CLAW - Claw (Czar of Crickets) - 05/11/2014 @ 07h54
Les années 80 et 90 n’en finissent plus d’inspirer des formations du monde entier et jouant tous les styles possible et inimaginables, et la Suisse n’est pas non plus épargnée par ce phénomène puisque les mecs de CLAW sont fans du thrash de cette période. Le groupe a été formé en 2008 à Genève et a vraiment pris le temps pour sortir sa première galette, inspirée par la puissance de MEGADETH, METALLICA et KREATOR, et la mélodie de PARADISE LOST.

Enregistré au Rec Studio (où sont passés notamment KNUT et LOFOFORA) par Serge Morattel (également guitariste du quintet), les gars nous proposent un album inspiré par la fin du monde et sa suite post-apocalyptique, avec pas moins de 13 titres pour une durée totale de 52 minutes, un exercice assez casse-gueule au premier abord vu l’épaisseur du contenu. Pourtant malgré des idées assez éculées et entendues les genevois arrivent à faire entendre leur différence, puisqu’ils varient intelligemment les tempos et alternent entre agressivité, lourdeur et mélancolie pour maintenir l’attention tout au long de l’écoute.

L’opus débute sur « Out of the vault » rapide et qui bouge bien et qui constitue une bonne entrée en matière même si deux défauts sautent aux yeux (ou plutôt aux oreilles), tout d’abord la voix car même si Niko sait la varier et si elle est puissante elle manque parfois un peu de justesse, surtout quand l’effort demandé est un peu plus important, et d’autre part la production pique un peu par son synthétisme. Même si le mixage est parfaitement équilibré pour chaque instrument, son côté trop moderne et en réverb’ peu vite être agaçant et cela finit par nuire à l’attention portée aux morceaux car on se focalise trop sur ce point.

Néanmoins des titres comme « Alpha 13 » et « Too Late » ont de très bons atouts grâce à son mid-tempo efficace pour le premier, et son inspiration tirée du groupe de Dave Mustaine pour le second où les accélérations et les rythmiques thrash classique font mouche. On y entend aussi des morceaux bien heavy et lents tels les bons et courts « Sandstorm » et « Touched with fire », une balade mélodique et mélancolique qui évite le piège de la guimauve (« Alone »), des riffs inspirés du groupe de Nick Holmes sur « Dawn of a new era », et même des influences Hard FM des 80’s avec le sympathique « My Arch Enemy », le tout pour finir avec un long instrumental (« The Alphapocalypse ») mais qui s’étire trop sur la durée pour terminer à 7 minutes.

Tout n’est certes pas parfait dans ce premier disque, outre les points cités plus hauts il aurait aussi mérité d’être raccourci (car les quelques titres moins inspirés traînent trop en longueur) et amputé de ceux-ci il aurait gagné en cohésion et efficacité en marquant plus les esprits. A eux de travailler désormais sur le positif et le négatif car on sent un potentiel intéressant et surtout une passion sincère pour les vétérans du genre et leur période dorée.




Rédigé par : GabinEastwood | 14/20 | Nb de lectures : 10014




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker