DEVIL - Magister Mundi Xum / The Noble Savage (Soulseller/Season of Mist) - 01/02/2013 @ 08h21
Une pluie fine, un cheval au galop, une porte grinçante qui s’ouvre par un être sombre et étrange, accueillant l’auditeur par un « Good evening, I guess you’re coming to see the Devil ». L’ambiance est posée, et d’emblée on a le sentiment que ce nouvel album de DEVIL ne brillera pas par son originalité. Le premier titre, At The Blacksmith’s, confirme cette impression, qui se s’éteindra pas pendant les 6 morceaux suivants. Fortement ancré dans les 70’s, DEVIL pratique un hard rock old school dépouillé. Les riffs sont plutôt simples et misent plus sur l’efficacité et l’ambiance que sur la technique. Ce constat est le même pour tous les instruments, le chant et même la production.

Les morceaux ont globalement la même structure, avec refrains chantants et fédérateurs. L’exemple le plus flagrant est le premier titre, At The Blacksmith’s, et son refrain facile à se souvenir, ou encore Spirit of the Cult, et ses « ohohohoh » pouvant être repris par toute une assemblée. Les morceaux sont donc efficaces, taillés pour des cérémonies live. Leurs courtes durées, dépassant une seule fois les 5 minutes 30, et en moyenne 4 minutes garantissent ce côté direct. La voix est complètement en avant dans le mix, ce qui permet d’appréhender les paroles, mais relègue en arrière les grattes et surtout la batterie. On pourrait penser que c’est dommage, tant le chant est approximatif, mais au final, tout est assez cheap dans la musique de DEVIL. C’est d’ailleurs leur fond de commerce : cheap mais efficace.

Cette sortie est en fait la réédition de la première démo Magister Mundi Xum et de l’EP The Noble Savage/Blood is Boiling. On retrouve donc trois titres déjà présents sur le premier album des Norvégiens. Le reste est « inédit » pour le grand public, car assez compliqué à trouver. DEVIL s’inscrit dans cette mouvance revival 70’s à la sauce Satan ! Ils ont la bonne idée de se démarquer des autres ténors du genre, tout en restant dans le même esprit. Alors qu’un DEVIL’S BLOOD a pris la facette psyché et à tiroirs, et GHOST est le meneur façon religieux, THE DEVIL va quand à lui dans le hard rock primaire, misant sur des morceaux simples et efficaces. Rien d’original, mais une rénovation old school des anciens. Alors, génies ou imposteurs ? Impossible à dire pour DEVIL, et en ce qui me concerne, je penche plutôt vers la 2e option. Et si la pochette est tout bonnement génialissime, on aurait aimé un livret un peu plus fourni qu’un simple feuillet 4 pages avec juste une photo du groupe en pages centrales !

www.devilband.com - 133 visite(s)

1 extrait sur le livre de cul - 100 téléchargements


Rédigé par : Skay | réédition/ | Nb de lectures : 11288




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker