DWELLERS OF THE TWILIGHT - Sycophant (Autoproduction) - 10/04/2012 @ 07h21
Je ne vais pas y aller par 4 chemins : pour moi le duo parisien DWELLERS OF THE TWILIGHT avait été la révélation Black française de l’année 2008. Grey était tout simplement une tuerie de Black à la fois violent, orthodoxe et implacable, et malgré des défauts de jeunesse évidents montrait un groupe très prometteur qui avait déjà trouvé sa propre patte musicale. Depuis, Human#1 et Human#2 ont travaillé en vitesse pour rester dans la course, si bien que leur deuxième méfait nommé Sycophant était bouclé fin 2009. La pochette, le tracklisting et deux morceaux avaient même été dévoilés à cette occasion. Mais malheureusement, le combo a connu moult galères pour éditer la galette. C’est donc pour ça que Sycophant ne sortira que deux ans après l’annonce initiale, et encore uniquement en version digitale (une version CD devrait arriver sous peu, le groupe ayant finalement choisi de s’autoproduire). Vraiment dommage car entre-temps, le nom DWELLERS OF THE TWILIGHT s’est un peu fait oublier et il va presque falloir tout reprendre de zéro. Surtout que le Black « orthodoxe » est un peu passé de mode…

Manque de bol, Sycophant est plus « classique » que Grey dans la veine orthodoxe (selon ce qu’on met communément derrière ce terme, sans tout l’aspect conceptuel). DWELLERS OF THE TWILIGHT laisse un peu sa furie dévastatrice au second plan, et Sycophant est globalement moins brutal que son illustre prédécesseur. Bon, cela reste du Black-Metal donc la virulence, les riffs tranchants et les blasts sont toujours de la partie, le duo ne s’est pas pour autant mis à faire du Black atmo à 3 notes en 15 minutes. Puis comme le Black orthodoxe est en perte de vitesse, si l’on tombe sur un groupe qui en fait du bon autant en profiter. Nous avons donc ici un très bon disque de Black à la fois agressif (dans les riffs) et occulte (dans les mélodies ainsi que certaines ambiances), avec des compos particulièrement inspirées et parfaitement ficelées. Si l’album est globalement bien plus linéaire que Grey, la plupart des morceaux arrivent quand même à tirer leur épingle du jeu grâce au petit truc en plus. Les passages bien pesants de "Skeptics", les rythmiques efficaces à souhait de "Dark Matter Lungs", les chœurs occultes et les breaks lancinants de "Explorers", les blasts salvateurs de "Endless Cycle", la composante épique de "Fastwalkers" (avec un final transcendant), l’instrumental bien mystique "Sycophant", les trémolos infernaux de "Self Conspiracy", le démentiel "Unhearthing Story", le plus torturé "Terraformer", et "Serpents in the Sky" qui lui est tout simplement excellent de bout en bout avec des riffs terribles : tout cela fait de Sycophant un album de qualité qui fourmille de trouvailles faisant toute la différence. DWELLERS OF THE TWILIGHT a vraiment une essence personnelle qui se ressent dans la globalité de cet album, transformant du Black lambda en une galette de 46 minutes digne d’intérêt.

Après l’excellent Grey, la tension n’est pas retombée même si Sycophant perd en brutalité ce qu’il gagne en homogénéité, en y ajoutant quelques idées éparses qui rendent le disque accrocheur et assez intense une fois plongé dedans. Il faut néanmoins pas mal d’écoutes pour saisir toutes les subtilités de Sycophant, alors que Grey bénéficiait d’un apparat urgent et immédiat. DWELLERS OF THE TWILIGHT évolue donc avec une certaine réussite, au niveau de la forme également en bénéficiant (logiquement) d’un son plus travaillé : la BAR passe beaucoup mieux et on ne ressent plus du tout d’aspect synthétique. Il subsiste pourtant un mix pas encore tout à fait réussi avec un chant assez noyé (chant qui est par ailleurs assez anecdotique), mais le tout reste correct pour du Black qui se veut chaotique. Avouons aussi que DWELLERS OF THE TWILIGHT se démarque surtout grâce à la qualité de ses arrangements plutôt que par son originalité, même si l’on est loin des clichés des multiples formations « Necromorbous Powered », on est dans du classique mais pas dans du convenu. Ma préférence reste à Grey qui m’avait mis une bonne baffe à l’époque, mais quoi qu’il en soit Sycophant est un disque de Black « orthodoxe » de premier choix. Un groupe prometteur qui tient ses promesses, espérons que ça continue !

http://dwellersofthetwilight.blogspot.com - 133 visite(s)

Bandcamp - 117 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11589




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker