ELECTRIC CITIZEN - Sateen (Riding Easy) - 11/09/2014 @ 07h34
Avouons-le, à chaque fois que le label Riding Easy Records nous propose de découvrir une de leurs nombreuses et enivrantes sorties, on en frétille par avance. Jugez par vous mêmes : Salem’s Pot, Monolord, Spiral Shades, d’autres à venir comme les excellents The Picture books, la liste est longue des groupes composant le superbe catalogue de ce jeune label.

Alors quand on reçoit un nouveau lien pour télécharger ce que le label qualifie comme une nouvelle référence du doom 60’s venu tout droit d’Ohio, on salive d’office. Marchant sur les plates bandes de Blood Ceremony, pour citer un groupe récent, ou Jefferson Airplane et Pentagram (si, si on peut mettre les deux dans une même phrase), pour en citer de plus anciens, le groupe ne manque clairement pas d’arguments. Une base rythmique solide, des solos hypnotiques, une chanteuse charismatique, un orgue Hammond utilisé parcimonieusement, le groupe impose directement son style dans le rock psyché de la côté ouest des Etats-Unis et le début du doom metal de tout bord des années 70. Et si on en juge par la liste des groupes pour lesquels ils ont ouverts (Spirit Caravan, The Sword, Fu Manchu et bientôt Wolfmother) on a du mal à croire qu’Electric Citizen existe seulement depuis un an.

Une écoute approfondie de leur premier album Sateen est cependant très révélatrice de leur prématurité. Trois morceaux sont clairement des petits chefs d’œuvres : "Hawk Nightingale", "Light Years Beyond" et "Burning In Hell" mais on en notera quelques autres bien patauds disposant de riffs maintes et maintes fois éculés. "Beggar's Need", "Queen of Persuasion" tirent clairement l’album vers le bas tandis que "Shallow Water", en dépit d’une bonne ambiance, a plutôt tendance à faire bailler que taper du pied. Et si on veut être un peu plus acerbe, on pourra rajouter qu’en dépit d’un charisme évident précisé plus haut(il suffit de zieuter quelques lives sur le net), la chanteuse du groupe Laura Dolan ne dispose pas d’une voix exceptionnelle. Parfois en retrait dans le mix, il est à parier que ses capacités y sont pour quelque chose.

Nous avons donc au final un album en demi teinte alors qu’il aurait clairement pu toucher du doigt l’excellence. Nous sommes d’autant plus dur avec le groupe tant les promesses qui l’entourait étaient grandes après l’écoute de leur premier EP, Light Years Beyond il y a quelques mois. Dommage car les trois morceaux cités plus haut ne devraient passer à côté d’aucune oreille…


Rédigé par : Madrigal | 13.5/20 | Nb de lectures : 10463




Auteur
Commentaire
JTDP
Membre enregistré
Posté le: 11/09/2014 à 11h26 - (113511)
On peut également citer Hornss dans le catalogue Riding Easy, qui n'est pas moins talentueux.

JTDP
Membre enregistré
Posté le: 11/09/2014 à 12h45 - (113512)
Après écoute la chronique est assez juste (et très bien écrite au passage...). Il est vrai que les trois titres mentionnés sont des vraies perles dans le style et que le reste paraît bien fade en comparaison, même si les morceaux sont loin d'être mauvais.
Concernant la voix, effectivement en live ça n'a pas l'air d'être vraiment ça...

gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 11/09/2014 à 16h31 - (113514)
Très mimi.



zozo
Membre enregistré
Posté le: 15/09/2014 à 22h24 - (113632)
Je me tâte, je me tâte...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker