DESASTER - The Oath of an Iron Ritual (Metal Blade) - 26/05/2016 @ 07h35
Cela fait cette année pile deux décennies que le quartet allemand a sorti son premier opus « A Touch Of Medieval Darkness », depuis de l’eau a coulé sous les ponts mais la bande à Infernal n’a quant à elle pas changé d’un iota son fusil d’épaule, car malgré un rythme élevé de sorties (entre albums, EP, Split, Singles et disques live) elle maintient depuis ses débuts sa Deutsche Qualität malgré un manque de reconnaissance certain, notamment dans notre beau pays. Du coup quand l’efficacité est là il n’est pas nécessaire de changer une recette qui marche et qui fait mouche à chaque fois, et c’est ce à quoi elle s’applique depuis tout ce temps en répétant sa formule magique à l’envie (à l’instar notamment d’AC/DC), car leur son est immédiatement identifiable et reconnaissable de la part de leurs fans.

Du coup quand après l’intro retentissent les premières notes de « Proclamation in Shadows » on entend que l’on est bien dans un terrain balisé et sans surprises, mais aussi que cela le fait car directement nous voilà plongé en pleine violence entre blast, parties rapides et double précise, le tout ayant une ambiance très Black, mais pour éviter de tomber dans la routine les gars ont la bonne idée de coller des passages plus mid-tempo légèrement épiques qui sont parfaits pour headbanguer et qui se calent en alternance avec les parties plus brutales, en y rajoutant un petit solo à la fin on se retrouve avec une compo ultra-classique mais inspirée et qui aura toute sa place sur scène. Un peu plus loin on peut faire le même constat pour « Damnatio Ad Bestias » très varié et remuant, avec « The Cleric’s Arcanum » très puissant et expéditif (et où le son de cloche aux deux extrémités contribue à l’ambiance religieuse), ainsi qu’avec l’ultra-radical « Conquer & Contaminate » aux ambiances guerrières et martiales où aucune compromission ne se fait, là ça n’est qu’un déluge de vitesse et d’accélérations où se même un solo de basse et un autre de batterie, qui font monter encore plus la pression, bref une réussite totale. Si ces titres seront très certainement des cartons en concert, en revanche il n’est pas sûr que le reste le soit, car malgré leurs qualités et leur classicisme « End of Tyranny » n'a pas le petit plus pour grimper à l’échelon supérieur (bien que le passage central soit un peu inspiré par « Die By The Sword » de SLAYER), tout comme le morceau-titre qui est sans fioritures mais qui manque aussi un peu d’allant.

Ce point prend plus d’ampleur dès que cela s’étire un peu trop sur la durée, c’est ce qu’on retient de « Haunting Siren » qui contient de bonnes idées et qui varie pas mal les tempos mais qui est un peu plombé par une longueur excessive, tout comme « The Denial » qui comporte des ambiances et une lourdeur typiquement Doom, cependant là encore ça finit par se répéter ce qui est vraiment dommage tant le contenu a de la gueule et est original. Ce détail atteint son paroxysme sur « At The Eclipse Of Blades » qui privilégie les ambiances (notamment orientales) au détriment de l’explosivité qui se fait trop rare. D’autre part si la production générale est impeccable, en équilibre parfait avec les tous instruments (la basse est franchement chaleureuse) il y’a quand même un souci majeur avec la batterie dont le son est insupportable, en effet le son très sec de la caisse claire peut vite fatiguer, tout comme les toms qui sonnent de manière très bizarre, et cela nuit à l’ensemble des instruments qui eux rendent de manière excellente.

Si sur ce huitième opus le côté noir est délaissé au profit du versant Thrash plus affirmé, il n’en reste pas moins que malgré ses défauts et ses fautes de goût il est dans l’ensemble assez agréable même s’il est moins indispensable que ses prédécesseurs à cause d’une densité moins présente. Cependant ne nous méprenons pas il y’a heureusement d’excellents morceaux qui feront leur petit bonhomme de chemin sans pour autant devenir des incontournables des setlists à venir, tout comme cet album en général qui n’est finalement qu’un de plus, mais n’a pas le côté sulfureux de ses grands-frères, bref on est dans la moyenne de ce que les teutons savent faire (ce qui est déjà pas mal) mais ils nous ont habitué à mieux d’où ce sentiment de déception légitime.




Rédigé par : GabinEastwood | 14/20 | Nb de lectures : 6342




Auteur
Commentaire
Keyser
Membre enregistré
Posté le: 26/05/2016 à 09h50 - (120181)
Très bon album comme d'hab avec Desaster! Bien épique!



xov
IP:109.213.243.176
Invité
Posté le: 26/05/2016 à 12h52 - (120187)
le son de la batterie ne me gêne pas, du bon Desaster !

ZeitGeist777
Membre enregistré
Posté le: 27/05/2016 à 10h21 - (120197)
Déçu à la première écoute.



Morbid Tankard
Membre enregistré
Posté le: 28/05/2016 à 10h30 - (120211)
Un groupe quelconque.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker