EDINBURGH OF THE SEVEN SEAS - Inlandsis (Saka Čost) - 26/04/2016 @ 07h29
La guitare est un bel instrument duquel on peut a peu près tout tirer. « Inlandsis » est, quelque part, une très belle ode à cet instrument à six cordes parfois galvaudé par des guitar hero sans âme ou autres branleurs de manche et éjaculateurs précoces de notes en pagailles. Ici, la guitare est au centre de tout, elle st tout et se dévoile dans toute sa versatilité pour créer des atmosphères désolées, éthérées, vastes, inexplorées, sauvages, calmes, rugueuses ou apaisées. EDINBURGH OF THE SEVEN SEAS, c’est Florian Mallet, guitariste de Mudbath. C’est aussi autre chose mais pour cela, google est votre ami. EDINBURGH OF THE SEVEN SEAS est un voyage. Ou plutôt des voyages. L’un dans le lointain qui évoque tout à la fois, la mer, les côtes rocheuses et volcaniques, le brouillard, la brume, la solitude de l’être humain face à ce grand tout qu’est la nature indomptée. L’autre dans les tréfonds intérieurs de soi, de son cœur, de son esprit. Un voyage au centre du moi. C‘est en parlant de lui qu’EDINBURGH parle de tous.

Le projet, basé en partie sur des bases shoegaze, expérimentations guitaristiques et postrock déstructuré ne fait appel à rien d’autre qu’une guitare et des tonnes de pédales d’effets divers et variés. Avec une basse aussi, parfois, peut-être, qui apporte un peu de profondeur. Aucune section rythmique pour donner le tempo, tout, ou presque, passe par les six cordes de la guitare. Ce qui laisse admirer la technique du bonhomme. Pas une démonstration à la Malmsteen mais une présentation dans la retenue et la grande difficulté de la simplicité, toujours tournée vers la réussite du projet « Inlandsis ». Rien n’est plus difficile que les choses simples.

« Eblouis par ces voiles de brumes » ouvre l’album de fort belle manière, plongeant directement, tête la première dans un spleen profond et mélancolique qui nous fait penser aux plus beaux moments de Mono, dans son jeu de guitare et son atmosphère globale. Mais là ou les japonais misent tout sur la limpidité de leur son, EOTSS joue sur l’épaisseur et la touche vaporeuse de la reverb. Étranges sensations que celles procurées par ce son, comme hanté de l’intérieur, au plus profond. « Hanté » est le terme le plus approprié pour décrire ce disque. Dès les premiers instants, le spleen et une mélancolique froideur nous envahit tout entier et nous emporte dans le voyage qu’est « Inlandsis ». « Inlandsis », le morceau le plus long du disque en est aussi la pièce centrale et se démarque par sa construction plus orientée post rock « classique » qui rompe légèrement avec la contemplation du reste du disque. « Cette Terre ou l’eau est Noire » frappe par la sécheresse et la pureté de ses arpèges là où « Aero Nef », avec ses arpèges fous et vifs apportent une petite touche de chaleur, la seule, au disque. « Profonde Ivresse » propose un son tout à fait aquatique, comme si le son provenait directement de la mer, hanté par les chants de sirènes tristes et des baleines mélancoliques.

« L’effondrement du temps » démarre par un riff presque depressive raw black metal à la Brouillard ou J’ai Si Froid avant de se réchauffer grâce à une guitare plus apaisée qui apporte la lumière tel le rayon de soleil qui, l’espace de quelques instants de grâce, perce une épaisse couche de nuages. « Inlandsis », dans l’évocation glacée de la beauté de la désolation, rappelle tout à la fois, en termes de sensations pures, et rien d’autre, Sigur Ros ou Death In June. Porté par son apparente simplicité, son dénuement et, quelque part, sa grâce, EDINBURGH OF THE SEVEN SEAS frappe directement au cœur et nous emporte vers un long, triste et beau voyage au cœur, tout à la fois, de l’infiniment grand et de l’infiniment petit qu’est l’âme humaine.
"Heureux qui, comme Ulysse..."



Ecouter. Télécharger. Acheter. - 69 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 16/20 | Nb de lectures : 6112




Auteur
Commentaire
Seruum
Membre enregistré
Posté le: 26/04/2016 à 11h44 - (119920)
Le morceau en écoute me fait penser à du *Shels. Plutôt cool.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker