DEFEATED SANITY - Passages into Deformity (Willowtip) - Selection VS du 15/05/2013 @ 08h00
Étrange époque, que nous vivons… Difficile d’occulter les conséquences comportementales résultant de nos codes sociaux et de nos habitudes professionnelles. La recherche constante d’innovation, drôle de paradoxe aux allures de fuite en avant, bouleverse nos habitudes, nos réactions. Et se transpose dans nos loisirs, dans notre perception de notre passion musicale.
Le progrès se mesure en terme d’innovation, la marche en avant est inéluctable, le modèle immuable, dynamique vertueuse qui pousse à faire toujours mieux.

Des années de progrès ont façonné notre inconscient. L’innovation n’est pas une exception, c’est la stagnation qu’on appelle désormais régression.
Nos comportements, nos mœurs, nos choix, s’en retrouvent forcément influencés.
Mais est-ce que cela peut, est-ce que cela doit, s’appliquer à l’art ? Et à la musique ?

J’appartiens aux illuminés qui restent sceptiques sur cette approche, me complaisant dans une forme de stagnation artistique, répondant peut-être, inconsciemment, au rejet passif du fonctionnement proposé par notre ère. Pas de rejet frontal, pas de critiques stupides, juste un refus silencieux, privilégiant les actes aux paroles.
Actes matérialisés par l’achat compulsif de "Passages into Deformity" à titre d’exemple. Actes renforcés par l’appréciation personnelle de ce même "Passages into Deformity", pourtant dépourvu d’originalité, de riffs inventifs ou d’ouverture stylistique.

Les Allemands de DEFEATED SANITY, groupe incontournable pour tout amateur de Brutal Death, porté en partie par le talent de son incroyable batteur Lille Grüber, sont au sommet de leur art.
Un art musical qui exclut pourtant toute tentative d’innovation. De quoi tordre le cou aux metalleux habitués à transposer leurs habitudes comportementales dans le Metal.
Et, pour tout vous dire, heureusement que DEFEATED SANITY n’en fait qu’à sa tête. Car DEFEATED SANITY maîtrise son sujet, avec une facilité déconcertante.

Le talent absolu de DEFEATED SANITY, au-delà de la réussite musicale, est d’avoir réussi à se forger une identité dans un style habituellement peu enclin à cela. Puisant dans le meilleur des scènes américaines et européennes, et personnalisée à souhait, l’identité du groupe saute immédiatement aux oreilles, gage de 38 minutes passionnantes.

Porté en partie par la maîtrise instrumentale éblouissante de ses membres, et par le talent de son batteur Lille Grüber, DEFEATED SANITY persévère dans son Brutal Death à connotation technique. Mais attention, point de démonstration futile ; avec nos Allemands, la technique instrumentale est avant tout un accessoire, un mode d’expression complémentaire, utilisé uniquement lorsque cela est jugé nécessaire.
Il faut l’écouter pour le croire. Tout comme la brutalité frontale, inhérente au Death Metal, qui n’est pas une fin en soi, mais un canal d’expression.

Les subtils et fugaces changements de rythmes sont une extase pour l’esprit, un plaisir indicible qui sert de lien entre les rythmes hargneux et ceux plus saccadés.
DEFEATED SANITY innove malgré tout, usant du petit espace de liberté alloué par le Brutal Death, et exploite pleinement cela.
Tributaires du style du groupe, ces fragments d’explosions retenus, ces fragrances d’audaces et de légères cassures rythmiques subliment "Passages into Deformity". Les structures répondent à une forme de folie artistique, déstructurée sans l’être, cohérent tout en flirtant avec les syncopes.

Le groupe s’en donne à cœur joie, notamment sur ‘The purging’ ou ‘Perpectives’, où l’ultra violence et les accélérations habituelles font corps avec les légères saccades rythmiques et les structures aventureuses.
A sa façon, DEFEATED SANITY a redéfini les codes du Brutal Death. Sans apport d’éléments nouveaux, mais uniquement en adaptant et détournant les préceptes existants.

"Passages into Deformity" n’est peut-être pas l’album le plus brutal du groupe, ni le plus incroyable (palme au "Psalms of the Moribund"), mais il est définitivement l’album le plus abouti, et le plus addictif. On y retrouve l’intensité, la violence et la classe du groupe, transfiguré et pourvu d’une harmonie d’ensemble encore jamais atteinte. Lille nous rappelle surtout à quel point un batteur talentueux peut sublimer un album.

Les 4 acteurs du groupe sont des virtuoses, humbles, qui ne cherchent pas à se mettre en avant. Outre la présence du meilleur batteur de Brutal Death (à mon avis), DEFEATED SANITY possède également un bassiste incroyable. Son jeu de basse, sans être ultra chiadé ni technique, possède vraiment un touché particulier. Les lignes de basses proposées par Jacob sont d’une justesse et d’une efficacité redoutable, ornées de fugaces sweeping et de variations subtilement placées.

DEFEATED SANITY possède également un guitariste doué, qui, une fois n’est pas coutume, suit le duo ‘basse/batterie’ plutôt que de mener le groupe. Les riffs ne sont ni éblouissants, ni techniques. Ils sont simples, peu mélodieux, ils sont juste efficaces. Dépositaire également de l’identité du groupe, les accords plaqués par Christian Kühn tout au long des 38 minutes de "Passages into Deformity" suffisent à personnaliser chaque titre, et à le rendre violemment accrocheur, mais sans en faire des tonnes.
Un mot enfin sur le nouveau chanteur du groupe : succéder au talentueux A.J. Magana n’est pas chose aisée. Et Konstantin Lühring, transfuge de DESPONDENCY, s’en tire avec les honneurs. Il a su adapter et varier son registre, et varie considérablement ses growls en piochant dans diverses tonalités majoritairement gutturales.

L’humilité pourrait parfaitement caractériser DEFEATED SANITY. Mais une humilité altruiste, d’un groupe qui donne sans retenue. Et qui bien entendu sublime la brutalité habituellement classique que l’on retrouve dans ce style musical.

Sans être novateur, DEFEATED SANITY varie suffisamment ses structures et son approche musicale, pour se démarquer sans perdre en efficacité.
"Passages into Deformity" est un argument contre le Death jetable, un pied-de-nez à ceux qui écoutent un album à moitié tout en étoffant leur profil social, et qui l’ont déjà catégorisé et jugé au bout de 10 minutes.
Toute la musique ne peut se réduire à des Go de .aac. Alors si c’est l’innovation ou l’originalité qui guident vos choix et vos goûts musicaux, commencez par l’appliquer à vous-même : innovez dans votre façon de consommer, achetez "Passages into Deformity" sans le télécharger, évitez de l’écouter distraitement sur des haut-parleurs classiques d’ordinateurs, et écoutez-le au casque, posé dans votre canapé, sans rien faire d’autre à part vous laisser absorber par l’album.

A l’instar des grands crus, "Passages into Deformity" se déguste, "Passages into Deformity" se ressent, "Passages into Deformity" se vit. Au fil des écoutes, les surprises se dévoilent, le doux parfum de l’addiction se fait de plus en plus fort, la conviction se meut en certitude : "Passages into Deformity est le meilleur album de DEFEATED SANITY, et, j’en prends les paris, sans doute l’un des tous meilleurs albums de Death Metal de l’année.
Merci au groupe, pour cet album incroyable.

www.facebook.com/DefeatedSanity - 156 visite(s)

Album en ECOUTE INTEGRALE - 291 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 18,5/20 | Nb de lectures : 13360




Auteur
Commentaire
GrosSesque
IP:212.23.175.180
Invité
Posté le: 15/05/2013 à 09h48 - (107379)
V'là t'y pas que désormais Ju s'auto-psychanalyse dans ses chroniques !
A vue de nez tu es très proche de la trentaine ?
T'inquiètes en vieillissant on se pose moins de questions ...
Sinon, bonne chronique bien détaillée qui me donne envie de redécouvrir ce groupe sur lequel je ne me suis jamais trop attardé.

Keyser
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 11h42 - (107381)
Dans le brutal death US aujourd'hui il y a Defeated Sanity et les autres. Incroyable comment ce groupe surnage et transcende le genre. Lille est un monstre.



Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 19h13 - (107391)
Ah ? 18,5/20 quand le Spawn of Possession ne récoltait "que" 18/20 en 2012 ? Est-ce bien sérieux ? Je me demande si vais me le réécouter avant de définitivement me faire un avis... Peut-être pas, la première écoute a été pénible, la seconde nettement plus intéressante mais j'ai l'impression que l'album dure une heure tellement j'ai envie de zapper vers la piste suivante par moment et ça c'est un signe qui ne trompe pas.



..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2013 à 22h13 - (107395)
Raaa oui, carrément d'accord avec toi Keyser.
Rien à dire, Defeated Sanity est à part

Jotun35, voui deux notes différentes pour deux albums différents, de groupes différents et de styles différents...
Y'a un truc qui va pas, là ?
Je trouve ça sérieux, perso.

C'est chaud de comparer Defeated Sanity et Spawn Of Possession - tous deux excellents, certes, mais radicalement différents, tant de part leur style, que leur renommée ou leur histoire....
Après, je respecte totalement que tu n'accroches pas à cet album

phil
IP:89.80.214.134
Invité
Posté le: 15/05/2013 à 22h23 - (107396)
bof, ca ne casse pas 3 pattes à un canard. Ca s'écoute ca s'oublie trop vite

rimbe
IP:89.2.154.150
Invité
Posté le: 15/05/2013 à 22h50 - (107397)
Une excellente chronique à la hauteur de ces fantastiques musiciens. Bravo ! Ju bien vu sur toute la ligne.

Nix
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 05h26 - (107398)
Ca fait du bien de revenir aux bases. Se mettre quelque chose qui n'innove pas (du tout) mais qui est la base, l'essence d'un style, d'une mouvance.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 12h36 - (107406)
Super album, super groupe. Mais je trouve l'ensemble, après plusieurs écoutes attentives, un peu trop convenu pour vraiment se démarquer. Ce qui manque ici, c'est une ambiance et une vraie identité.

L'excellence de l'exécution, une production convaincante et des titres accrocheurs placent ce disque dans les sommets du brutal death technique. Un petit supplément d'âme en aurait peut-être fait un chef d’œuvre du genre.

Ceci étant dit, achat plus que recommandé.



Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 14h38 - (107408)
@ Ju : Ouaip les deux styles sont différents mais SoP avait tout de même innové un minimum l'année dernière, en tout cas je peux difficilement trouver un album similaire. Alors que le Defeated Sanity est assurément bon, mais dans le fond y'a rien de révolutionnaire et les 2/3 des riffs c'est du réchauffé (y'a même 2-3 passages sur certains morceaux totalement bateaux limite mauvais). D'où mon incompréhension au niveau des notes.

carnioxus
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 19h23 - (107411)
Album splendide, écrit et exécuté par de fantastiques musiciens, qui explosent en live. Un style reconnaissable, peaufiné d'album en album, dense et riche, que je trouve original car aucun autre groupe ne leur ressemble vraiment, et du Brutal Death, j'en bouffes!!
Chaque écoute apporte son lot de découvertes.
Enfin, ch'uis fan, et encore plus à chaque album et chaque concert, j'ai juste une petite préférence pour les vocaux d' AJ, un poil plus vicieux !!



Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 20h02 - (107413)
Pour ma part, je trouve cet album fantabuleux : rien de bien original ni novateur ici, il est vrai, mais c'est tellement bien fait, et tellement efficace... Je n'en attendais pas plus !



Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2013 à 20h02 - (107414)
(Ni moins, d'ailleurs...)

le gritche
IP:77.196.59.40
Invité
Posté le: 16/05/2013 à 21h07 - (107418)
Je saisis mal la mélodie des riffs, autrement j'apprécierai sans doute un peu.

philgore
Membre enregistré
Posté le: 18/05/2013 à 11h48 - (107443)
très bonne chronique à laquelle j'adhère totalement concernant l'analyse comportementale de l'homoconsommicus moderne !!!
Musicalement intéressant effectivement mais j'ai un peu de mal avec la voix.



hans
IP:217.79.179.57
Invité
Posté le: 19/05/2013 à 11h34 - (107449)
cs mérite entre 14 et 15 sur 20 en étant correct

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 16/08/2013 à 14h17 - (108625)
Pourtant pas fan de death technique à la base, j'adore ce groupe, rien à jeter !

Une technique de malade, des morceaux qui vous prennent aux tripes

Une des claques de l'année en matière de death



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker