DYSCARNATE - And So It Came To Pass (Siege of Amida/Season of Mist) - 01/08/2012 @ 08h33
Parfois, il n’y a pas besoin de faire un truc foncièrement original pour se faire remarquer. Enfin un peu quand même. Le trio anglais DYSCARNATE formé en 2004 l’a bien compris. Les trois gars aux cheveux courts (des impies) ont utilisés avec brio leurs influences pour nous concocter une mixture plutôt efficace, donnant naissance à du Death/Thrash moderne très couillu. Si certains avaient vanté leurs louanges à la sortie de leur premier album en 2010 (Enduring The Massacre), j’avais loupé le train et ce n’est qu’avec leur deuxième méfait, And So It Came To Pass, que je découvre le combo. D’ailleurs j’ai bien du mal à m’écouter convenablement Enduring The Massacre tant je trouve que son successeur le surpasse en tous points. Tout est réuni pour nous donner au pire un très bon album, au mieux une des surprises voire des révélations de cette année 2012.

Tout aussi « classique » qu’il peut paraître, le style de DYSCARNATE est quand même assez particulier. Car nous avons ici la collusion d’un BEHEMOTH qui serait passé à la moulinette riciane (pourtant le groupe est anglais), avec du Thrashcore façon CHIMAIRA ou encore du Hardcore-Metal plus classique, ainsi que des groupes de Death moderne qui dépotent comme MISERY INDEX, CATTLE DECAPITATION ou encore TRIGGER THE BLOODSHED. Pas de véritables influs grind pour autant, And So It Came To Pass se veut même assez lourd, et bien plus -core qu’il n’y paraît. Les rythmiques sont simples (mais pas simplistes) et surtout, particulièrement percutantes. Et le groupe sait varier son propos vu qu’il nous gratifie de changements de tempo savamment bien placés, avec des accélérations qui te prennent à la gorge, avant de repartir vers des assauts bien plus pesants. Par-dessus le tout, nous avons une alternance entre vocaux death éraillés à la Nergal et hurlements à la Mark Hunter. Rien de bien original là-dedans, mais c’est bien le mélange parfaitement arrangé de tout ça qui fait la différence, et on peut dire qu’il y a vraiment une patte DYSCARNATE au milieu de ce Death/Thrash/Core qui se distingue surtout par son efficacité.

Paraissant assez homogène au premier abord, And So It Came To Pass révèle tout le potentiel de ses 10 morceaux (dont une intro) au fil des écoutes. Comme je le disais, l’oscillation permanente entre tempos agressifs et passages plus écrasants fait mouche. Après l’intro qui nous plonge dans l’ambiance riffique (?) du groupe, "In the Face of Armageddon" démarre l’album de la meilleure des façons, avec des blasts et des gimmicks vocaux accrocheurs. Et dès "Cain Enable", le groupe montre toute sa capacité à pondre des morceaux rouleau-compresseur redoutables avec des riffs vraiment entraînants, effort prolongé par les excellents "Engraving Ecstasy" et "The Promethean". DYSCARNATE sait vraiment se montrer lourd tout autant qu’il peut se monter agressif, en témoigne d’un côté les "A Drone in the Hive" et "Grinding Down the Gears", et de l’autre les plus rentre-dedans "Seizure" et "Kingdom of The Blind" (avec de courts passages blackisants). Le groupe montre pourtant un peu ses limites, car malgré sa courte durée (38 minutes), And So It Came To Pass s’essouffle un peu sur la fin et un morceau comme "Rise and Fall" est un peu dispensable. Comme le disque se concentre sur l’efficacité plutôt que sur la technique, on en fait vite le tour, mais il n’y a pas grand-chose à redire au final, surtout que la forme est parfaite (prod qui défonce, instrumentations maîtrisées).

Voilà donc un sacré bon « petit » album de Death/Thrash/Core avec une touche personnelle à défaut d’être un monument d’originalité. Compact et brut de décoffrage (pour les aspects lourd et plus rapide), And So It Came To Pass est un album à découvrir d’urgence pour tous les amateurs de Death « moderne » à grosse prod à l’américaine. Et si vous avez déjà apprécié Enduring The Massacre, autant dire que ce second opus de DYSCARNATE est absolument indispensable, car le groupe évolue et ce n’est pas fini. Car à titre personnel, je pense que le groupe est encore capable de mieux et j’espère bien que leur 3ème full-length sera une pépite. En attendant, ce disque est au minimum sympathique à condition de ne pas être réfractaire au genre, pour une bonne dose de Metal pas trop touffu mais efficace en diable.

http://www.facebook.com/Dyscarnate - 273 visite(s)

Grinding Down the Gears - 119 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 12423




Auteur
Commentaire
hainemijuré
Membre enregistré
Posté le: 01/08/2012 à 11h08 - (103198)
Très bon album



Stink
IP:217.108.147.13
Invité
Posté le: 01/08/2012 à 15h58 - (103203)
Par contre les artworks de Valnoir en ce moment... on peut même plus parler de "patte" c'est de l'autoplagiat.
Sinon la zique est cool, ça pête.

Stink
IP:217.108.147.13
Invité
Posté le: 01/08/2012 à 16h06 - (103204)
Par contre les artworks de Valnoir en ce moment... on peut même plus parler de "patte" c'est de l'autoplagiat.
Sinon la zique est cool, ça pête.

RBD
Membre enregistré
Posté le: 02/08/2012 à 22h14 - (103229)
J'ai gardé un bon souvenir de leur prestation à Aix il y a deux ans, je vais aller voir. Je me souviens plutôt d'un Death Brutal - Technique - un peu groove entre Dying Fetus, Skinless et Origin, ça a peut-être évolué.

Desanusor
IP:88.162.17.109
Invité
Posté le: 03/08/2012 à 07h23 - (103230)
Le lien est plus à faire avec les dernières prod de Misery Index et Dying Fetus qu'avec Chimaira pour les passages hardcore sinon pas grand chose à redire sur la chro.

Je préfère peut-être un peu le premier qui était plus direct, brutal et moins axé groove. Celui là gagne en ambiance ce qu'il perd en sensation d'urgence mais les deux cds sont trés bon pour qui n'est pas trop déranger par un manque d'originalité.

Max le Nain
Membre enregistré
Posté le: 15/08/2012 à 15h22 - (103320)
"le style de DYSCARNATE est quand même assez particulier. Car nous avons ici la collusion d’un BEHEMOTH qui serait passé à la moulinette riciane (pourtant le groupe est anglais), avec du Thrashcore façon CHIMAIRA ou encore du Hardcore-Metal plus classique, ainsi que des groupes de Death moderne qui dépotent comme MISERY INDEX, CATTLE DECAPITATION ou encore TRIGGER THE BLOODSHED".

Autant Misery Index oui, Cattle Decapitation oui mais alors Behemoth et Chimaira... je sais pas où tu l'as entendu. C'est aussi très influencé Dying Fetus comme le dis RBD. Et c'est beaucoup plus Hardcore que Thrash. Enfin bref, excellent album.



Couille Molle
IP:78.250.227.121
Invité
Posté le: 20/08/2012 à 19h30 - (103361)
Behemoth pour la voix oui ! Pour Chimaira c'est vrai un peu moins, quoique le riff à 0.58 y ressemble pas mal, en plus violent bien entendu.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker