant, je ne peux m'empêcher d'accrocher...bonne (re)découverte de ce groupe pour ma part...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker