CROWMORPH - Chroma (Autoproduction) - 16/04/2012 @ 07h59
Il y a des galettes qui peuvent être un sacré casse-tête pour des chroniqueurs, le dilemme de la journée arrive avec le premier EP de Crowmorph, « Chroma ». Cette jeune formation versaillaise a attendu le bon moment pour préparer ce disque, que ce soit d’un point de vue musical qu’en termes de stabilité. Le hic énorme, c’est que le combo est mené par une fille. Je sais, cela peut vous paraître complètement sexiste, mais j’ai toujours mis un point d’honneur à préserver mes oreilles des chants féminins dans le metal. Ecouter Beth chanter dans Portishead n’a rien à voir avec… Nightwish ? Within Temptation ? Tous ces trucs quoi, ne me jugez pas.

Ceci étant dit, je ne trouve pas que la charmante gourgandine qu’est Amanda manque de voix. Pendant ces 28 minutes de matraquage mi-death, mi-thrash, mi-bordel, la meneuse s’égosille brutalement et sans concession. Sa voix n’a pas à souffrir d’une quelconque comparaison avec ses homologues masculins, et franchement, juste pour ça, je la remercie. Dans un second temps, vous la remercierez, vous aussi, pour utiliser notre langue maternelle : le français. Toutefois, il faut vraiment tendre une oreille attentive et zieuter le livret pour comprendre toutes les paroles. Mais parallèlement, vous la détesterez autant que moi pour user d’un chant clair abusif et totalement faux sur des parties « cleans » pas toujours bien calculées. En l’occurrence, « Larmophose » et ses faux-airs d’Eths représentent une des parties négatives et énervantes de la musique de Crowmorph.

En contrepartie, avec des passages bien chiés et pas clichés, « Chroma » comprend de bonnes influences de la scène extrême, le titre éponyme résonne comme une bonne tuerie groove metal et démontre la belle facette de la bande de Versailles. Néanmoins, derrière une certaine assurance technique, le son de cette autoproduction reste un défaut majeur et renvoie un sentiment de bouillie sonore par moments. Rien de bien choquant puisqu’il s’agit là d’un EP et d’un échauffement (j’ose l’espérer), mais le mixage semble hasardeux.

Cet EP n’est pas un bijou ultime, il s’agit juste là d’une œuvre sans prétention, accouchée de la manière la plus naturelle possible. Oui, les chants clairs sont détestables, oui, la production pue un peu du cul, mais si Crowmorph évolue musicalement, il n’y aura pas de raison pour que cela se passe mal. En attendant un LP, j’encourage bien fort le clan à peaufiner son écriture et arriver à maturité.


Rédigé par : Choko | 6/10 | Nb de lectures : 11343




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker