DISMAL FAITH - Morph (Nadir/Season of Mist) - 25/06/2013 @ 07h46
C'est peut être un peu provocateur ce que je vais dire, mais du metal venu d'Italie, je m'en méfie presque toujours. Entre les groupes de power mélodique niais, ceux de death mélo à l'identité clonée sur celui suédois et la myriade d'autres groupes peu emballant, il n'est pas facile de dénicher des groupes transalpins valant vraiment le coup. Bien sûr il y' en a, certains sont bien établis (Sadist, Labyrinth, Vision Divine entre autres) mon avis porte plutôt et principalement sur les jeunes groupes...comme Dismal Faith.

Bien que sa première monture remonte à 2004, le groupe ayant sorti des démos en 2005 et 2007, c'est réellement en 2011 que Dismal Faith devient actif. 2 ans plus tard voit enfin le jour leur premier album, « Morph », à la pochette totalement anecdotique. Comment qualifier ce que pratique le groupe ? Ce point est loin d'être évident, Dismal Faith se décrivant comme un groupe de Nu/Groove Metal/Thrash/Hardcore/Death-core. Ceci est véridique, c'est écrit en majuscule sur leur page Facebook...

Forcément, il y' a un peu de tout ses sous-genres dans la zic' de Dismal Faith, d'où l'aspect un peu foutraque de la musique des italiens. On ne sait pas trop ce qu'ils veulent faire, mais quand on a une préférence pour le thrash et le death (ou le « Nu/Groove » et hardcore), on peut difficilement accrocher à « Morph », qui sonne comme le recueil des multiples influences de Dismal Faith et non un opus réellement personnel. Le premier extrait donne un bon aperçu de ce qu'est le groupe, « Rip Out », qui tient en 2'50, est en effet un condensé énergique et violent entre thrash, death et passage plus typé hardcore. Les vocaux sont aussi alternatifs, chant parfois écorché ou plutôt growlé, et tout du long de l'album, on relève même quelques incursions d'une voix plus claire.

Les moshparts de « Not for Me », combinés à des riffs thrashys donnent un aspect plus immédiat et massif au style de Dismal Faith. Le death metal est ici totalement absent. Mais honnêtement ce morceau est oublié aussi vite qu'il est écouté, rien de bien intéressant ne ressort à son écoute. J'essaie aussi de capter le sens de « Madness, Glory, Sex and Flesh » aux riffs diaboliques et possédant des semblants de blasts de batterie. Ces 2 éléments se complètent à merveille, mais la voix plus criarde et les quelques passages faussement hardcore ne collent pas vraiment. Dommage une fois de plus.

« Just a Bitch », qui culmine à un peu plus de 6 minutes ralentit les (d)ébats, avec son introduction plus lente, portée par une ambiance pesante. Les accélérations de tempo sont assez rares, mais les paroles restent toujours aussi violentes et relevées. En parlant de violence, « Serenity » envoie lui aussi sacrément le steak, mais une fois encore, ces espèce de passages mid. tempo/core très prévisible et pas très bien amenés s'avèrent peu utiles. A l'avenir, Dismal Faith va avoir grand besoin de trancher dans ce qu'il fait ; soit être vraiment tourné thrash/death ou s'aventurer davantage sur le terrain du metal hardcore ; entre les 2, le résultat n'est pas catastrophique (d'autant plus servi par une production aérée et qui colle bien), simplement en dent de scie.




Rédigé par : gardian666 | 11,5/20 | Nb de lectures : 11333




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker