DOROTA - Dayphobia (Noisehead) - 30/05/2012 @ 08h04
C'est dans dans la biographie du groupe qu'on apprend que la chanteuse de DOROTA, DOROTA (eh ben quoi ?) est une jeune musicienne qui essaye de percer dans le business de la musique depuis 1999 et alors qu'elle avait 14 ans. D'abord chanteuse dans le groupe ALICE, il lui aura fallu plusieurs années avant qu'elle trouve la formule qui colle à son style vocal et c'est donc avec "DAYPHOBIA" que la vocaliste nous propose son "véritable" premier album studio.

Née en Pologne mais ayant passé la majeure partie de sa vie en Autriche, DOROTA a traîné ses guêtres à la télévision polonaise, a enregistré des duos et des featurings avec différents groupes et ne semble pas avoir ménagé sa peine pour en arriver où elle en est aujourd'hui.
Composé de huit pistes pour trente minutes de musiques, ce « Dayphobia » est bien produit et fait plutôt bien le pont entre les sonorités métalliques et les friandises servies habituellement à la radio. On ne sent pas vraiment une volonté de vouloir vendre sa came à tout prix, pas plus qu'un désir de vouloir produire une musique sèche et sans compromission. DOROTA semble être à l'aise dans ses baskets, virevoltant dans un univers coincé entre LACUNA COIL et un EVANESCENCE plus burné.

DOROTA a un joli brin de voix, pas très puissant mais agréable et posé. Elle ne pousse jamais vraiment sa voix, ce qui donne à l'ensemble un côté coulant qui sied plutôt bien à l'ambiance générale, majoritairement en mid tempo. La musique est quasi tout le temps basée sur des riffs typiquement métallique et en distorsion avec quelques petits soli à la clé.
Sans être d'une originalité époustouflante, le combo semble se moquer un peu des codes habituellement utilisés dans le « genre » et du coup apparaît plutôt sympathique. Pas de niaiserie ni de coulis de sentiments bon marché, l'ensemble respire l'authenticité. On se prend même à fredonner (en cachette) « One Big Mess », qui pourrait être un bon petit single efficace (tout autant que « All against Me » qui est du même tonneau).

On reste donc au final agréablement surpris par ce premier album qui arrive à varier les ambiances tout en restant dans un décor Rock/metal assez crédible. Beaucoup de guitares, un peu de piano et de synthé, quelques nappes par-ci par-là, une bonne voix solide, des lyrics un brin torturés et tournés vers le côté le moins ensoleillé de la vie et emballé c'est pesé.
Le seul problème est évidemment le style mille fois interprété, et malheureusement mille fois démoli par des groupes et des chanteuses trop sûres de leur coffre. A trop vouloir racler les fonds de tiroirs, on finit par tomber sur des objets bizarres, et c'est malheureusement les groupes comme DOROTA qui en font les frais.
DOROTA séduit mais n'effarouche pas, bouscule sans faire mal et finit par nous embarquer faire un petit bout de chemin avec elle sur l'autoroute du metal féminin bien agencé. A tester.


Rédigé par : Pamalach | 12,5/20 | Nb de lectures : 11005




Auteur
Commentaire
trashercorpse
IP:109.222.253.100
Invité
Posté le: 01/06/2012 à 11h48 - (102273)
Pfff Dorota :) je poste un comm juste pour le nom du machin gémiarde au micro ^^

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker