DEW SCENTED - Icarus (Metal Blade/Sony) - 22/08/2012 @ 08h15
Mais merdum à queue, comment fait-il ? Oui, comment est-ce que Leif Jensen fait-il pour à chaque fois remettre sur pieds DEW SCENTED ? Et ce alors que niveau changements de line-up, Monsieur continue de faire fort – jusqu’à douze anciens membres dixit metal-archives ! – et de ventiler façon puzzle tous les quatre matins ? Bon d’accord, apparemment dans la majorité des cas, cela s’est fait à l’amiable. Mais entre cet ‘Icarus’ et ‘Invocation’, ce sont quand même quatre-cinquième de ses troupes qui ont pris la poudre d’escampette, laissant le chanteur tout seul comme un con dans son coin. Après, on va appeler cela l’expérience, la ténacité ou tout simplement la moule mais voilà, deux ans pile poile après son disque précédent, DEW SCENTED est pourtant bien là et j’ai envie de dire, frais comme au premier jour.

Ce qui m’a toujours sidéré chez ces teutons, une fois que leur son s’est stabilisé on va dire entre ‘Inwards’ (2002) et ‘Impact’ (2003), c’est leur constance, dans tous les sens du terme. Certes, DEW SCENTED n’a jamais et ne sortira sûrement jamais un chef d’œuvre absolu écrasant tout sur son passage : le groupe est trop bloqué sur la fine frontière qui sépare le thrash du death mélodique et surtout sur SLAYER. Même si l’emballage se modernise petit-à-petit, sur le fonds, il reste un produit des années 80.

Sauf que voilà, pour qui n’en a que cure de ce manque d’originalité et de ce style à la croisée des chemins qui ne mégote pas non plus sur un chouia de mélodies, ces gars sont ce que l’on peut appeler des valeurs sûres. Comme le boucher de votre quartier à la moustache frétillante, on sait qu’on peut toujours compter sur eux et qu’ils ne décevront jamais vraiment. Et c’est une nouvelle fois le cas avec ‘Icarus’.

D’ailleurs, histoire que d’entrée tout le monde se sente à l’aise, en dehors de cette habitude de commencer le titre de l’album par la lettre ‘I’, la pochette ressemble grandement à celle du précédente, indication peu subtile sur l’aspect non changeant de la musique. Cela dit, pour moi, il y a quand même une différence et elle s’appelle Marvin Vriesde. En plus d’être un habitué de la famille (il a tourné plusieurs fois avec eux en tant que membre de session et avait contribué avec quelques solos à ‘Issue VI’ en 2005), c’est surtout un excellent guitariste soliste et quelqu’un avec un solide background death-metal. Il faut dire qu’en plus des éphémères BLO.TORCH, il reste le compositeur principal des cinq albums de SEVERE TORTURE sortis à ce jour. Donc même si dans l’absolu, ‘Icarus’ ressemble quasiment comme une goutte d’eau à son prédécesseur, une impression renforcée par le fait que les deux ont été enregistrés au même studio, je trouve qu’il lui a apporté a un côté légèrement plus melodeth que thrash cette fois-ci, sa brutalité laissant ce petit arrière-goût de cendres caractéristique, surtout lorsque Dan Sawnö vient pousser sa petite gueulante (« Reawakening »).

Mais bon je dis ça, ce sera pour les cons qui, comme moi, n’ont pas de vie et n’ont rien d’autres à foutre que scruter au microscope ce genre de détail plutôt que de sortir dehors et de parler à de vrais gens. Parce que pour les autres, ‘Icarus’ restera un album de DEW SCENTED dans tous les sens du terme. Peu surprenant mais ultra-efficace dans son genre car vivace comme au premier jour et toujours autant convaincu du bienfait de sa mission sur terre. Et puis impossible de ne pas mentionner cette première édition digipack qui, comme d’habitude avec eux, contient trois bonus. En plus d’un « In Dying Mode » qui est de loin le titre le plus melodeth du tas, on retrouve deux reprises : une des coreux de INSIDE OUT (« No Spiritual Surrender ») et une, plus inattendue, de PRONG (non, pour une fois, pas « Snap Your Fingers Snap Your Neck » mais « Steady Decline » tiré de ‘Beg To Differ’). Â noter que pour les fans les plus acharnés, la version japonaise comprend, elle, aussi « In Dying Mode » mais aussi deux autres reprises de classiques punk et hardcore, JUDGE et WASTED YOUTH… DEW SCENTED, votre porte-monnaie ne le remercie pas.

http://www.dew-scented.de/ - 120 visite(s)

facebook - 91 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 15/20 | Nb de lectures : 12087




Auteur
Commentaire
Keyser
Membre enregistré
Posté le: 22/08/2012 à 09h35 - (103370)
Un album décevant en ce qui me concerne alors que j'ai toujours eu foi en Dew-Scented. Quelques très bons titres (les 2 1ers surtout) et beaucoup d'autres complètement anecdotiques voire nazes. Trop d'influs hardcore et modernes aussi sur certaines parties moshées.



Couille . Molle
Membre enregistré
Posté le: 22/08/2012 à 17h09 - (103372)
J'ai tout ce que Dew Scented a sorti depuis "Ill-Natured" mais là non je passe mon tour. Le morceau en écoute ressemmble trait pour trait à tout ce qu'ils font depuis disons "Issue VI" alors autant me repasser les anciens.
En espérant qu'ils décident un jour d'évoluer un minimum, sait-on jamais : )



SABBAT71
Membre enregistré
Posté le: 22/08/2012 à 19h01 - (103373)
J'ai seulement "IMPACT" que je trouve plutôt bon. Cet album serait-il inférieur ?

Couille . Molle
Membre enregistré
Posté le: 22/08/2012 à 22h57 - (103376)
Vu la chro' et étant donné que pour moi "Impact" est leur meilleur album je dirais oui, sans aucun doute.

HeavenNorHell
Membre enregistré
Posté le: 27/08/2012 à 12h12 - (103404)
Je ne supporte pas ce chant !!! Ca colle pas avec la zik !! Limite pourri !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker