DREAM THEATER - A Dramatic Turn of Events (Roadrunner/Warner) - Selection VS du 04/11/2011 @ 08h47
Qui parmi vous, admirateurs ou détracteurs n’a pas pensé une seconde que le départ de Mike Portnoy, batteur redoutable et véritable maître à penser de D.T, alliée à une évidente perte de vitesse en terme d’inspiration allaient signer son arrêt de mort ? Faites un petit come-back et relisez les post qui ont suivi l’annonce de ce départ (la toile en est pleine) et vous verrez que les commentaires pessimistes étaient assez édifiants.

Oui, pour une formation de la trempe de Dream Theater, le coup a semblé rude et son avenir incertain. On ne remplace pas si facilement celui qui a été le principal artisan de la montée au sommet du plus célèbre groupe de métal prog de ces 20 dernières années.

C’était mal le connaître. Car nanti d’une volonté à toute épreuve et d’un moral non moins intact, le désormais quartet orphelin de son batteur historique a mis les bouchées doubles pour surmonter cet épreuve qu’on lui prédisait fatale.

Il a d’abord immédiatement réagi en annonçant que s’il regrettait ce départ, cela ne signifiait nullement la fin du groupe. Plus tard, alors que les bourgeons montraient le bout de leur nez et que l’air se radoucissait dans les campagnes on a eu droit à une très médiatique « Drum’s Academy ». Une saga en 3 volumes - The Spirit Carries On - très suivie y compris par ceux qui la décriaient et qui a eu le mérite de montrer que les bons batteurs parmi les meilleurs du monde – tout au moins 7 d’entre eux- se bousculaient au portillon pour remplacer l’impétrant. De quoi claquer le bec aux médisants.

Enfin, dernier avatar de l’épisode « je vous quitte mais je vous aime » tout ce mélodrame a abouti au recrutement « live » de Mike Mangini qui, lui, a suscité nombre de sarcasmes de la part des détracteurs et un enthousiasme inversement proportionnel chez les inconditionnels des New-Yorkais.

A peine plus d’un an après cet « évènement » il était intéressant de savoir où en est D.T. Eh bien, n’en déplaisent aux Cassandre, "A Dramatic Turn of Events" – titre en forme d’aveu même si James Labrie s’en défend – le onzième album du groupe ne sera pas l’oraison funèbre annoncée ou redoutée.

Et j’ose affirmer qu’il est le meilleur album de D.T depuis près de 10 ans et qu’il prétend même figurer parmi le tiercé gagnant de sa discographie aux côtés d’"Image & Words" et de "Scenes From A Memory". Pas moins !

La solution était pourtant simple, à portée de manche de guitares et d’octaves de claviers mais D.T l’avait semble-t-il oubliée au milieu d’un fatras d’égarements techniques et autres circonvolutions alambiquées finalement pauvres en émotion.

Un miracle n’arrivant jamais seul, après avoir recruté l’équivalent artistique de Portnoy (certains diront qu’il lui est supérieur d’autres le contraire), D.T a opté intelligemment pour un retour aux fondamentaux qui ont fait le succès de ses albums référence et le bonheur de ceux qui s’en souviennent avec nostalgie : mélodies soigneusement travaillées, rappel qu’une relative simplicité dans les compositions ne peut nuire à la qualité, sans dénigrer pour autant son goût pour les passages torturés et abandon du « bourrinage » inutile. (Il n’y a qu’un Metallica…)

Simple oui, évident trois fois oui, encore fallait-il que D.T se remettent un tant soit peu en question. De ce point de vue, le départ de Portnoy est une bonne chose, la meilleure qui pouvait lui arriver. Le résultat est là, entre vos mains et vos oreilles : un album plein jusqu’à la gueule composé de 9 titres dont pas un n’est à jeter. Certes, 2 ou 3 traînent encore ce relent de facilité qui a fait se détourner quelques fans blasés ("On The Back of Angels" ou "Build Me Up, Break Me Down" et sa brève intro électro). Certains vont hurler au scandale en entendant les ballades "This The Life" - "Far From Heaven" et "Beneath The Surface". Cependant, si l’on prend le temps de les écouter plusieurs fois, on se rend vite compte que D.T n’a pas bâclé le boulot.

D’autres sont franchement énormes et montrent un D.T au meilleur de sa forme avec des musiciens en symbiose parfaite et un Labrie qui n’avait plus chanté aussi bien depuis "Octavarium". Et si pour des raisons évidentes la batterie est en retrait – ce que certains apprécieront – la puissance et la force de ces titres phares suffisent à réconcilier le groupe avec les déçus qui avaient quitté le navire.

Si j’ai littéralement pris mon pied sur "Lost Not Forgotten" ; petite intro d’un piano bucolique avant le déchaînement symphonique qui s’en suit tout au long des 10 minutes, ma préférence va toutefois à "Bridges In The Sky" (11min02) ; le morceau débute par du didgeridoo surprenant sur fond de choeurs angéliques déclamant un Agnus Dei qui donne des frissons. Ensuite D.T lâche les chevaux et nous en donne pour notre argent : riffs marteaux, course échevelée entre les soli affûtés de Petrucci et l’orgue Hammond de Rudess.

"Outcry" qui suit avec ses 11min24 au compteur n’est pas mal non plus ; sa longueur permet à D.T de développer des thèmes fluides tantôt techniques et puissants, tantôt atmosphériques et calmes.
D’autres fois champêtres comme aux environs de la 5ème où Petrucci et Rudess se la jouent duellistes façon "Vol du Bourdon" mais un bourdon chargé aux amphétamines.

Troisième masterpiece de l’album, "Breaking All Illusions" déboule et déroule ses 12min26 sur un rythme enlevé et comporte des breaks qui ont fait les grandes heures de D.T ; sa partie calme dès la 2ème minute nous montre un versant apaisé au thème limpide et rappelle combien le groupe maîtrise à la perfection les agencements complexes et les phases aérées.

Déjà énorme sur les opus précédents, le son a gagné en clarté. Fini les imitations de Metallica, le chant « pseudo growl » ou les références à Muse et autres coqueluches de la scène pop-rock.
Dream Theater se montre sincère et convaincant. Peut-être pas aussi révolutionnaire ou avant-gardiste que certains le souhaitaient mais sincère. Attendu comme il l’était après une année mouvementée, ce n’est pas la moindre des qualités que l’on espérait du groupe de métal qui a fait plus pour le progressif que bien des formations en mal d’imitation.

Bref, Portnoy n’est plus là mais remercions-le tout de même pour l’ensemble du travail accompli et souhaitons à Mangini tout le succès de son prédécesseur. En tout cas, grâce leur soit rendu à tous les 2, Dream Theater est de retour et ça fait rudement plaisir !

MySpace - 189 téléchargements


Rédigé par : karadok | 18/20 | Nb de lectures : 15738




Auteur
Commentaire
dered
IP:217.109.79.209
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 09h00 - (98048)
mouaif...
Je le trouve sans grand intérêt cet album, même si il y a de bonnes choses dessus (il y a beaucoup de choses dessus donc forcément des bonnes)
La note et la sélection ne me paraissent pas justifié, mais bon, chacun jugera

adrian smith
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 09h28 - (98054)
Et bien voila un album que je ne m'attendais pas à voir en selection VS, bonne surprise!
Déçu au départ, je commence à adorer cet album au fur et à mesure des écoutes.
Très content que DT soit effectivement revenu à des passages plus "simples" qui contrebalancent très bien les parties complexes (un peu comme à l'époque d'un certain I&W...). Les chefs d'oeuvre de cet album sont Breaking all illusions, Lost not forgotten et... On the back angels (meilleur "single" de DT depuis trèèèès longtemps), pour le reste je dois encore approfondir les écoutes, mais ca sent clairement le retour en grace du groupe.
Seul les ballades (surtout Beneath the surface) gachent l'album, mais je préfère toujours ca à des chansons inspirées par Muse (Labrie qui imite Bellamy la pleureuse : plus jamais !!!!)



dered
IP:217.109.79.209
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 09h29 - (98055)
Juste pour rajouter : j'ai trouvé que le début faisait très "on refait image & word" pour rassurer tout les fans
Le premier titre fait pas mal penser à "pull me under", quant aux trosième (si je dis pas de connerie, je cite de tête) c'est carrément une copie carbone (fait avec talent certes) de under the glass moon : exactement la même structure d'intro (nappe de clavier + guitare, pendant que basse + batterie pilonne un gros riff en double croche, retour à l'unisson, puis un solo de guitare structuré EXACTEMENT comme celui de under a glass moon. Bon l'hommage est réussi et on prend du plaisir à l'écouter, mais bon, ca saute aux oreille quand même)

Le Chef
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 09h38 - (98056)
La note est peut-être un peu élevée mais cet album est une vraie réussite ça c'est une évidence.



fabu
IP:167.83.9.20
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 10h18 - (98059)
pas accroché à la première écoute mais ensuite j'ai vraiment apprécié

Krakatau
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 10h23 - (98061)
Leur meilleur depuis Train of!



Arioch91
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 12h17 - (98066)
Je ne supporte plus la voix de James LaBrie.

C'est dommage parce que derrière, l'album est vraiment bien mais je peux plus depuis que je l'ai entendu sur le DVD live de Metropolis Pt2 gueuler plus que poussivement sur la plupart des titres.



Rockoholic
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 12h40 - (98067)
Meilleurs album depuis 10 ans, sans aucuns doutes (depuis Train Of Thought en fait).
Intégré directement au tiercé gagnant de leur discographie, n'exagérons rien!
Bon album cela dit malgré un peu de remplissage. Pour la première fois depuis Train, il y a enfin un titre qui m'a marqué tout de suite (Breaking all Illusions), ce que je désesperais de trouver sur un album de DT.

Bonne surprise mais pas sur le cul non plus vu que je faisais plutôt parti de ceux qui voyaient le départ de Portnoy d'un bon oeil..

porn-toy
IP:57.86.133.98
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 13h43 - (98071)
meilleur album post SFAM pour moi, même s'il reste en dessous de tout ce qu'ils ont pu faire avant


Black Comedon
IP:20.133.1.1
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 15h16 - (98075)
très critique lors des premières écoutes j'ai fini par accepter le fait que cet album est très bon !
J'ai toujours du mal avec Far from Heaven où on sent que Labrie est vraiment plus au niveau, il est plus capable de moduler, on a envie qu'il monte dans les aigus et bah non ça reste toujours plat. Je crie encore au scandale pour l'intervention catastrophique de Rudess qui détruit ce qui aurait pu être une putain d'intro sur Lost not forgotten. A part ça il se place avant SC, octavarium et Black machin

zegogo
IP:87.88.43.194
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 15h17 - (98076)
mouais, pas mal, bien mieux que les trois derniers, on est bien d'accord. concernant Mangini j'attend la suite, il est arrivé alors que l'album était déjà composé, pas encore convaincu mais je lui jette pas la pierre... bref, mieux, mais j'attend le prochain

Sagal
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 16h00 - (98079)
Ha ha, zegogo ! Seuls DT pouvaient te faire remettre un comm' ici :-)
Bon, par contre, puisque beaucoup ont l'air de dire que c'est le meilleur depuis "Train..." et que c'est justement après celui-là que j'ai décroché, il va falloir que j'écoute celui-ci de près.

stanwd
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 16h05 - (98081)
Début d'écoute difficile puis panard total. DT, pour moi était mort...
Merci Mangini ou merci au ... remerciement de Portnoy!!!

On sent que Labrie ne subit plus le diktat de Portnoy et ses lignes de chant ne cherchent plus les tonalités aigues. Un gros point positif.
Exit également les infuences trop marquées... bien qu'il en reste encore.
On sent que DT a ressorti son album fétiche - Images & Words - et s'est posé la question de ce qui avait fait son "succès" : une patte relativement personnelle... et de l'émotion.



Piet
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 16h15 - (98082)

Bof bof, après plusieurs écoutes, rien de transcendantal!
On sent que le groupe a joué la carte de la sécurité... un peu trop d'ailleurs.
Certains titres ne sont que du remplissage.
J'ai même l'impression que la fin de l'album (qui a dit la seconde moitié?) est fade, qu'elle manque de peps!
Et j'ajouterai qu'il manque un peu de folie sur cet album. Il a un côté un peu trop gentillet.

On peut en reparler dans 10 ans, mais cet album ne marquera pas les esprits jusque là! On ne retiendra qu'une chose: c'est l'album ou le premier album sur lequel Portnoy ne joue pas!



DarkCed
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 18h13 - (98087)
moi qui pensais que DT était déjà au summum du kitsch niveau pochette, là ils sont carrément über alles.

Tim
IP:83.192.106.184
Invité
Posté le: 04/11/2011 à 20h59 - (98091)
James LaBrie mais quelle souffrance de l'ecouter ce gars là...


Carpe Diem
Membre enregistré
Posté le: 04/11/2011 à 22h18 - (98093)
Ne l'écoute pas alors! Trop marre des posts sur LaBrie : si vous n'aimez pas alors lâchez l'affaire et passez votre chemin, non? C'est vrai, je comprends pas l'intérêt de venir poster sur DT et pour pour dire ça.
Concernant l'album, il est très bon! Il faut être difficile pour trouver ça mauvais, un album de cette trempe après 25 ans de carrière, c'est quand même la classe. Une surprise à vrai dire, je pensais que le départ de Mike Portnoy serait fatal à DT. Content de lire le nombre d'avis positifs un peu partout (et même ici!) et la sélection du site en plus ;)



philtor
IP:92.147.115.6
Invité
Posté le: 05/11/2011 à 00h28 - (98095)
comme beaucoup, les premières ecoutes furent difficiles, plates. puis une fois assimilé digeré quel putain d'album ! énorme. Chair de poule à chaque titre comme à la belle époque. Labrie au top , Rudess bon taf aux keyboard, quant a Mangini il fait le boulot sans plus en essayant surtout de ne pas dépareiller à Portnoy qui doit rager en ecoutant cet album de grande classe. Il reviendra on verra .....

William
IP:92.151.102.142
Invité
Posté le: 05/11/2011 à 01h25 - (98096)
je leur faisais confiance malgré une petite inquiétude concernant le départ de Portnoy, mais en tout cas je suis vite rassuré, j'écoute cet album en boucle depuis sa sortie, et ça fait du bien!

Bob
IP:92.136.119.222
Invité
Posté le: 05/11/2011 à 09h27 - (98099)
Album aussi bon que son prédécesseur. Le départ de Portnoy n'a finalement pas joué en la défaveur du groupe. Quant à Mangini je le trouve très sobre dans son jeu à part sur certains passages où là c'est inhumain. Mais au moins il respacte Portnoy et ne cherche pas forcément à le copier. Respect pour le groupe.

mydrin
Membre enregistré
Posté le: 05/11/2011 à 13h29 - (98103)
il y a un énorme plagiat au niveau de la pochette, c'est piqué sur celle de "CIRCUS MAXIMUS "The 1st Chapter", pas très sérieux de la part du groupe

Bob
IP:92.136.119.222
Invité
Posté le: 05/11/2011 à 14h09 - (98105)
Oui c'est vrai que la pochette est très proche, surtout sur une photo du livret

blup's
IP:86.204.19.39
Invité
Posté le: 05/11/2011 à 20h27 - (98111)
Je suis tout à fait d'accord avec certains, Labrie à une voix énervante, il n'a jamais été au niveau par rapport à ses zicos !

Piet
Membre enregistré
Posté le: 06/11/2011 à 12h41 - (98114)

Et Circus Maximus a pompé la caligraphie de son logo sur celle de Megadeth !

Jean
IP:82.226.201.57
Invité
Posté le: 06/11/2011 à 18h53 - (98116)
Ce n'est pas l'album de DT que je préfère mais depuis "Metropolis Pt. 2: Scenes from a Memory" c'est la première fois que je vois le groupe aller à nouveau dans le bon sens, du moins à mes oreilles.

Xav
IP:80.214.0.71
Invité
Posté le: 07/11/2011 à 09h59 - (98123)
Moi j'adore LaBrie. Mais la vraie bonne chose sur cet album, c'est qu'il n'y plus les choeurs de Portnoy. CA, c'était vraiment pénible...

MadKinder
IP:109.190.17.208
Invité
Posté le: 07/11/2011 à 16h36 - (98133)
Bob: en même temps Circus Maximus est une copie quasi conforme de DT donc bon... Ce n'est qu'un juste retour des choses.

Chouette album pour ma part mais peut-être un peu trop de ballades...

pj666
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2011 à 22h59 - (98175)
Très bon album. Et concernant Labrie il ne pousse tout simplement plus dans les aigus depuis Metropolis part II et c'est bien mieux comme ça !



Bucther666
IP:86.207.62.45
Invité
Posté le: 14/11/2011 à 08h03 - (98250)
Franchement le grain de folie Portnoy manque et ca se sent véritablement !
Manigni est très bon sans aucun doute mais le résultat final n'est plus le même et le charme n'opère plus comme avant.
En fait, en live ca devrait le faire mais en studio c'est à revoir.

dimmu77
Membre enregistré
Posté le: 15/11/2011 à 17h38 - (98315)
je vous trouve bien conciliant avec cet album qui n'apporte franchement rien si ce n'est de l'ennui durant la moitié de l'écoute...( rien que le single est déjà insipide, on est très très loin de ''Pull me under'')

et avant de le mettre dans le top 3, j'ai l'impression que vous avez oublié la qualité de ''Awake'' et de ''Six degrees...''

bref encore une déception pour ma part concernant mon groupe fétiche

pour James LaBrie ,ben c'est sa voix, même s'il ne monte plus dans les très aigus, elle n'a jamais vraiment changé, on aime ou on aime pas, moi j'aime :)



Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 15/12/2011 à 18h41 - (99215)
Bien bon album pour ma part !
C'est plutôt inspiré et fluide, après on peut pinailler sur la batterie en retrait ou autre détails, mais tout ça c'est secondaire pour moi.

I kiffe !



billy445
IP:82.224.126.39
Invité
Posté le: 27/12/2011 à 17h49 - (99451)
L'avis d'un fan de DT depuis 10 ans maintenant.
- Très bon album. Pas dans le top 3, mais s'il paraît "facile" à la 1ère écoute, il révèle tout leur talent aux suivantes ! Certes, c'est moins technique & nerveux, mais ça souligne son côté musical ! Et oui, un peu plus de simplicité de tps en tps, ça fait du bien.
- A chaque nouvel album de DT, je suis à la fois surpris de l'évolution par rapport au dernier, et en même tps, je retrouve toujours leur "patte". Et ça, ça fait du bien !
- Pour BC&SL, je vous invite à remettre l'album dans son contexte, à savoir le décès du père de portnoy qq mois avant. Et à l'écouter +rs fois : hyper déçu à la 1ère écoute (comme pour SystChaos), j'ai fini par y trouver des perles, notamment l'intro hyper lourde de la 4 ou le solo de Petrucci sur la 5 the BO Times.
- Enfin, pour la voix de LaBrie, pour ma part, c'est ce qui différencie DT de bcp d'autres groupes de métal prog. A savoir une voix hyper claire, que j'adore. Ecouter 2 morceaux de Metallica pour moi, OK, après, c'est l'overdose : trop d'énergie, pas assez de musique. Même si je reconnais que sur leurs derniers "live" (Japan, Octavarium), la voix de LaBrie est au-delà du scandale : c'est en studio qu'il est bon, + aléatoire en live...

walkingbedd
IP:194.254.117.28
Invité
Posté le: 27/09/2013 à 10h52 - (109277)
le titre de cet avant dernier album présageait déjà un prochain disque (leur dernier 2013) de piètre qualité. Comparer au dernier deep purple, c'est de la M----


Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker