EGONAUT - Deluminati (Mighty/La Baleine) - 25/11/2015 @ 07h32
« Un bon chroniqueur doit savoir tout chroniquer » disait un illustre ancien rédacteur de VS. Je dois une nouvelle fois m’y plier en volant au secours de ce 3ème album de EGONAUT, groupe suédois existant depuis 10 ans qui donne… dans le Hard Rock. Ce qui n’est pas franchement ma tasse de thé mais soit après écoute d’un extrait intéressant. D’ailleurs je dois déjà avouer que leur précédent effort, Mount Egonaut (2013), m’a bien plu après écoute sur un célèbre site de streaming (légal), notamment son single d’ouverture très couillu "Crawl", mais la suite demeurait dynamique, au sein d’un Hard-Rock inspiré et légèrement metallisé (tout de même). Avec un orgue fort remarquable dans son art, EGONAUT évolue donc dans un registre Classic Rock / Hard Rock Seventies plutôt que de faire du AC/DC. Ce qui amène de l’intérêt et des variations. Après une « signature » chez Mighty Music bien décidé à ne jamais produire deux fois la même chose, revoilà le quartet suédois pour son 3ème album, Deluminati.

Et après un Mount Egonaut assez accrocheur et efficace, EGONAUT a choisi de légèrement changer son fusil d’épaule. Parti d’aspirations Stoner, le groupe va ici plutôt affirmer son penchant Heavy/Doom. Deluminati m’apparaît d’ailleurs comme un mix entre (à la (grosse) louche) DEEP PURPLE et BLACK SABBATH. Le tout fortement remis au goût du jour grâce à une production très moderne, même si le grain des instruments ou du chant reste typique de tout ce qui est d’obédience 70’s dans le Heavy/Hard Rock. EGONAUT n’hésite même pas à utiliser des compos plus modernes, notamment au sein de "Iustitia Infernalis", mais globalement ce sont les éléments Classic-Hard-Heavy-Doom-Rock qui prédominent assez largement. L’excellent morceau d’ouverture, "The Declaration", nous montre toutes les capacités et l’inspiration des suédois, avec des riffs entraînants, un chant de qualité et un orgue qui conduit le tout avec brio. Sans atteindre le mysticisme des références du Heavy/Doom, EGONAUT arrive bien à poser une ambiance, tout autant qu’il arrive à se montrer tubesque avec des chœurs bien sentis pour le refrain. "From the Coals" poursuit dans cette lignée dans une version plus mélodique, avec des riffs à la fois incisifs et lourds et un chant heavy décidemment maîtrisé (de même que les solos). "The Beholder", "Iustitia Infernalis" ou encore "Threescore and Ten" sont ensuite plutôt dynamiques et bavards mais pour le reste, le groupe abaisse encore le tempo, surtout par rapport à l’album précédent. "Pariah" voit alors EGONAUT plonger dans un Heavy/Doom-Rock assez sombre, seulement éclairé par le chant et les envolées d’orgue. "Hex", très Doom, me fait carrément penser à du CANDLEMASS, de même que "Acheron" mais dans une version un peu plus efficace. Et classiquement, Deluminati va se terminer par un morceau plus posé mais néanmoins sombre, "Waypoints".

Après il est clair qu’EGONAUT ne se distingue pas par son originalité et que les influences se sentent à des kilomètres. Deluminati apparaît donc parfois répétitif et en 47 minutes, certains passages sont un peu anecdotiques. Mais des surprises sont au rendez-vous, notamment lorsqu’au détour de "Hex" ainsi que de "Threescore and Ten", on croise… des growls ! Enfin, la surprise c’est surtout la qualité de ce groupe, proposant un Classic Hard-Rock teinté de Heavy/Doom très bien fait et maîtrisé, pour un groupe qui dans l’absolu mérite mieux que d’être coincé dans la seconde division de Mighty Music. Si les suédois sont probablement capable de faire encore mieux à défaut de faire quelque chose de plus personnel, sachant que le style est assez balisé, Deluminati est tout de même un bien bon album. Bonne prod, bons riffs, bon chant, bons orgues, bonne ambiance, tout est réuni pour faire de Deluminati un bon album du style, qui ne se cantonne pas au passéisme et élargit un peu l’univers du « Hard Rock » même si les tendaces Heavy/Doom n’ont rien de surprenant. J’aurai même envie de conseiller EGONAUT à ceux qui trouvent GHOST trop « pop ». Bref, je ne suis pas un expert dans le style mais ce disque est de qualité, et tout amateur de Hard Rock 70’s qui tend vers le Metal n’ayant pas peur d’un peu de modernité par moments, devrait se pencher sur le nom d’EGONAUT (le précédent album y compris) pour peut-être y trouver une sympathique révélation.



http://www.egonaut.se - 99 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 7473




Auteur
Commentaire
ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 25/11/2015 à 15h25 - (118794)
J'ai adoré cet album ! Une bombe de pur Heavy 70's, un Ghost plus méchant, un Candlemass plus Rock'n'Roll. Certes,c'est balisé mais c'est super bien foutu.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker