DEAD MOUNTAIN MOUTH - Viae (Autoproduction) - 25/11/2014 @ 07h07
Si vous connaissez DEAD MOUNTAIN MOUTH et que vous appréciez sa musique, vous savez pertinemment que son géniteur Lundi Galilao n'amène jamais sa progéniture dans le parc où on s'attend à le trouver. Monter deux fois sur le même manège, très peu pour lui. Fort de trois albums, la montagne à la morte bouche nous propose aujourd'hui "Viae", bel E.p de trois titres au fort goût de petit album (28 minutes de musique !) mais à l'ambition artistique d'un grand. Le rejet de soi-même ("Mortify"), la foi aveugle et extatique ("Lamb") ou l'étude transcendantale obsessionnelle ("Science and wilderness") sont mis en musique sous une forme progressive et déroutante ... telle est la présentation que nous fait l'artiste de l'E.p et une nouvelle fois, DMM ne cède pas à la facilité, et c'est tant mieux.

Si "Loka" avait un coté terreux, lent et cradingue, "Crystalline" possédait quand à lui une atmosphère plus éthérée, spatiale et quasi insaisissable. Si on retrouvait certains liants au niveau des compositions, on notait des différences manifestes au niveau du chant, du son de guitare ou de l'agencement des compositions. Les mélodies vénéneuses du chant chaud et baveux de "Loka" se trouvaient anéanties sur l'autel des hurlements stridents et du chant glacial de "Crystalline". Là ou "Loka" était inquiétant, "Crystalline" se faisait violent et là où débordait la distorsion se casait ensuite avec rigueur des sonorités cadrées et frontales.
Malgré la différence des outils utilisés au niveau de l'interprétation, il restait ce chaudron de Progressif/Sludge/Black Metal/atmo qui mariait avec saveur tous les ingrédients à forte teneur gustative qu'utilisait Lundi. Sur "Viae", les influences semblent s'étendre aux sonorités quasi orientales de "Mortify", plus "Ocean machinienne" sur "Lamb" et satanico sabbathiennes sur "Science and Wilderness".

Majoritairement lent, "Viae" revient à la lourdeur pachydermique et imposante de "Loka" tout en y calquant la beauté glaciale de "Crystalline" et l'esthétique vaporeuse d'accords inquiétants servant de support à un chant déclamé à la limite de l'incantatoire. Assez nouveau pour DEAD MOUNTAIN MOUTH (et même assez nouveau tout court pour Lundi Gallilao) ce type de chant à le mérite de bien coller aux enchevêtrements mineurs et arpégés de la guitare. Les rythmes sont hachurés, de plus en plus de passages font place au calme d'une introspection raffinée et certaines mélodies semblent tout droit sorties d'une autre époque.
Je retrouve en effet sur la fin de "Lamb" et sur toute la mélodie de "Science..." un fort goût 80's, à l'époque où les films d'horreur comme "Creepshow" faisaient appel à des compositions sombres et inquiétantes pour colorer leurs morbides pellicules de noirs apparats sonores. C'est vintage mais bien rafraîchissant en tout cas.
Toujours surprenant et plein d'imagination, DMM nous propose avec "Viae" un E.p qui se découvre au fil des écoutes et qui comme d'habitude n'a pas fini de faire tripper les mélomanes en mal de sensations fortes !




Rédigé par : Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 9394




Auteur
Commentaire
PMR
IP:92.149.63.179
Invité
Posté le: 25/11/2014 à 17h21 - (114936)
EP en téléchargement gratuit sur la page bandcamp du projet (hachetétépé://deadmountain.bandcamp.com).

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker