COLOSSUS - Lobotocracy (Klonosphere) - 10/04/2014 @ 07h30
C'est marrant, la première fois que j'ai entendu parler de ce groupe, je n'ai pas tout de suite pensé au géant de metal des X-Men mais plutôt au morceau de IR8 (projet réunissant à l'époque Newsted, Devin Townsend et Tom Hunting). Leur morceau "Colossus" était un mid tempo rugueux, rampant et agressif qui m'avait vraiment marqué à l'époque par la dureté de son propos et le coté entêtant des paroles, véritable ode à la mulasserie et au carnage barbare.
Si pour les trois Américains, Colossus semblait être un mot évoquant la puissance et la destruction, il y a fort à parier que pour nos gaillards deatheux venus du Nord pas de Calais, cela soit un peu la même chose. Deuxième album de ces guerriers venus du froid, "Lobotocracy" affiche dès le départ des ambitions claires et nettes : pousser tous les boutons dans le rouge et faire le maximum de dégâts possibles. Amateurs de Death technique lorgnant sans gène vers le Deathcore de qualité, vous êtes à la bonne adresse.

Rapidement, j'ai du me rendre à l'évidence, COLOSSUS n'a pas sorti avec "Lobotocracy" un album qui se digère en quelques écoutes. Si il peut y avoir au départ une impression d'efficacité très "In your face" aidé par un son clair et massif, nombreuses sont les ramifications qui se détachent des chansons.
L'énorme travail de composition et de mise en place se trouve personnifié dans la variété des techniques utilisées dans les riffs. Aux déferlantes en doubles croches et au tapping répondent les power chords "parpaings" et les rythmiques chirurgicales qui créent dès "The combustion point" des ambiances chaotiques et inquiétantes.
Rapidement, on note l'excellent travail des deux guitaristes (dont une fille, fait suffisamment rare pour être souligné) qui se complètent à merveille et proposent à deux un travail d'approche assez original dans un genre pourtant assez balisé, coincé quelque part entre le Deathcore et le technical Death.
La recherche musicale n'empiète cependant pas sur la virulence du propos, la noirceur des émotions exprimées se plongeant dans une sorte de mélancolie dantesque qui fait parfois froid dans le dos. Aidés par une bonne section rythmique, les deux guitaristes répondent aux hurlements gutturaux des deux chanteurs du groupe qui malgré des timbres assez proches se succèdent dans une surenchère d'énergie très agréable à entendre. Et quand il faut mettre le paquet, on peut compter sur le batteur et le bassiste pour sortir les biscottos et dérouler les câbles de la mort pour étrangler sans pitié les auditeurs à grands coups de rythmes vitupérants.

Toute cette technique et cette créativité se trouve amplifiée par une sorte d'urgence qui parcourt les morceaux tout le long de l'album. Toute la première partie de l'album donne l'impression que les musiciens ont le feu au cul et le mors aux dents pour exécuter sans pitié leurs brutales décharges catharsis.
Du coup, les cinq premiers morceaux (en gros jusqu'a "We Are The Ones Called Devils") donnent une impression "pied au plancher" quand la deuxième partie est à mon goût un peu moins pressée mais, et presque paradoxalement, plus violente. Dès "Endless Torment", l'impression de malaise, déjà bien présente jusqu'alors se fait encore plus prégnante, l'originalité et la technicité de certains riffs se faisant aussi entendre encore plus clairement.
Le pic est selon moi atteint avec l'excellent (et en deux parties) "Hellsurection" et le final "Seize my final breath", superbe morceau explosif qui montre un COLOSSUS très mouvant et redoutablement efficace. Les limites que je trouve à cet album viennent du parti pris de la production, certes claire et percutante mais manquant de relief et de dynamique. Du coup, je ressens à certains moments une certaine linéarité qui plombe certains passages heureusement largement rattrapés (je le répète, ça fait pas de mal) par la créativité des riffs de guitare.

Bref un deuxième album qui satisfera les amateurs de deathcore audacieux bien catchy et qui interpellera certainement tous ceux qui se pencheront sur les quelques bombes de ce skeud... la personnalité musicale se faisant rare de nos jours.




Rédigé par : Pamalach | 14,5/20 | Nb de lectures : 12132




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2014 à 20h17 - (111726)
Pas mal du tout... :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker