DVD - Blood Sweat and Vinyl : DIY in the 21st Century. (Autoproduction) - 24/02/2012 @ 09h20
Qu’est ce qu’est être “DIY” en 2012? En voila une belle mais vaste question. Parce que tout le monde a une conception très personnelle du DIY et qu’on trouvera toujours plus DIY que soi. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il en retourne "DIY" signifie "Do It Yourself", le crédo des scènes indépendantes et undergrounds. Quoiqu’il en soit, pour tenter de répondre du mieux possible à cette question, le réalisateur Kenneth Thomas, dont c’est le premier film, s’est tourné vers plusieurs labels indépendants de qualité. Hydra Head, Neurot et Constellation. Des labels que je qualifierais de « gros indépendants » mais qui ont su et voulu garder une liberté artistique totale. Pas la peine de venir brailler « Bouh ils sont pas indépendants, ils vendent des milliers de disques… »

Le documentaire, de 90 minutes tout rond, opte pour un déroulement en trois parties bien distinctes mais avec des intervenants se croisant au fil de celles ci. Le premier chapitre est tout entier consacré au label tenu par Aaron Turner du groupe Isis entre autre : HYDRA HEAD. Le label regroupe un spectre d’artistes allant du hip hop de Dälek au black metal de Xasthur en passant par Khanate, Merzbow, Cave In ou Jesu. Divers et varié donc. Le fil rouge de ce chapitre est bien entendu l’interview d’Aaron Turner qui explique le pourquoi du comment de la création de ce label et surtout son fonctionnement. Plutôt intéressant à écouter, le bonhomme offre un point de vue de l’intérieur de son label avant de laisser la parole à plusieurs groupes de son écurie. On peut y entendre des membres de Pelican jurer leurs grands dieux que, contrairement a ce que Turner peut croire, aucun label mainstream ne les a jamais contactés. Ensuite Stephen Brodsky de Cave In explique la différence de traitement entre un gros label qui achète et fait fructifier un produit et HYDRA HEAD qui laisse une totale liberté aux artiste qu’il signe. Le tout est entrecoupé d’extraits live faisant, bien entendu, la part belle à Isis. A noter aussi tout un passage sur Jesu qui démontre toute la coolitude de Justin Broadrick.

Le second chapitre examine le cas de NEUROT RECORDS, label fondé par Steve Von Till de Neurosis. Là encore, le réalisateur va tenter de nous expliquer, via différents intervenants, qu’est ce qu’être indépendant en 2012 sans vraiment y parvenir, le sujet étant beaucoup trop vaste que pour tenir en une heure et demie. Toutefois, ce chapitre est fondamental car on y apprend, via Steve VT lui-même ce qu’est l’essence le musique de Neurosis. D’autre part l’argent gagné par le groupe est immédiatement réinvestit dans la promotion des autres groupes du label. Plutôt que de se payer une piscine, le père Von Till préfère sortir 3 albums en vinyl de groupes qu’il estime énormément. Il avoue aussi ne pas faire signer de contrats à ses artistes afin de ne pas les enchainer avec un label. Chaque sortie est traitée indépendamment, presqu’au cas par cas. Tu veux sortir un truc? Ok appelle moi on va voir ce qu'on peut faire. Comme pour le chapitre sur HYDRA HEAD, celui-ci est riche en extrait lives et intervention d’artistes aussi divers que Oxbow, Made Out Of Babies, Grails ou Shrinebuilder.

Le troisième et dernier chapitre se centre sur Constellation Records, un label moins orienté metal et plus post machin chouette. De prime abord les intervenants de cette partie ont l’air de vieux hippies élitistes et pédant. Ce que le second abord confirmera. Cette attitude les rends beaucoup plus antipathiques que Aaron Turner et Steve Von Till. D’ailleurs, leur discours se centre plus sur la musique elle-même que sur le fonctionnement du label dont, au final, on n’apprendra pas grand-chose. Par contre les amateurs de Godspeed You! Black Emperor et de Silver Mount Zion seront conquis tellement le leader des deux groupe y est présent. Il parle musique et politique, transformation certains de ses concerts en ateliers de réflexion et en performance complète dépassant le simple cadre du concert. Cela pourrait être passionnant si le gars ne semblait pas à ce point pête sec. Et j'aime bien GY!BE pourtant.

Bref sur le fond, le réalisateur passe un peu à côté de son sujet par moment, emporté par le discours des intervenants qu’il est incapable de recadre. Toutefois cette attitude un peu dilettante permet au spectateur de se laisser bercer et de piocher ça et là les informations qui l’intéresse. Puis écouter parler des mecs comme Steve Von Till ou Aaron Turner est toujours passionnant. Sur la forme, techniquement c’est correct, on sent la aussi un petit côté DIY dans la mise en scène et la facture esthétique du truc, mais ça colle pas mal avec le sujet donc on ne fera pas la fine bouche même si certaines interviews auraient pu être plus soignées niveau images. Finalement, s’il ne répond pas du tout à la question qu’il posait, car il reste trop en surface des choses sans vraiment plonger dans les entrailles des différents labels, il permet malgré tout d'offrir un petit tour d'horizon de l'indépendant metal et de comprendre que plus que des biznessmen les gérants de ces structures sont avant tout des fous de musiques au sens large du terme. Ce documentaire est à voir en grande partie pour la qualité de ses intervenants et ses nombreuses séquences live.

http://www.bloodsweatvinyl.com/ - 216 visite(s)

Le trailer - 81 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | DIY DVD/ | Nb de lectures : 12393




Auteur
Commentaire
Trouduc
IP:83.158.67.95
Invité
Posté le: 24/02/2012 à 13h28 - (100680)
On ne peut pas vraiment parler d'independants "majors" dans le cas de ces trois labels. Certaines ventent chez Neurot ne depassent pas les quelques centaines. Si vous voulez de l'Indé gros comme mon pouce, il faut considérer des labels comme 4AD, Matador, Warp ou encore Mute.
Hydra Head est meme en difficultes financieres. Trop de sorties inintéressantes qui se sont soldées en de ventes tres faibles. Constellation reste de loin le plus gros vendeurs des trois.

Toub/nothingness
Membre enregistré
Posté le: 25/02/2012 à 11h56 - (100688)
Cette chronique me donne énormément envie ! Il sort dans la salle de Poitiers DC, accompagné d'un concert de Om. Étant un gros fan des sorties d'Hydra head (cave in............). J'ai hâte de le voir ! L'initiative est très intéressante en tout cas.

corvuserebus
Membre enregistré
Posté le: 25/02/2012 à 16h58 - (100691)
dvd qui se regarde facilement, pas besoin d'être "fan de " pour l'apprécier.
P.S.: une relecture de la chronique avant publication permettrait d'éviter quelques fautes qui piquent les yeux ;=)



Yoda
IP:93.22.106.186
Invité
Posté le: 27/02/2012 à 08h00 - (100694)
Exact. "gros independants", c'est vraiment tres relatif... Wagram c'est un gros inde, pas Neurot, Constellation, ou Hydrahead.

Parler de labels avec une certaine notoriete dans un segment de niche telle que lesnmusiques extremes aurait ete plus a propos.

Bisous

la patate
IP:173.254.216.66
Invité
Posté le: 27/02/2012 à 09h14 - (100695)
A l'école, on appelle ce qu'à fait le réal' un hors-sujet. Il ne répond pas à la problématique posée en révelant incapable de diriger une interview. Dommage.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker