DIRTY SHIRT - Dirtylicious (Kallaghan) - 21/09/2015 @ 07h59
Lorsqu'il arrive qu'un groupe se loupe avec le troisième album, il est toujours à temps pour lui de dire que ce chiffre est finalement sans importance et qu'il vaut toujours mieux construire sa carrière sur la durée plutôt que de l'évaluer avec des marqueurs établis par des artistes ayant évolué à une époque fort différente de la nôtre... mais lorsque tu réussis ton coup, tu es aussi autorisé à dire, toute proportion gardée, que tu es sur la même route artistique que les grands du metal qui ont proposé un troisième album qui "niquait" tout. Je ne vous fait pas l'affront de vous faire une liste, les exemples ne manquent pas.
DIRTY SHIRT est un groupe que j'apprécie pour sa musique bien sur, mais aussi pour son caractère opiniâtre, volontaire et pragmatique. Nos franco-roumains préférés ont en effet une analyse du monde qui les entoure (musicale et sociétale) empreinte d'une lucidité manifeste qui ne les empêche pourtant pas de faire la musique qu'ils aiment.
"Dirtylicous" est le troisième album de DS et comme vous l'aurez aisément compris, c'est à mon goût le meilleur de leur discographie. Muni d'un artwork simple et percutant, les musiciens n'ont pas lésiné sur les moyens pour mettre en son leurs aspirations musicales actuelles. Et même si on pourra toujours discuter sur l'orientation artistique du groupe (encore que...) sur d'autres points, le disque marque des points considérables par rapport à ses aînés.

"Older, Colder, Stronger". Ce fameux slogan popularisé par les philanthropes Kickback trouve parfaitement son sens avec ce troisième album des DS. Plus metallique et agressif, plus versé dans le folklore de l'Europe de l'Est et de la Roumanie, ce troisième opus est aussi très mélodique et riche de l'accompagnement de musiciens du Transylvanian Folklore Orchestra avec des musiciens aux percussions, violons, clarinette, accordéon, cymbalon et synthétiseurs. Par rapport aux précédents albums, "Dirtylicious" délaisse ses penchants rock pour proposer de gros riffs et de grosses rythmiques bien typées métal tandis que la place du folklore et de la mélodie ne se laissent pas faire en se faufilant intelligemment dans quasi toutes les chansons. On pourrait dès lors croire que DIRTY SHIRT en vient à pratiquer une formule de metal/fusion classique, mais plus les titres avancent et plus il semble que le groupe s'éloigne de ses influences metal au sens large pour aller puiser dans des sources beaucoup plus roots. En bref, en se durcissant, le groupe s'est éloigné des standards dont il était parfois proche sur les deux albums précédents.
En guise d'apéritif (et pour corroborer mes dires) le groupe s'offre une ouverture de bal avec l'hymne traditionnel Roumain "Ciocârlia" (popularisé aussi par Goran Bregovich et ici dans la version proposée par Georges Enescu's) pour terminer avec "Câlusarii" lui aussi issu d'un hymne traditionnel roumain. Entre ces deux instrumentaux, le groupe joue de toute ses forces, alternant voix claires et growls, solos dynamiques et inspirés, tempo rapides et refrains d'enfer. Car oui, bien sûr, DIRTY SHIRT n'a pas oublié qu'une de ses grande forces résidait dans sa capacité à écrire des chansons facilement mémorisables et sacrément bien balancées. On retrouve donc dans la qualité des chansons telles que la percutante "Moneyocracy", le hit "Dirtylicious" ou l'agressif "Mental csardas" aux impitoyables couplets growlés et à la rythmique à la limite de l'industriel. Du lourd !
De plus en plus carrés musicalement, l'interprétation reste pleine de feeling quand les parties de chants se hissent à un niveau de maîtrise et d'émotion qui file carrément la chair de poule à plusieurs moments. En mouvement constant, les rythmes se balancent entre calme et nervosité, la dynamique imposée par la section rythmique faisant un superbe travail à de nombreuses reprises.
Le seul petit reproche que l'on pourrait noter (et encore que c'est une affaire de goût) est l'aspect beaucoup plus dur et tranchant de la production et de l'interprétation. La rudesse des rythmiques metal ainsi que le ciselage de la prod' fera peut être regretter aux fans des deux premiers albums le caractère plus rock et plus groove des albums précédents. Cela n'enlève cependant rien à la qualité des chansons, cet aspect plus mordant collant de toute façon à merveille (à mon goût) aux nouvelles vibes de DIRTY SHIRT.

En se rapprochant désormais plus de Goran Bregovich que de SYSTEM OF A DOWN, DIRTY SHIRT met de plus en plus à profit sa singularité pour proposer une musique musclée, fraîche et entraînante. L'alliage réussi du metal et du folklore... si la recette n'est pas inédite, DIRTY SHIRT se pose de plus en plus comme un de ses plus brillants représentants. Bravo.




Rédigé par : Pamalach | 16,5/20 | Nb de lectures : 7501




Auteur
Commentaire
cyril_glaume
Membre enregistré
Posté le: 21/09/2015 à 12h38 - (117942)
Album fabuleux. Mon album de l'année pour le moment. 10/10



darkangel91
Membre enregistré
Posté le: 21/09/2015 à 16h18 - (117945)
l'album est pas mal mais s’essouffle assez vite sur la durée pour moi je trouve

CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 21/09/2015 à 17h18 - (117949)
Bonne pioche !



MrGuitoune
IP:77.157.65.86
Invité
Posté le: 21/09/2015 à 19h20 - (117952)
Une tuerie cet album, une vraie tuerie!
Franchement c'est du lourd

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker