CRUSHING SUN - Tao (Major Label) - 30/01/2012 @ 08h22
Pour le quidam métallique moyen comme moi, le Portugal fait figure de parent pauvre du métal européen. Pas besoin de se voiler la face, mis à part MOONSPELL (qui, contrairement aux idées reçues, ne se prononce pas MOUN’CHPELLE) il est peu fréquent que nous parviennent des riffs qui fleurent bon la bacalao. Les Portugais voueraient-ils l’exclusivité de leur talent à la pose du carrelage ? Que nenni et CRUSHING SUN, avec ce premier album, arrive à point nommé pour démentir tout poncif de mauvais goût, auréolé de BTP.

Intéressant, c’est le mot qui pourrait résumer les quelque 51 minutes particulièrement mouvementées de cet opus qui succède à un honnête split album, partagé avec EAK, sorti courant 2008. D’emblée, CRUSHING SUN inscrit dans la mouvance d’un métal moderne mixant les influences pour régurgiter une musique aux relents presque progressifs.

Sur la base d’un métal articulé autour de gros accords lourds principalement rythmiques, le quatuor de Vila Do Conde, brode quelques variations souvent heureuses. Incorporant de grasses guitares propre au sludge, un zest d’acoustique soigneusement calculé (« Jane’s trail »), une pincée de métal éthéré presque atmosphérique (« 12379 seconds »), quelques blasts étonnamment placés, une louchée de plans « southern », un chant monocorde aboyé dans un style un peu metalcore et une jolie dose de savoir-faire, nos poilus nous entraînent dans un voyage suffisamment dépaysant pour qu’on y laisse promener ses oreilles sans déplaisir.

Difficile de continuer cette chronique sans évoquer l’influence manifeste que GOJIRA semble avoir eu sur CRUSHING SUN dans la lourdeur de ses riffs comme dans son approche atypique d’un métal bien ancré dans le XXIème siècle. J’y ajouterais également l’ombre d’un NEUROSIS pour souligner une certaine tension musicale bien maintenue et une belle prédisposition aux riffs hypnotiques. Le tout servi par une production juste et une mise en place impeccable.

Si la chronique s’arrêtait ici, le rouleau compresseur de « TAO » en ferait frétiller plus d’un et à juste titre. Il me faut néanmoins conclure cet article sur la carence dont souffre l’album. En se dispersant dans bon nombre de directions, CRUSHING SUN manque de réel fil conducteur pour son métal contemporain et bien que leur musique se veuille changeante, ce premier opus n’échappe pas à une certaine linéarité. Un peu comme si le groupe usait à chaque fois de la même recette pour nous concocter un cassoulet aux fraises des bois.

Atypique et intéressant, absolument ; quant à affirmer que c’est une réussite totale, c’est une autre affaire mais une affaire à suivre…

Strip and deceit - 66 téléchargements


Rédigé par : Tonton | 13/20 | Nb de lectures : 10616




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker