CHICAGO - Now : Chicago XXXVI (Frontiers) - 18/09/2014 @ 07h46
47 ans après ses débuts discographiques (oui, vous avez bien lu !), Chicago fait encore parler de lui en publiant sur le label Frontiers Records son … 36e album, toutes sorties confondues. A l’origine de la fusion entre rock, pop et jazz à la fin des années 1960 avec Blood, Sweat And Tears, le groupe a vendu plus de 100 millions de disques au cours de sa carrière et fait désormais figure de légende de la musique populaire américaine du 20e siècle. La sortie de Now : Chicago XXXVI constitue donc un petit évènement en soi, d’autant plus que le dernier véritable opus studio de la formation remonte à 2008. Cela étant, comme pour tout album de Chicago paru depuis le milieu des années 1970, il y aura deux façons d’apprécier ce nouvel essai.

D’un côté, les fans inconsolables des premières œuvres, assurément les meilleures, passeront rapidement leur chemin après avoir une nouvelle fois constaté que l’aura entourant le groupe à ses débuts s’est définitivement envolée. Et il s’avère bien difficile de leur donner tort… Si l’on regrette toujours amèrement le départ des membres fondateurs Peter Cetera (basse et chant, parti en 1985 afin de se concentrer sur une carrière solo à succès) et Danny Seraphine (batterie, débarqué en 1990), ce sont surtout les parties de guitare du regretté Terry Kath, décédé en janvier 1978, qui font aujourd’hui cruellement défaut. Ce brillant six-cordistes qu’Hendrix lui-même tenait en très haute estime était en effet l’un des principaux artisans du son Chicago lors des années de gloire du combo. A ce titre, il suffit de comparer le solo gorgé de feeling d’un titre comme « 25 or 6 to 4 » (1970, l’un des plus grands hits du groupe) avec les timides interventions de Keith Howland sur Now : Chicago XXXVI pour réaliser à quel point le côté bluesy/rock n’ roll si caractéristique de la musique du groupe à ses débuts a disparu. Chicago en 2014, où comment confirmer une nouvelle fois le dicton populaire « On ne peut pas être et avoir été » …

A l’inverse, les aficionados de la facette la plus pop de la formation chicagoanne seront certainement conquis par ces 11 nouvelles compositions voyant le chanteur et claviériste d’origine, Robert Lamm, reprendre nettement la main en termes d’écriture et de direction musicale (« More Will Be Revealed », « Free At Last », « Naked In The Garden Of Allah »). La section cuivre, composée des incontournables Lee Loughnane (trompette), James Pankow (trombone) et Walter Parazaider (saxophone), fait quant à elle toujours autorité au sein de la scène jazz/rock West Coast (« Now »). Et si le bassiste/chanteur Jason Scheff n’est pas en mesure d’égaler l’immense Peter Cetera, force est quand même de constater qu’il s’en sort avec les honneurs sur un titre comme « Crazy Happy » ou sur la ballade « Love Lives On », calibrée juste comme il faut pour les radios US.

Si l’on met de côté quelques morceaux peu convaincants (« Another Trippy Day »), ainsi que le besoin irrépressible de comparer le Chicago actuel avec celui des cinq premiers albums, nous tenons là un disque tout à fait honnête interprété par des musiciens d’exception. Quoi qu’il en soit, en 2014, ce Now : Chicago XXXVI est par bien des aspects une véritable curiosité.




Rédigé par : up the irons | 12/20 | Nb de lectures : 10126




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker