DANISHMENDT - Un Passé Aride (Cold Void Emanations) - 16/01/2012 @ 08h01
Pardon aux familles tout ça… Pardon, oui car ce second album des Parisiens de DANISHMENDT est sorti en 2010 et que la chronique débarque seulement maintenant sur VS. Il faut bien avouer que dans les locaux du 16 avenue René Coty, on a bien du mal de s’y retrouver dans le fatras de promos qui enluminent les bureaux du sol au plafond ! Malheureusement, notre grand guide devant l’éternel a bien du mal à insuffler ne serait-ce que deux grammes de discipline à la bande de macaques et d’alcoolos que nous sommes. Oui certaines galettes traversent des vortex temporels, se faufilant de mains en mains, avant d’atterrir « mystérieusement » chez un ténébreux abruti ayant fait son trou au fond du couloir à gauche, puis marchez dix minutes en direction du cimetière, traversez les bois sombres, suivez le caniveau en faisant un arrêt au bar, à côté des chiottes là où les ampoules ont pété, voilà vous y êtes. Tiens un mot : -On sait pas c’est quoi ce truc mais ça fait peur ! C’est pour ta gueule !

Peur… Je ne sais pas si c’est le terme adéquat. En tout cas, le combo ne fait rien pour câliner l’auditeur et le mettre à l’aise. Deuxième album pour le groupe, Un Passé Aride porte bien son nom et pourtant nous sommes devant un album au combien fertile. D’abord, ce voyage angoissant dure un peu plus d’une heure et certains titres peuvent monter jusqu’à un quart d’heure. Outre la durée, ce qui heurte le malheureux visiteur, est cet aspect radical qui plane sur l’œuvre avec un sourire en coin qui semble nous dire que l’on va le sentir passer.

DANISHMENDT évolue dans une sphère Post-Core hérité de NEUROSIS mais en l’assaisonnant à leur façon. Oui, c’est lourd, c’est tendu mais l’univers est industriel. Tout au long, nous chutons dans l’acier de samples et de nappes Ambient/Indus assez glauques. Comme si cela ne suffisait pas, nos joyeux lurons insèrent quelques lignes Black héritées du chaos sonore issu de BAN ou d’un DEATHSPELL OMEGA. Autant vous prévenir, ça dissone ! Des riffs déglingués se décomposent en arpèges hypnotiques. Des soli bruitistes se perdent dans les syncopes chaotiques. La lourdeur industrielle se voit dynamiter par les assauts subites d’une batterie prise d’une soudaine crise de démence. Même lorsque ça groove vers des contrées plus Sludge, la musique ne se montre pas plus avenante pour autant. Parfois, on se dit que cela pourrait être la réponse à REVERENCE mais version Post-Core chaotique.

Malgré cela, on aperçoit un cheminement au travers de ce périple dans ce monde froid et déshumanisé. A mi-parcours, une certaine légèreté va contaminer les riffs grâce à des amorces de mélodies plus lumineuses voire épiques. Mais même à ces instants, le combo ne peut s’empêcher de torturer ces trames ou de les précipiter dans un magma chaotique. Le but est de nous éprouver, de nous laisser dans l’inconfort et sortir de l’épreuve avec le goût du malaise sur les lèvres. Il faut bien avouer que cela est assez réussi. C’est vraiment éprouvant d’autant plus que la première fois que je l’ai écouté, j’étais en proie à une migraine taille XXL sur l’échelle de Richter.

Maintenant, cette carcasse rouillée montre quelques légers défauts. Cette gangue oppressante a parfois tendance à laisser s’échapper ses victimes vers des horizons plus sereins. C’est la difficulté principale du genre, rester hypnotique et dans ce cas désagréable s’en pour autant que l’auditeur ne s’échappe soit dans son monde intérieur soit dans un sommeil réparateur. Je dois avouer avoir décroché à chaque écoute mais ils réussissent quand même à nous rattraper avec cette deuxième moitié plus amène. Ensuite, le principal défaut pour l’instant est le hurleur qui vient chatouiller le pur style NEUROSIS mais sans pour l’instant la force viscérale qui s’en dégage. Ca manque de nuances, de variations, la sensation d’entendre une litanie relativement linéaire à l’instar d’un instrument supplémentaire surtout qu’il n’est pas mis spécialement à l’honneur dans le mix. Puisqu’on y est, l’habillage sonore est excellent à la fois naturel et puissant tout à fait adapté pour faire ressortir toute la lourdeur de cette basse écrasante.

La principale qualité du groupe est de développer une personnalité singulière au sein d’une scène dorénavant pléthorique. De plus, l’aspect bravache du groupe qui va à fond dans le côté incommodant pour laisser à la fin le malheureux auditeur détruit et nauséeux au fond d’un caniveau, me parle infiniment. Certes quelques longueurs, un chant un peu terne et quelques influences encore trop prégnantes, mais un groupe à suivre qui s’il arrive à maturité risque de nous lâcher une compression de tôles qui va véritablement nous annihiler.

http://www.danishmendt.com/accueil.html - 123 visite(s)

L'album sur Bandcamp - 101 téléchargements


Rédigé par : Dark Rabbit | 14/20 | Nb de lectures : 12235




Auteur
Commentaire
Monceau
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2012 à 10h22 - (99868)
En effet l’ambiance se veut d’être aussi glauque et exaspérante qu’un pot de Nutella sans le chocolat mais avec toutes les calories qui vont bien. Ça donne envie de se mettre un collier de parpaings sur le cou avant d’aller faire les longueurs dans les égouts de la ville. Sauf que, comme tu as dit, bien qu’on souhaite d’en finir le plus vite possible, on continue de flotter près de la surface, les poumons pleins de la merde.



pearly
Membre enregistré
Posté le: 17/01/2012 à 12h52 - (99880)
grosses compos, gros boulot, excellent disque, malheureusement souvent incompris (ersatz de post-hardcore ??), ravi de voir l'influ BAN sortir dans la chro. Un gros boulot de digestion des influs, pour un résultat tout sauf efficace, pourtant diablement intéressant.



Trouduc
IP:83.158.173.106
Invité
Posté le: 18/01/2012 à 09h53 - (99887)
ouais, bof.
Trop franchouillard.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker