CENTINEX - Redeeming Filth (Agonia) - 04/02/2015 @ 07h41
La scène metallique suédoise a vu en 2014 la reformation tant attendue (et décevante) de AT THE GATES, or le groupe de Tomas Lindberg n’a pas été le seul à faire son retour car même si c’est passé plus inaperçu cela a également été le cas pour CENTINEX. Depuis 8 ans on pensait le combo de Martin Schulman définitivement mort et enterré, surtout après les très bons « Decadence (Prophecies of Cosmic Chaos) » et « World Declension » qui les voyait augmenter leur dose de brutalité. Du coup tout comme ses compatriotes de Gothenburg ce retour était scruté et ce que l’on peut dire c’est que ce nouvel album va faire énormément parler.

Cela commence déjà par le line-up, car hormis le bassiste historique il ne reste plus personne des dernières galettes. Si le désormais quatuor (et ex-quintet) voit le retour du batteur Kennet Englund il intègre en revanche deux nouveaux venus, le guitariste Sverker Widgren (tenant le micro dans DEMONICAL et DIABOLICAL) et Alexander Högbom au chant (et présent aussi dans OCTOBER TIDE). Bref sur le papier ça a vraiment de l’allure, mais il faut encore que l’alchimie soit au rendez-vous et ça c’est une autre histoire (comme l’a notamment dit Gérard Blanc dans le morceau du même nom).

Les premiers extraits dévoilés au fur et à mesure étaient convaincants avec « When Bodies Are Deformed » qui ouvre l’album à la fois rapide, totalement old-school et sans surprise, « Moist Purple Skin » très lourd et tout en double, et « Death Glance » où là encore c’est sans surprise, 100 % suédois, mais bien joué et vite expédié (2,25 minutes). Il est à noter d’ailleurs qu’avec ces 33 minutes, c’est le disque le plus court jamais enregistré dans la carrière du combo suédois. Du coup cela donne des morceaux expédiés en 3 minutes, et surtout la désagréable impression qu’ils ont été écrits et composés dans le même laps de temps, ou bien qu’ils avaient un délai à tenir pour le studio d’enregistrement et que celui-ci arrivait à terme.

Car oui il y’a bien un gros souci (et même plusieurs d’ailleurs), tout d’abord même si ceux qui ouvraient ce nouvel opus étaient accrocheurs, plus on va avancer dans l’écoute et plus les sensations de lassitude, de monotonie et surtout d’ennui vont pointer le bout de leur nez. La faute à plusieurs raisons, tout d’abord l’abus d’excessif de passages en mid-tempo et surtout guère inspirés (« Unrestrained » ne décolle pas malgré sa courte durée, « Rotting Below » tourne en rond et on a la sensation d’écouter la même chose en boucle, et enfin « Dead, Buried and Forgotten » qui incite plus au bâillement qu’au headbanging), des parties de guitare simplissimes et répétées en boucle (n’est pas Kenneth Wiklund qui veut… d’ailleurs son absence se fait cruellement ressentir tant l’inspiration et la pauvreté des riffs font pitié, et aussi le manque total de solos car il n’y en a pas un seul au final, ce qui affaiblit encore plus l’ensemble déjà bancal), un batteur minimaliste et qui a l’air de s’ennuyer (un retour à la boîte à rythme des débuts aurait peut-être été préférable) et un chant qui ne varie pas d’un iota tout au long de l’album, sans folie ni conviction. Ce qui est notable également c’est que si lors des premières écoutes on se laisse prendre au jeu sans forcément y pénétrer totalement, sur les suivantes on reste de plus en plus imperméable à cet opus, et très vite finalement on a envie de retourner écouter les cadors du genre.

Du coup malgré quelques éclairs d’inspiration sur « Stone of Choice » (et son côté légèrement épique), « Without Motives » rapide et efficace et « Eyes Sockets Empty » bien lourd et puissant, cela est quand même franchement léger tant la folie, l’âme et l’envie sont absents malgré que ça joue bien, que ça soit carré et que la production puissante et grasse soit au rendez-vous (bien que cela prouve qu’elle ne peut pas combler et meubler des défaillances flagrantes).

Les quelques titres inspirés et rapides parviennent tout de même à relever le niveau car les autres sont aussi mous et inintéressants que l’album de GHOULGOTHA, malheureusement on est très très loin de ce que composent les actuels membres dans leurs autres formations respectives et c’est là le dernier gros point noir, l’alchimie comme évoqué au début ne s’est absolument pas faite et comme pour AT THE GATES ça n’était pas la peine de ressusciter un cadavre mort et enterré pour sortir un disque pareil, qui s’il était sorti sous un autre nom aurait pu faire bonne figure et on aurait oublié ses nombreuses maladresses en mettant ça sur le compte de la jeunesse et de l’inexpérience, sauf que là quand on voit le pedigree des mecs il vaudrait mieux que chacun retourne dans ses projets annexes où finalement ils sont bien meilleurs.




Rédigé par : GabinEastwood | 12/20 | Nb de lectures : 9313




Auteur
Commentaire
TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 08h59 - (115607)
Pinaise, CENTINEX, le groupe qui a sorti l'ode absolue au coté obscur de la force qu'est "Reflections"...coupable de ce "Redeeming filth" feignant et poussif, sans passion ni envie : bordel il est où l'intérêt du come-back la-dedans ?
Triste.




zozo
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 10h29 - (115611)
Encore le cas typique d'un groupe qui, de son vivant, n'intéresse plus personne et qui du jour où il splitte, devient 'culte'. Etrange. Surtout qu'ils n'ont pas sorti deux disques pareils, avec du bon et du moins bon. Là, c'est vrai que l'on sécarte presque trop de leur son d'origine mais pourquoi pas après tout... Pas le disque de l'année certes mais bien plaisant.

TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 10h55 - (115612)
Pas faux zozo...perso, je trouve que "Reflections" est un disque vraiment à part dans leur disco, les intonations presque black avec ces furieux relents heavy en faisait plus un sérieux concurrent de DISSECTION plutôt qu'un énième suiveur de la triplette ENTOMBED/GRAVE/DISMEMBER sur ses deux premières galettes.

Je n'avais pas connaissance du statut "culte" de CENTINEX lors de son split, c'est d'ailleurs plutôt surprenant pour un groupe de ce rang là, ce que je sais en revanche c'est que repointer son boule en 2015 avec ce "Redeeming filth" sans saveur ni piquant, c'est un coup de paille dans la pils.

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 13h41 - (115619)
totalement d'accord avec la chro. déjà, je ne comprends pas l'intérêt d'avoir reformé Centinex alors que Demonical avait pris le relais de la pure période swedeath, ayant même pris un revirage plus cru après le mélodique "Death Infernal". si c'était pour reforme Centinex, autant prendre la suite de "World Declension" qui était plus 'moderne', là c'est juste un disque de swedeath de plus... dont, effectivement, les premiers morceaux charcutent et après ça devient très chiant.

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2015 à 07h44 - (115626)
Comme les copains du dessus. Ils se sont peut être fait plaisir mais autant continuer avec Demonical comme si de rien n'était

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker