CRIMINAL - Fear Itself (Metal Blade) - 04/04/2016 @ 07h29
On ne peut être qu’admiratif de la persévérance d’Anton Reisenegger depuis toutes ces années, en effet malgré les galères de personnel, un gros manque de reconnaissance et un grand déménagement du Chili vers l’Europe, ce dernier s’accroche depuis désormais un quart de siècle à maintenir en activité son vaisseau amiral. Depuis 2011 et la sortie du réussi « Akelarre » celui-ci s’était fait très discret, il faut dire qu’une nouvelle fois sa formation a évolué avec l’arrivée de son compatriote Sergio Klein comme guitariste soliste ainsi qu’un retour dans l’écurie Metal Blade après y être parti il y’a près d’une décennie. Cependant ça n’est pas un retour en arrière pour le quartet, loin de là, car au contraire musicalement on continue dans le créneau Thrash à l’ancienne agrémenté de quelques influences Death et Groove pour y amener un soupçon de modernité tout en conservant ses racines sud-américaines, le tout avec un line-up de plus en plus affûté.

Actuellement si on veut être dans le coup il faut faire appel au très demandé Costin Chioreanu pour s’occuper de sa pochette et du visuel, c’est le cas du combo qui a également eu droit à une production impeccable puissante et organique où chaque instrument est parfaitement mis en valeur de manière totalement équilibrée. Avec tout cela il n’y avait pas de raisons d’être déçu et c’est effectivement le cas, tant les mecs se sont surpassés et offrent une nouvelle livraison forte intéressante qui prouve qu’ils ont toujours autant la hargne et l’énergie, car une fois l’intro terminée on se rend tout de suite compte qu’ils reprennent les choses où elles en étaient restées sur son prédécesseur, car le très bon « Down Driven » après un début bien lourd et écrasant trouve son rythme de croisière avec une batterie très rapide et des riffs qui s’enchaînent à cent à l’heure, tout en n’hésitant pas à recourir au mid-tempo afin d’enchaîner sur des (ré)accélérations redoutables, tout comme avec l’excellent et agressif « False Flag Attack » où le binôme chilien/britannique trouve une homogénéité parfaite en sortant toute la panoplie du parfait thrasheur, notamment le batteur Zac O’Neil qui livre tout au long de l’album un jeu de haut vol où se mêle rapidité, technicité et brutalité tout en offrant probablement sa meilleure prestation depuis son arrivée dans le groupe. Il n’y a qu’à écouter ses parties de double et ses nombreuses variations dans son jeu pour voir qu’il a encore progressé, notamment sur ce titre où le côté tribal donne encore plus de poids aux influences chiliennes et brésiliennes, SEPULTURA en tête.

Car entre les compos réussies et classiques (« The Needle and Knife » et « Summoning the Apocalypse ») l’ombre de l’ancien groupe de Max Cavalera est plus que présente, il suffit d’entendre « Shock Doctrine » pour s’en apercevoir car outre l’intonation et le phrasé, le sens du riff peut faire penser qu’Andreas Kisser est venu gratouiller sur le disque. D’ailleurs plus on avance dans l’écoute et plus le gang de Sao Paulo (et anciennement de Belo Horizonte) se fait actif, car le début de « Deep in the Rot » ressemble étrangement à celui de « Roots Bloody Roots » tout comme sa lourdeur extrême, et surtout avec « Carne Molida » qui est un retour aux sources puisqu’en plus de son chant en espagnol (et non pas en portugais) les passages rapides nous font replonger en pleine période de « Beneath The Remains » et « Arise » et permettant de prouver s’il le fallait encore que ces deux disques sont des chefs-d’œuvre.

Et même s’il contient des moments moins passionnants et inspirés, comme le mollasson « The One Who Speaks at Night » (qui a du mal à décoller à cause d’un abus de mid-tempo) ou le trop long « Scream of Consciousness », il n’en reste pas moins que l’impression générale est plus que satisfaisante, car le combo a eu l’excellente idée de ne pas trop étirer ses morceaux ce qui fait qu’hormis ce dernier tous tournent à quatre minutes maximum et qu’ils sont mis en valeur par la qualité du petit nouveau dont la palette technique leur permet d’avoir une grande variété. Du coup on est certainement en présence d’une des meilleures sorties de la bande à Anton (même si elle a rarement déçu par le passé) car tout y est sur la durée (rythme élevé, accroche, son, inspiration et puissance) ce qui fait que l’on a probablement un disque qui figurera dans le top des sorties thrash de 2016, et après une aussi longue carrière c’est encore plus fort.




Rédigé par : GabinEastwood | 15/20 | Nb de lectures : 6133




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker