DOCTOR CYCLOPS - Oscuropasso (World in Sound) - 06/03/2014 @ 07h56
Malgré cette horrible pochette qui donne plus envie d’arrêter les cigarettes-qui-font-rire qu’autre chose – cela dit, cette ambiance de bacchanales entre aliens et animaux consentants devrait plaire à certains mais bon – on peut pas dire que les Ritals de DOCTOR CYLCOPS manque de bonne volonté. Au contraire. Présents en première partie de BLOOD CEREMONY à Paris il y a trois ans et déjà auteurs d’un premier album en 2012 (‘Borgofondo’) passé un peu inaperçu de par-chez-nous, tout comme leur pays d’origine l’Italie ces trois gonzes aiment beaucoup le rock progressif dans le sens classique du terme mais aussi le stoner voire le doom enfumé et c’est presque logiquement qu’ils essayent de caser tout ça dans leur musique.

Sauf que ce power-trio à l’ancienne n’a pas forcément hélas le sens de la composition et de l’arrangement qu’il faut pour que tout ce beau mais fragile château de cartes ne s’écroule pas. Pourtant, lorsqu’ils se la jouent timorés et qu’ils décident, comme récemment dans un style assez proche les jeunots de THE VINTAGE CARAVAN, de se focaliser sur un style bien précis, en l’occurrence un heavy-rock 70’s à la SPIRITUAL BEGGARS ou OGRE comme illustré sur « Angel Saviour in the Cannibal House », ils ont le groove et le sens du riff qu’il faut pour tenir la baraque plutôt bien, à défaut d’être révolutionnaire. Sauf qu’ils ne peuvent s’empêcher d’en faire trop et donc de prendre sans crier gare des chemins de traverse qui n’ajoutent rien au schmilblick, voire leur coupent la chique au pire moment. Non, « The Monk » ne gagne rien avec ce break jazzy un peu pompeux à la ATOMIC ROOSTER et démonstratif qui ne fait qu’allonger de façon artificielle sa durée totale jusqu’à dix minutes là où six auraient suffit. Et ce qui aurait dû être le point d’orgue de ce trip hallucinogène, ce qu’ils ont appelé eux-mêmes le « mini opéra rock’ » que sont les quinze minutes de « Rotten Trolls », tombe à plat à force d’enchaîner les différents riffs et plans prog sans réussir à vraiment lier le tout d’une façon cohérente.

‘Oscuropasso’ est un album des plus frustrants. Parce qu’on a envie de l’aimer. Parce qu’il est plein de références que tout fan de musique 70’s ne peut renier. Mais aussi parce qu’en 46 minutes mais seulement cinq titres, il lance tellement de pistes tout en faisant de l’œil aussi aux fans de l’écurie actuelle de RISE ABOVE que, mettons, KADAVAR mais sans réussir à mettre la main sur cette foutue super-glue qui aurait permis de faire tenir bien solidement l’ensemble. Un vrai producteur pour les diriger dans la bonne direction et un peu plus de concision, voilà ce qui leur a manqué. Mais peut-être n’est-ce que partie remise ?



http://www.doctorcyclops.com/ - 132 visite(s)

facebook - 71 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 12/20 | Nb de lectures : 11403




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 06/03/2014 à 18h26 - (111249)
Le morceau en écoute est pas mal du tout... sauf cet orgue (et ces p'tits bouts d'allemand) qui vient un peu gâcher la fin, je trouve... Effectivement, il faudrait qu'ils s'achètent un peu de glu pour coller tout ça...

chowchow
IP:91.88.230.78
Invité
Posté le: 09/03/2014 à 18h55 - (111291)
Le problème du style, c'est devenu très cadré, résultat tous les groupe font la même chose

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker