CLAWED FOREHEAD - My Domain (Metal Age) - 10/02/2016 @ 07h13
"Je suis, toooop, 30 secondes... un groupe composé de cinq individus qui s'est fait connaître à ses débuts discographiques en reprenant des morceaux de METALLICA façon musique classique avec violons et violoncelles, je suis, je suis... APOCALYPT... eh non, je suis CLAWED FOREHEAD !"

Gnè ? Bah oui, APOCALYPTICA, 'sont quatre les bougres !

Trêve de plaisanteries, car l'humeur n'est pas aux réjouissances mais aux souvenirs puisque c'est une chronique à caractère posthume que je vous propose aujourd'hui. CLAWED FOREHEAD s'étant disloqué quelques mois après la sortie de cette galette suite au départ de son leader pour renaître sous une forme plus métallique avec THE ENTROPIES, en version quatuor et donc plus burnée. Un premier album serait déjà dans les tuyaux d'après le facebook du groupe...

Bref, tout ça pour vous dire que CLAWED FOREHEAD (AKA "le front griffé"... roooooar !) était composé de cinq joyeux drilles en provenance de Tchéquie, Slovaquie et d'Iran : en voilà un pour qui la mondialisation n'était pas qu'un simple concept ! Et que "My domain", troisième et donc dernier album de la troupe, faisait la part belle aux jolies mélodies et aux atmosphères délicates, puisqu'il était généreusement nourri de violons, violoncelles, guitares acoustiques et autres vocalises féminines. Pas de saturation ici mon bon monsieur, ce n'est pas le genre de la maison.

Ce qui n'empêche en aucun cas le club des cinq de naviguer à vue entre tempos débridés (ces "Sounds of silence" ou "Harrowing" épiques et musclés !) ou embardées folk chaleureuses troussées autour de textes dans la langue de Shakespeare ou du 100% local ("Nicim" avec ses textes en tchèque). Une voix masculine vient également faire des siennes sur le finisher "Phlegmatic state" pour apporter un petit côté chaud-froid pas vilain du tout. N'oublions pas aussi quelques morceaux instrumentaux comme "Inferno" qui viennent enrichir la gamme proposée ici par CLAWED FOREHEAD. Voilà pour le yang. Passons au Yin : le flûtiau que l'on retrouve notamment sur "Dead city" sonne quelque peu désuet, la production manque cruellement de punch, les vocalises féminines peuvent lasser sur la durée et on a parfois l'impression de se trouver propulsé quelques siècles en arrière, au temps des seigneurs et des gueux, mais ce côté rétrograde a un je ne sais quoi d'attachant. D'autant qu'il se mêle de temps à autre à des influences world music (apportées par le contingent iranien ?) qui lui apportent une coloration plus originale.

Cette formation m'a rappelé quelques souvenirs d'un temps lointain comme le superbe "Twilight world" des Français de SPEAKING SILENCE, parfois la grandiloquence d'HAGGARD pour le côté médiéval assumé et bien sûr, APOCALYPTICA, pour le fonds de commerce acoustique et les structures métalliques classicisées. De solides références pour un album qui ne fera pas date, bien sûr, mais voilà treize morceaux qui se laissent écouter sans sourciller...




Rédigé par : TarGhost | 13/20 | Nb de lectures : 6219




Auteur
Commentaire
noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 03/05/2016 à 10h10 - (120026)
Un bon album, frais et original, qui sans être un chef d'oeuvre mérite largement qu'on y pose une oreille tellement les bons groupe de ce genre se font rares !! Leur musique est authentique et avec une vrai recherche



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker