CHROME MOLLY - Gunpowder Diplomacy (earMusic/Wagram) - 07/05/2013 @ 07h56
23. Ce n'est ni la moyenne d'âge des musiciens de Chrome Molly, ni le nombre d'années d'existence du groupe, ni le nombre de titres de « Gunpowder Diplomacy », mais le total d'années écoulées entre ce nouvel album et le précédent réalisé par Chrome Molly. Petite biographie de ce groupe anglais, formé en 1981, séparé 10 ans plus tard, après 4 albums et reformé à l'occasion de son 30ème anniversaire.

Les voilà donc de retour en 2013, un quatuor un peu grisonnant, mais qui semble toujours avoir la forme pour balancer du classic hard rock, made in England. Voix légèrement éraillée qui n'oublie pas d'être lyrique, grosse production, riffs catchys sur tempo en mode alternatif (quelques titres énergiques et d'autres en mid. tempo), « Gunpowder Diplomacy » est dans le fond et la forme très classique. Un peu trop même.

« Corporation Fear » ouvre les débats de belle manière, rythmique relevée, refrain construit dont l'air trotte vite dans la tête, un peu à l'opposé de « TV Cops », le titre qui suit juste derrière : le tempo est considérablement ralentit, le refrain fait un peu pataud, mais heureusement le riff principal n'est pas désagréable et sauve un peu les meubles. La suite ressemble à une roulette, entre pistes un peu molles, pas très brillantes (« Clean Outta, Luck », « Stop Love! »), et morceaux un peu plus dynamiques...simplement rock en fait (« Short Sharp Shock », « Supercharged », où l'apport de chœurs sur le refrain est bienvenu, pour soutenir un Steve Hawkins un peu en souffrance).

Chrome Molly fait les choses simplement, sans démesure ou prise de risques, ce qui fait que la fin de l'album se fait de plus en plus attendre, tant tout devient prévisible et fait déjà entendu des dizaines de fois (« Complicated » qui sonne très rock US). « All in my Mind » n'arrange pas les choses, la voix est moyenne, la compo pas attachante et le groupe s'enfonce sur le pénible « Billion Dollar Heart Attack » (et son 'solo' bien foireux, entre autres). Et ce n'est pas le plus dynamique « Bulletproof » (encore un refrain très passable pour un morceau tout aussi moyen, rien ne ressort, pas de riff, de solo, des lignes vocales sans saveurs, etc.) qui relève le niveau.

Le titre final, « The Runner » a beau être sur un tempo lent lui aussi, c'est une piste un peu plus brillante que ses prédécesseurs, la voix est plus 'planante', le riff principal se veut massif et plutôt bon, bref, Chrome Molly évite de peu une fin d'album totalement indigeste. En fait j'ai rapidement désenchanté après quelques écoutes de « Gunpowder Diplomacy », un album bien inégal qui comporte quelques bons titres, dépassés en nombre par ceux plus mauvais. Pour être gentil, je dirais que cet opus est tout juste moyen, et j'aurais préféré dire, agréable à écouter bien que très basique. C'est même pas le cas en fait...



http://www.chromemolly.com/ - 332 visite(s)

- 83 téléchargements


Rédigé par : gardian666 | 10,5/20 | Nb de lectures : 11522




Auteur
Commentaire
Arioch91
Membre enregistré
Posté le: 07/05/2013 à 14h33 - (107267)
Misère, et dire qu'à l'époque j'avais osé acheter leur 1er album...

Je l'ai encore dans ma collection, j'ai honte ^_^



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker