CULT OF OCCULT - Five Degrees of Insanity (Deadlight) - 04/03/2016 @ 07h16
En voilà un groupe que j’aime. Un groupe de doom sludge. Ou de doom death. Ou de death doom. Enfin, un groupe un brin insaisissable. Enfin insaisissable jusqu’à ce qu’il te tombe dessus. Parce que 15 tonnes pleine face, ça se remarque. En principe, ça bouge ton cortex. Ton cul aussi. Five degrees of insanity, c’est leur petit dernier. Et ce disque vaut son pesant de goudron (sans les plumes). 5 titres. 1 heure 10. Prends ta respiration.

Le sludge/doom/death du groupe est de ceux que j’apprécie au plus haut point pour une raison finalement assez simple. La structure des titres est pour le moins elliptique et dépouillée. L’instrumentation va uniquement à l’essentiel. La voix gronde sans fioriture. Et pourtant, la magie opère. Jusque dans cet artwork absurde, mi réaliste, mi abstrait, mi naïf, mi menaçant, moitié mimi, moitié chouchou, totalement michou.

Dès "Alcoholic", le premier titre, la structure donne le ton : lourdeur et reptation seront de mise. Sur un fond de basse grondante (énorme sur tous les titres, à la puissance tellurique quasi divine), de voix tonitruante invoquant les enfers ("Satanic"), de grattes tourbillonnantes s’enfonçant dans le maelstrom, le titre avance en rampant, la gueule ouverte, chape de plomb en berne, tel le pachyderme se préparant à écraser la tête du condamné. Ce sludge dégueulasse, trempé autant dans la mélasse que dans le scotch bon marché, écrase toute velléité de résistance. C’est là que la puissance du groupe se développe, que la magie opère sans coup férir, dans cette façon de proposer des choses que l’on pense mille fois entendues mais qui emportent tout de même l’adhésion. La faute aussi à ce son ultra chaud, ultra organique, qui sent le placenta et le vomi, la haine et l’envie. Car Cult of Occult, c’est aussi l’odeur de la charogne, avec cette espèce de « contre-structure » permanente qui donne l’impression d’entendre du gros doom death, du gros sludge et… une pointe de BM. Du drone aussi, parfois ("Satanic" par exemple). Un peu comme si Monarch avait décidé de copuler avec Weedeater et le Reverend en même temps. Un peu encore comme si Cowards avait choisi de mettre Grief à sec, avec une poignée de sable.

Car Cult of Occult est sale. Très sale. Le dépouillement – le décharnement ? – de ses structures laisse une croûte apparente. Son sludge ultra bouseux décape et laisse l’auditeur face à face avec l’âpreté de ses compos et démerde-toi ("Nihilistic", rugueux à souhait). Les respirations sont rares, voire inexistantes. Rien ne vient perturber la lourdeur extrême du propos, pas un pont, pas une mélodie, pas un solo, pas une accélération. Rien de rien. Noir c’est noir (la fin spatio-abyssale de "Misanthropic").

Et pourtant, je te l’ai déjà dit, la magie opère. Le jusqu’au-boutisme du groupe a ce je ne sais quoi de naïf, de faussement simpliste qui m’emporte à chaque fois. La musique monolithique du groupe est un atout majeur, un as dans sa manche. Là où cette caractéristique condamne de nombreux groupes à l’oubli, elle assure le statut de Cult of Occult, qui en fait son arme de choix. Sa musique est à prendre comme un bloc de granit. Brut. Avec aucunes autres aspérités que celles que lui a données la Nature ("Psychotic" et son départ calme avant que la marche des pachydermes ne reprenne inexorablement sa route, droits dans leurs bottes).

Si j’osais, je dirais même que la musique de Cult of Occult est punk. Comme une façon de dire qu’ils s’en foutent. Qu’ils te jettent à la tronche leurs morceaux, en veux-tu en voilà et démerde-toi (encore). "Misanthropic" par exemple, le troisième titre (plus de 16 minutes quand même) : un départ affolé, presque chaotique, je balance tout et tu feras le tri. Puis moins d’une minute plus tard, retour à la chape de plomb. Je fais ce que je veux. T’as compris ? Moi, j’aime. Surtout lorsque, à 3’50, tu te fades une mélodie aux allures de scie à métaux. Tu pensais respirer avec ça ? Raté. Tu croyais qu’on allait enfin avoir un pont vers les 9’ avec ces petits sons spatiaux ? Encore raté. La voix grondante en fond, comme un Grand Ancien qui sort de son sommeil, te rappelle qu’on n’est pas là pour rire. Monarch qui te parle de la mer, je te dis… Sauf que là, c’est juste aux abysses que tu as droit.

Tu l’as saisi, j’aime Cult of Occult. J’aime leur sludge mâtiné de BM. J’aime leur son ultra chaud, baveux à souhait. J’aime leur dépouillement, leur dénuement extrême, le grondement de la voix, la puissance tellurique de la basse et la magie qui entoure leurs structures pourtant déjà entendues. C’est comme ça. Faudra t’y faire. Et écouter le bouzin aussi. Parce que la pochette va pas beaucoup t’aider… Mais passé le blister plastique, c’est un pur chef d’œuvre de gros doom extrême que tu vas t’enfiler sans vergogne. Dieu te garde.




Rédigé par : Raziel | 16/20 | Nb de lectures : 7450




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 04/03/2016 à 09h53 - (119557)
Cet album est GRAND!

jeje29
IP:193.106.225.67
Invité
Posté le: 04/03/2016 à 22h29 - (119561)
Cette pochette est moche.

GeneralMono
Membre enregistré
Posté le: 05/03/2016 à 12h39 - (119562)
Ênorme album, grosse claque dans la g.... (d'autant plus inattendue que l'écoute du précédent ne laissait espérer une telle suite).
D'accord en tous points avec la kro, son dépouillement total en fait finalement sa force.
Ecoute dont on ne ressort pas indemne, comme on dit dans ces cas-là.

Et l'artwork n'est pas moche !! Il n'est pas beau non plus. Il est intéressant (d'ailleurs, là on n'en voit qu'une partie en fait), sorte de version adaptée du "in the court of the crimson king" (enfin moi ça m'y fait penser inévitablement).

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2016 à 18h54 - (119579)
Il aurait été vicieux de mettre ce disque en sélection tiens. Car du vice, il y en a plein ce disque.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 10/03/2016 à 16h20 - (119606)
Vraiment bien ce disque, merci Raziel pour la découverte ! Et plus je l'écoute, plus je comprends la pochette.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker