DESTRÖYER 666 - Wildfire (Season of Mist) - 07/03/2016 @ 07h11
Depuis ses débuts il y’a déjà plus de vingt ans la bande à K.K. Warslut n’a jamais été particulièrement productive car après trois premiers opus relativement rapprochés il avait fallu attendre ensuite sept longues années pour que « Defiance » voit le jour et tout autant pour que ce dernier-né arrive enfin à nos oreilles. Si la formation australienne, puis néerlandaise et désormais britannique n’a jamais été un modèle de stabilité elle a cependant été totalement remaniée depuis sa dernière sortie car même le soliste historique Shrapnel (présent de 1996 à 2012) ne fait désormais plus partie de l’aventure, à sa place on trouve le britannique Roland C. (CRUCIAMENTUM, GRAVE MIASMA) présent dans le groupe depuis la même période et qui a déjà fait oublier le guitariste des antipodes. En revanche les postes de batteur et de bassiste ont toujours été instables, du coup derrière les fûts on trouve dorénavant le suédois Per Karlsson (qui a également officié dans IN AETERNUM ou encore NOMINON) qui là aussi a été intégré depuis déjà un bon moment, ainsi que le chilien Felipe Plaza pour la rythmique (que l’on peut entendre dans PROCESSION et NIFELHEIM), bref du très beau monde et probablement un des meilleurs line-up que son leader ait pu avoir avec lui.

A l’instar de MOTÖRHEAD ou AC/DC on sait pertinemment à quoi s’attendre avec eux car le quatuor n’a jamais vraiment changé sa recette de Black/Thrash épique, en même temps vu sa qualité constante ça serait dommage de ne pas en reprendre encore une fois, et c’est de nouveau exactement cela à quoi l’on aura droit. Toujours aussi rentre-dedans le combo nous propose près de trois-quarts d’heure de riffs acérés et de nouveaux titres taillés encore pour faire mal sur scène et qui n’auront aucun mal à se mettre le public dans la poche. Cependant à l’image de l’artwork très sombre (mais assez moche) signé du demandé Zbigniew M. Bielak, la musique de la bande prend une tournure légèrement plus froide et morbide que par le passé à cause d’une production plus crue et moins propre qu’auparavant (avec également pas mal de réverb’) nous ramenant un peu plus dans la période old-school tant chérie par les gars.

D’ailleurs comment ne pas faire abstraction sur ce dernier point quand on entend « Traitor » car outre son départ direct et très rapide voilà que son frontman se met à pousser un cri d’horreur qui fait penser immédiatement à celui mythique de Tom Araya sur « Angel of Death » avant ensuite l’arrivée du chant et de la double présente tout en gardant ce côté puissant et si identifiable de leur son de l’outback qui fait démarrer ce « Wildfire » de la meilleure des manières. Celui-ci au fur et à mesure de son avancement se fait de plus en plus oppressant et inspiré car outre le typique et bien-nommé « Hymn to Dionysus » (qui va vraiment en devenir un à l’avenir) qui alterne entre brutalité ravageuse et parties plus massives en mid-tempo, on retrouve ensuite sur le morceau-titre tout ce qui fait le charme du combo où après un solo exécuté d’entrée de jeu on a droit à du tempo rapide et un refrain où les chœurs se font entendre, conjugué à un rythme qui ne débande pas une seule seconde, tout comme avec le très bon « White Line Fever » (qui n’a rien à voir avec le titre de la bande à Lemmy) où les deux gratteux se lâchent totalement.

Car un des autres points forts sont les nombreux solos plus ou moins courts qui marquent de leur éclat l’intégralité de l’opus et qui n’ont jamais été aussi présents (tout comme les duels), ceux-ci permettent au niveau déjà élevé de chacun des morceaux de grimper encore un peu plus haut. Si la bonus-track « Deathblow » est sympathique sans être extraordinaire le reste ne sera qu’une série de baffes où l’on trouve « Live and Burn » furieux et puissant comme l’Interceptor de Mad Max lancé à pleine allure, ainsi que « Hounds at Ya Back » où le début à la guitare calme et tout en mélodie (déjà entendu chez eux par le passé) se révèle parfait avant que l’ensemble ne finisse par complètement se lâcher en alternant les tempos et en faisant headbanguer à mort, bref il a tout pour devenir un classique. On peut dire la même chose de « Tamam Shud » qui clôture les débats et qui durant sept minutes garde un rythme volontairement heavy et bridé en y intégrant un break central d’un calme quasi-olympien tout en n’omettant pas une petite accélération qui fait du bien. En plus il comporte une ambiance quasi incantatoire où les chœurs et la voix claire permettent d’aller dans ce sens, tout comme cette fin où le père K.K harangue les foules avec une conviction totale.

Bref l’attente en valait la peine tant cette nouvelle galette rassemble tout ce qui fait le son et le succès des fous furieux et même s’il lui manque quelquechose pour devenir aussi culte que « Phoenix Rising » elle est quand même plus aboutie que son prédécesseur (tout en étant différente) grâce à plusieurs « hits » en puissance, même si l’on peut mettre comme bémol son mixage final qui peut indisposer et gâche un peu la voix qui du coup se retrouve un peu noyée dans la masse (tout comme la batterie qui sonne assez faiblarde par moments), cependant cela reste un détail car malgré les années qui passent (et des sorties studio au compte-gouttes) DESTRÖYER 666 reste bel et bien un des mastodontes du genre et surtout pratiquement intouchable malgré une concurrence de taille.




Rédigé par : GabinEastwood | 15/20 | Nb de lectures : 7358




Auteur
Commentaire
Humungus
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2016 à 09h47 - (119573)
Téléchargé à l'instant...
Déjà hâte de me foutre ça dans les esgourdes bordel.
Quoi qu'il en soit, la chronique donne plus qu'envie boudiou !

PS : Et merci à GabinEsatwood pour la référence à MAD MAX hé hé hé...

Bilou
IP:178.62.127.96
Invité
Posté le: 07/03/2016 à 13h27 - (119575)
Moins de rage, plus lisse, adieu les blasts. Bref album un peu mou et décevant, rappelant (toute proportions gardées car cela reste ici de qualité), l'évolution/déchéance de Watain. En tous cas bien en dessous de la concurrence en black/thrash...

hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2016 à 14h07 - (119576)
Tout pareil, sauf que j'aime bien la cover. Peut-être moins de rage mais plus varié que ses prédécesseurs, Season Of Mist tape fort en ce moment avec le Rotting Christ et celui-là. Dommage qu'ils ne passent pas au Hellfest.



Humungus
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2016 à 16h18 - (119577)
Bon...
Je viens d'écouter deux fois la chose.
Bon album dans l'ensemble mais il est tout de même très loin d'atteindre le niveau des deux premiers du groupe.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2016 à 20h34 - (119580)
Il y a tout dans cette galette, du riffing heavy de haut vol, un souffle épique á la Bathory, une vraie maitrise des temps forts, un vrai talent de composition. Le propos est moins extrême car les mecs vieillissent et á 40 balais, on vomit peux être un peu moins dans le micro. Mais c’est vraiment un superbe album, ce que j’ai entendu de mieux cette année, sans sourciller. Décidemment, ce combo excelle sortie après sortie!

berzerking
IP:37.162.196.130
Invité
Posté le: 09/03/2016 à 16h42 - (119594)
Album superbe et riffs inspirés.Comme toujours, les sorties sont longues entre chaque albums, mais la qualité est toujours présente.

Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 11/03/2016 à 15h17 - (119615)
Clairement l'un de leurs meilleurs! Alors ca fait "trve" de dire qu'il est moins bon que "Unchain the Wolves"... Mais bon, UtW avait une production de merde et des passages chiants ici ou là (l'intro de "Genesis to Genocide" avec son clavier playschool elle est sympa les dix première fois, mais après elle est juste gavante) alors que sur "Wildfire" le groupe est clairement plus mature, plus "rock'n roll" c'est vrai (on sent l'influence Mötorhed et du premier Bathory... excellentes influences au demeurant) donc forcément moins sauvage que sur "Cold Steel..." par exemple.
Perso je le mettrais sur un pied d'égalité avec "Cold Steel...". "Phoenix Rising" restant leur opus magnum.



lion
IP:5.135.159.80
Invité
Posté le: 15/03/2016 à 01h35 - (119636)
Bien moins bon que le précédent. Un peu mou. Déception.

Cronos
Membre enregistré
Posté le: 18/03/2016 à 19h33 - (119654)
Bon album, meilleur que _Défiance_
Cette fois ci, KK a mis dans la marmite plus de Destruction que de Bathory.



yannick
IP:89.80.214.134
Invité
Posté le: 27/03/2016 à 12h15 - (119704)
Album tres decevant. Bien en deca du precedent. Oui, on peut dire que défiance etait bien meilleur.

heavydevy
IP:62.235.234.99
Invité
Posté le: 10/04/2016 à 10h53 - (119808)
Pas décu du tout pour ma part. Un très bon retour, le groupe change encore un peu son style tout en restant lui même. Ici, il y a une fibre heavy metal épique qui leur va très bien.'tamam shud' pour terminer l'album, avec ses choeurs bathoresques (on imagine des vikings qui fêtent leur victoire en buvant des bières sur leurs drakkars ou quelque chose dans le style), bah je trouve ça émouvant et c'est très bien pour terminer l'album. J'ai pas assez d'écoutes pour savoir si l'album est meilleur ou moins bon que 'Defiance' mais c'est un bon album et surtout un groupe qui fait du bien dans cette scène métal qui manque de groupes vraiment authentiques et qui restent solides sur la durée (quasi 20 ans depuis Unchain the wolves quand meme).

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker