DISTANT SUN - Dark Matter (Metalism) - 08/12/2015 @ 07h19
Fondé il y a près de 5 ans du côté de Moscou, Distant Sun est enfin en mesure en 2015 de publier son premier disque longue durée. Car malgré un EP 5 titres réalisé en 2011 (et ressorti à plus grande échelle à la mi-2012), le trio s'était montré plutôt discret depuis 4 années, le temps nécessaire à la création de "Dark Matter", solide album de heavy/power metal aux relents thrash parfois prononcés.

Un disque ayant eu la particularité d'être sorti au printemps, dans une édition limitée, avant d'être ré-édité cet automne au format CD digipak (avec un nouveau mastering et toujours en quantité limitée)... mais sur le même label ! Ce fait mis à part, "Dark Matter" est musicalement parlant, dans la lignée de formations comme Iron Savior ("Godsdoom" et son refrain bien ficelé, soutenu par des chœurs relevés), Persuader ("Matrix Hacked" offrant même un peu de blast) et Blind Guardian (du début des 90's). Je note l'ajout d'une petite dose de plans thrash, en particulier les riffs plutôt typé américains (je pense à du Testament et Exodus, en moins appuyés et chirurgicaux), notamment sur l'ouverture "Prophet of the Mean".

Le son est costaud afin d'épouser des compos non moins couillues, tel ce "Kill the Fremen", soit la rencontre de Grave Digger et d'OverKill (ou le final haletant et efficace "Zero to Hero"), où solis à toute vitesse, lignes vocales hargneuses et rocailleuses, sont déversés sans trop de demi-mesure.
Avec le morceau-titre, Distant Sun s'essaie à la pièce heavy mélodique, à l'aide de partitions en chant clair (façon Jeff Waters) et un contenu instrumental plus en retenu. Le refrain est pas très folichon et même le solo ultra rapide après 2 minutes tombe mal. Passer d'une compo type Annihilator à du Dragonforce pour quelques temps, ça ne réussit pas spécialement.

Distant Sun s'en sort en revanche assez bien au moment des refrains 'épiques', pas trop clichés ou banals, à l'instar de celui réussi de "Shattered Empire" (grosse influence de Blind Guardian). Sorte de ballade folklorique que les bardes allemands n'auraient pas renié également, "Gifts of Journey" est bienvenue sur le disque et apporte un air différent. "Healer of Souls" s'apparente quant à lui davantage à du heavy 'moderne', les premières secondes pouvant rappeler par exemple Trivium. Pas vraiment à mon goût pour tout dire.

A l'évidence, Distant Sun combine des sonorités rappelant le heavy/power européen à une approche façon metal américain, parfois à deux doigts de tomber dans le courant 'mainstream'. Il en résulte un premier album globalement agréable où peu de reproches sont à adresser en terme de production et interprétation. Reste, à mon goût, à la formation de trouver durablement son identité afin de lui permettre de se démarquer de ses influences et d'éviter d'être noyé dans le flot continu de groupes similaires.



Facebook Distant Sun - 63 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 13,5/20 | Nb de lectures : 7311




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker