DARKNESS DYNAMITE - Under The Painted Sky (At(h)ome/Wagram) - 19/06/2013 @ 08h01
DARKNESS DYNAMITE est un groupe à prendre avec des pincettes.

Depuis ce buzz lors de la sortie de leur premier album, « The Astonishing Fury Of Mankind », en 2009, le combo parisien n’a pas bénéficié d’une cote de popularité très flatteuse dans les colonnes de VS. La faute à une communication « too much », limite putassière, qui vendait la formation comme « The Next Big Thing » alors qu’elle avait encore tout à prouver, surtout avec un seul EP de deathcore bateau à son actif. De plus, leur signature sur le label Metal Blade sentait la fourberie à plein nez et, surtout, paraissait presque malhonnête, ce qui a renforcé ce sentiment d’escroquerie. « The Astonishing Fury Of Mankind » n’était pas un mauvais album, non. « The Astonishing Fury Of Mankind » était un album de metalcore banal qui ne chiait pas bien loin. Tout le foin fait autour ne servait à rien et à plus décrédibiliser le groupe qu’autre chose. Passé ça, on a plus vraiment entendu parler de DARKNESS DYNAMITE, jusqu'à tout récemment…

Des news du groupe ont ressurgi dans les colonnes de VS, preuve que DARKNESS DYNAMITE n’était pas mort. Le groupe annonçait la sortie de son second album, chez At(h)ome cette fois-ci, avec en sus, un lifting complet en terme de visuel. Nouveau logo et couleurs chatoyantes fleurant bon le stoner étaient de la partie, et rien qu’avec ça, on sentait un retournement de veste à plein nez. Mais l’interview fleuve de Junior Rodriguez, qui parut quelques temps après allait éclaircir les quelques zones d’ombres, et surtout, allait mettre les choses au clair. C’est ce qui m’a poussé à acheter ce nouvel album. Non pas pour en faire la kronik coûte que coûte, mais surtout parce que les mots de Mr Rodriguez avaient attisé ma curiosité. Ses propos laissaient entrevoir un nouveau visage pour DARKNESS DYNAMITE et une orientation plus personnelle.

Et après une première écoute, le constat était évident : DARKNESS DYNAMITE se sont rachetés une conduite avec un visage plus rock, plus chaud au niveau du son, plus lourd, plus inspiré, plus planant également à la façon d’un DEFTONES, mais surtout plus personnel. « Under The Painted Sky » s’inscrit bien comme un nouveau départ pour les Parisiens. Il respire beaucoup plus l’authenticité que ce que le groupe pondait auparavant, et s’amuse à mélanger avec finesse un ensemble d’influences sous une même bannière, dans une ambiance rock grassouillette prédominante. Exit donc le metalcore du premier album, maintenant ça rocke et ça fait vraiment pas semblant. Sauf que DARKNESS DYNAMYTE n’est pas tombé dans le panneau du « on va la jouer stoner rock parce que ça marche bien en ce moment », nan, là-dessus ils sont pas cons les mecs. Ils ont, certes, évolué vers un son qui s’en rapproche énormément, mais en l’acoquinant de plans post-core/rock, metal, voire mathcore, selon les titres. Et le résultat ne fait carrément pas tache, loin de là. Les mecs nous ont pondu des compos en béton, efficaces, subtiles, et, comme je l’ai dit plus haut, beaucoup plus inspirées.

La composition est bien plus fluide et dégage un agréable feeling qu’on ne retrouvait pas sur « The Astonishing Fury Of Mankind », grâce au riffing emprunté principalement au stoner rock, qui confère à l’ambiance générale d’« Under The Painted Sky » un aspect bien plus groovy. Le chant de Junior Rodriguez a bien évolué lui aussi. Beaucoup plus maîtrisé et impactant, il se pose sans problèmes sur les titres et se diversifie bien plus souvent. Et c’est bien ce mot qui définit le mieux ce nouvel opus : diversité. DARKNESS DYNAMITE n’a pas opté pour la composition d’un album purement rock, mais un album rock mélangé à un ensemble de leurs influences. On peut donc retrouver une aura post-core sur « I’m Seeking At Six », des plans empruntés au deathcore sur « Dead Ends », d’autres plus thrash sur « Under The Painted Sky », un riffing djent sur « Vanished Gravity », ou une compos carrément post-rock avec « Breathe ». On est donc en présence d’un melting-pot de genres intelligemment dosé et composé, car même avec autant de styles empruntés, l’ensemble sonne comme compact et uni. On sent que DARKNESS DYNAMYTE a voulu changer mais sans en oublier ses autres amours musicaux et force est de constater que ça le fait.

Avec ce second effort, les Parisiens prouvent qu’ils n’en ont rien à faire des critiques et qu’ils font ce qu’ils ont envie de faire, point. Certains pourront penser qu’il s’agit là d’un retournement de veste, mais après plusieurs écoutes d’« Under Painted Sky » l’évidence est là. Ce nouvel album n’est que le commencement d’une nouvelle ère pour le groupe et je dois bien avouer que j’ai hâte d’entendre la suite à tout cela.

http://www.darknessdynamite.com/ - 183 visite(s)

White Retina - 167 téléchargements


Rédigé par : Velvet Kevorkian | 16.5/20 | Nb de lectures : 12999




Auteur
Commentaire
Steak
IP:109.1.135.52
Invité
Posté le: 19/06/2013 à 09h43 - (107958)
C'est fait exprès les Y partout dans DYNAMITE ?

richard_colinson
IP:78.112.212.130
Invité
Posté le: 19/06/2013 à 09h55 - (107959)
Salut Mastodon, ça va bien ?

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2013 à 10h09 - (107960)
Bonne chro Velvet, je me demandais si elle allait tomber !

J'ai également découvert le groupe début 2009 et je n'avais jamais pu prendre ces mecs au sérieux (swaggots, manque d'originalité, matraquage publicitaire et compagnie). En gros, c'était direction aux oubliettes.

Et puis cet Under The Painted Sky a suscité une certaine curiosité en dévoilant ses premiers extraits. Je l'ai gagné pour tout te dire, je ne sais pas si je l'aurais acheté... et j'en ai encore écouté une partie hier soir.

Ils nous proposent un sympathique mélange de gros rock groovy, parfois un peu crado et sombre comme le titre d'ouverture, de riffings Shai-Huludesques un poil alambiqués (toute proportions gardées), et de plans que vous nommerez comme vous voudrez en ajoutant "core" comme suffixe (comme tu le décris ci-dessus). En gros je diviserais cet album en trois parties : la première composée de titres audacieux, la seconde inspirée par le travail des autres, et la dernière tirée de l'héritage "core" dans lequel ils baignaient à leurs débuts.

Ils s'essaient à des choses intéressantes servies par un chant en forte progression... et ça marche ! C'est un bel effort. Malgré tout, j'ai l'impression qu'ils sont encore en quête d'identité propre et je ne sais pas si ces mecs ont un avenir... Le 1er titre est, selon moi, le style qui leur convient le mieux.

Attention au terme "putassier" tu vas te faire engueuler ;)


12/20



FabMTS
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2013 à 12h09 - (107964)
Vrai qu'il y a une belle influence Mastodon sur certains plans mais pas que. Album riche, bien chaleureux et aérien, j'ai vraiment hâte qu'ils soient en tournée pour voir si les ambiances prennent sur scène !



twothousandeyes
IP:31.39.1.49
Invité
Posté le: 19/06/2013 à 12h11 - (107965)
Bonne chronique, bon album, il ne reste plus qu'à voir ça en live : )

Magna
IP:90.57.173.57
Invité
Posté le: 19/06/2013 à 15h07 - (107967)
Scring Scring, la machine à fric est en marche !
C'était rigolo à l'époque, mais c'était quand même meilleur je trouve.

AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2013 à 16h51 - (107968)
J'ai hâte de découvrir leur prochain style et leur prochaine garde-robe.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker