DEVIL'S TRAIN - II (Ear/Verycords) - 15/04/2015 @ 07h43
Si le nom de Devil's Train ne m'était pas vraiment familier au moment de recevoir leur nouvel album, celui d'au moins 3 des 4 musiciens composant le groupe ont déjà été évoqué lors de précédentes chroniques sur VS. Combo international où les nationalités sont grecques, danoises, allemandes et finlandaises, Devil's Train se compose en effet d'une section rythmique fort expérimentée regroupant l'indéboulonnable Jörg Michael (le même qui a joué pour Saxon, Grave Digger, Mekong Delta, Stratovarius, Axel Rudi Pell, etc.) à la batterie et le talentueux bassiste Jari Kainulainen (ex-Stratovarius, Masterplan, ex-Evergrey...). A cette base solide, s'ajoutent le chanteur Roberto Dimitri Liapakis (dernier membre fondateur en poste chez Mystic Prophecy) et le guitariste Laki Ragazas, également membre depuis quelques années de Mystic Prophecy.

Des musiciens qui d'habitude font plutôt dans le power ou heavy metal traditionnel et ont cette fois la bonne idée de changer un peu d'air en prenant le chemin d'un hard rock 'croustillant' et dansant, celui aux riffs lourds, parfois groovy, plaqués sur des rythmiques tout aussi directes. Malgré un timbre de voix permettant une distinction nette des paroles et qui apporte un certain sens de la mélodie, la musique de Devil's Train transpire la lourdeur en se dotant d'une certaine vibe stoner plaisante ; et ce n'est pas les mouvements remuants de la basse qui viendront dire le contraire (« You and Me » en première ligne).

Sous ces aspects 'rugueux', ce hard rock se veut distillé avec une grosse débauche d'énergie contagieuse, ne manquant ni de refrains accrocheurs ni de ces petits soli savoureux (« Down on You »). Je ressens parfois une certaine répétition dans la teneur des riffs, assez interchangeables d'une piste à l'autre, toutefois Devil's Train essaie de renouveler son propos en variant les tempos, tel l'ultra rock'n'roll « Gimme Love » qui swingue à tout va ou la déferlante « Thunderstorm » faisant un bien fou en fin d'album. 2 morceaux avant, le groupe se permet de placer une reprise du célèbre « Born to be Wild », exercice classique, interprétation dès plus fidèles, ce qui n'empêche pas à cette cover de trouver sa place sur l'album.

L'homogénéité de ce dernier ne permet pas réellement de dégager les temps forts mais je dois dire que je ne trouve pas de grosses faiblesses à cet album ; l'exécution est irréprochable, la production n'affaiblit pas les compositions, qui sont toutes idéales pour les trajets en bagnole ou les journées ensoleillées. « II » se savoure sans prise de tête, pour une fois qu'un groupe estampillé 'super(groupe)' est de qualité autant en profiter.




Rédigé par : gardian666 | 15/20 | Nb de lectures : 8267




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker