DEMONIC RAGE/FETID ZOMBIE - Profane Rites of Death (Canometal) - 12/05/2016 @ 07h28
C’est ça qui est bien avec les splits : en dehors de cette éternelle célébration de l’esprit underground (on est tous copains, on partage les frais ensemble, youpi tagada), c’est souvent l’occasion de soit découvrir un groupe, soit d’être (potentiellement) surpris dans le bon sens du terme. Ici, c’est clairement le nom de DEMONIC RAGE qui m’a d’abord motivé : même s’ils n’ont sorti au final qu’un seul véritable album en 2013 (‘Venomous Wine from Putrid Bodies’) et une palanquée de démos et split obscurs, en plus de prouver une fois de plus que la scène death chilienne est décidément une des plus excitantes du moment, dans le genre ‘apôtre d’INCANTATION’ ces loustics se posaient là, en pole position avec leurs potes de MAGNANIMVS. Ces trois morceaux (bon, en fait deux plus une intro pour dire vrai) étant leur premier vrai signe de vie en trois ans, cela valait le coup de se démener pour dégoter un exemplaire, quitte à réussir l’exploit de communiquer avec un micro-label sud-américain (merci facebook) en tentant de se faire comprendre malgré le niveau d’anglais, disons, limité de notre interlocuteur.

Et bien au final, même si je ne parlerais pas exactement de déception au niveau de DEMONIC RAGE, c’est plus FETID ZOMBIE qui, à ma propre surprise, remporte le pompom. C’était pourtant pas gagné… Je suis pourtant fan de l’illustrateur Mark Riddick et malgré le côté un peu redondant de ses thématiques, disons qu’à partir du moment où vous êtes un tant soit peu mouillé dans l’extrême qui tâche en ce moment, il y a de fortes chances que vous ayez au moins une paire d’albums avec ses dessins dessus. Oui mais voilà, un bon dessinateur ne fait pas forcément un bon musicien. Et malgré son esprit très sympathique et humble, disons qu’aucun de ses multiples projets solos (MACABRA, GRAVE WAX, UNBURIED etc.) ne m’a vraiment convaincu jusqu’à maintenant, la faute à sa prod’ trop souvent artificielle et sa boîte à rythme agaçante.

Oui mais voilà, pour son quatrième split en douze mois (avec un cinquième à venir!), FETID ZOMBIE s’est enfin sorti les doigts du cul. Vous me diriez, c’est parce que sur trois morceaux, deux sont growlés par deux invités (Kam Lee et Ralf Hauber de REVEL IN FLESH) et que tous les solos, mirifiques, sont signés par l’ex-GODLESS RISING Toby Knapp, shredder de la pure tradition. Peut-être.

N’empêche que ces apports non négligeables, en plus d’une batterie certes toujours programmée mais de meilleur niveau, plus la grosse louche de thrash mélodique qu’il a rajouté à sa sauce donne, une fois n’est pas coutume, plus d’épaisseur alors qu’il nous avait un peu habitué à composer comme certains préparent une pâte à pizza, sans trop réfléchir. Même si le résultat trahit encore son côté FTP metal (terme maison pour désigner ces projets studios où les musiciens éparpillés à droite et à gauche s’échangent des mp3), c’est franchement de loin le plus intéressant qui m’ait été donné d’entendre de la part de Riddick, sans oublier que bien sûr Monsieur s’est aussi donné la peine d’illustrer tout ça visuellement.

Mais bon, il faut que ça cradouille non? Et ça c’est sûr que niveau crasse, DEMONIC RAGE s’y connaît. Un peu trop même. Malgré un son de caisse claire qui claque comme un fouet, le son beaucoup trop brouillon, notamment des guitares, ne lui donne pas la puissance dont ils auraient eu besoin pour asséner comme il faut les nombreux moments quasi-doom qui traversent tels les convulsions d’un mourant leur death baveux et chaotique. Il semble que leur line-up ait été une nouvelle fois changé (je dis ‘peut-être’ que les infos sont à vrai dire assez floues) et j’ai l’impression que réduit à un trio, le groupe a fait le choix de presque régresser musicalement, ou en tout cas d’aller vers quelque chose de plus primitif et rampant. Pas une mauvaise idée en soit mais qui donne pas tout à fait le résultat voulu. Surtout lors de ce rendez-vous manqué qu’est « Anguish Voices Swept the Path to the Grave » où, telle son influence principale INCANTATION sur leur dernier album, les chiliens tentent d’accoucher d’un titre épique de plus de douze minutes qui, hélas, ne justifie pas vraiment sa durée car le tout finit plus à ressembler à une compilation de riffs (efficaces) qu’à un seul et même bloc cohérent, même si son final écrasant et malsain fait mouche.

En fait, je crois que si je suis déçu par ces vingt et une minutes de musique, c’est parce que j’avoue qu’après trois années de silence discographique, j’attendais de leur part qu’ils passent le cap supérieur. Mais au lieu de ça, peut-être handicapé par un remaniement de personnel qui les a plombé, DEMONIC RAGE fait un peu du surplace. Cela dit, en tant que portion d’un split ultra-underground sortant sur un label qui ne l’est pas moins, ça tient la route. Mais disons que là où je me disais qu’ils allaient asseoir leur position de leader, ils se contentent de se rappeler à notre bon souvenir. En attendant mieux ?

Bref, si vous réussissez à mettre la main dessus, un split proposant deux groupes assez différents et en même temps complémentaires, même si la baffe ne viendrait pas forcément de là où vous l’attendrez…




Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 13/20 | Nb de lectures : 5959




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker