CB MURDOC - The Green (Spinefarm/Season of Mist) - 19/06/2012 @ 08h32
Les reconversions vers un autre style sont souvent légion chez les zicos métalleux, mais desfois ça peut quand même surprendre un peu plus que d’habitude. Surtout quand ça vient de Blackeux. Bon après tout, au regard de la reconversion de NHV (BEHERIT) dans le monde des DJ hardtek, on est prêt à tout entendre… CB MURDOC est un groupe formé par 3 membres de feu-MÖRK GRYNING, groupe suédois de BM « à corpsepaints » qui avait splitté en 2005 suite au désintérêt de Goth Gorgon pour le Metal extrême. Revoilà donc le chanteur Johan, le bassiste Fredrik (qui se retrouve guitariste) et le batteur Carl-Gustaf pour une nouvelle formation complétée par trois autres membres dont un préposé aux claviers et autres bruitages. Et CB MURDOC ne fait pas de BM mais… du Metal groovy à chant plus typé Core que Black. Groove et Core, voilà deux termes qui horripilent les blackeux mais qui est pourtant ici pratiqué par 3 ex-blackeux. Après tout, ce n’est que de la musique et donc de l’entertainment, mais quand on connaît le côté puriste de certains… on se dit que CB MURDOC n’a peur de rien.

Deux ans après sa formation, le groupe est néanmoins assez discret pour la sortie de leur premier album The Green (sans passer par la case démo ou EP), malgré une sortie sur Spinefarm. Au menu, un Metal résolument moderne à la croisée des chemins entre Metal/Core bien groovy, Metal un peu technique et expérimental, et un autre genre qui doit être bien détesté des Blackeux également, le fameux « Math-Metal ». CB MURDOC n’est pas pour autant un groupe à classifier dans le genre Djent, on parlera surtout ici de Math-Metal pour les passages syncopés à guitares bien sous-accordées et l’influence MESHUGGAH évidente. Le sextet de Stockholm n’est donc pas loin d’un MESHUGGAH toutes périodes (mais surtout Destroy Erase Improve), des débuts de TEXTURES voire de quelques groupes de French-Metal comme HACRIDE ou MISTAKEN ELEMENT. Pas de chant clair ou quoi que ce soit, Johan Ljung utilise un unique chant hurlé et arraché très -core comme on en croise beaucoup parmi le Math-Metal et les divers clones de MESHUGGAH. Rien de bien révolutionnaire ici, tout au plus retrouvera-t-on des synthés discrets à la SHINING (les Norvégiens, flagrant sur "Devon") et un côté plus sale et abrasif absent de bon nombre de formations du genre, voire des ambiances et quelques plans pouvant évoquer CORONER (mais un petit peu, ne vous enflammez pas).

Bien que démonstratif et assez complexe, CB MURDOC va à l’essentiel pour son premier album en se limitant à 8 morceaux et 40 minutes. La recette est la même tout au long de The Green, avec un enchaînement de plans assez travaillés, oscillant entre rythmiques accrocheuses et parties plus mélodiques. Le son est assez sec et aurait mérité un peu plus de puissance, mais cela plaira à ceux qui conchient les surprods stériles. Le chant est assez sous-mixé, un mal pour un bien car son manque d’originalité et de variations (en plus du fait qu’il n’est tout simplement pas fameux) dessert The Green dans son ensemble alors que les instrumentations ont quand même quelques arguments. Dans un travail de composition et d’arrangement très fouillé, il va falloir creuser pour y trouver son compte, et même si un manque d’identité des morceaux se fait sentir quelques pièces arrivent quand même à retenir l’attention. C’est par exemple le cas de "Patch" qui est assez entraînant. Après un "Changeling" trop long mais intéressant grâce à quelques riffs groovy bien bonnards, l’album décolle vraiment à partir de l’excellent "Adore" avec quelques passages très efficaces. Suivront alors le plus rentre-dedans "Two in One", l’accrocheur "Trinkets of Deceit" et le percutant "D.I.D." au rang des choses vraiment intéressantes de The Green, album dense qui est plus à apprécier dans sa globalité pour le travail musical.

Ce qu’on constatera surtout, c’est que CB MURDOC tombe malheureusement dans le style de composition qui consiste à faire du collage de plans et de riffs pour se la jouer « complexe et technique », plutôt que de composer de vrais morceaux. Mais l’effort est intéressant et comme The Green n’est que leur premier album, on peut considérer que CB MURDOC a du potentiel et est sur la bonne voie au regard de certains passages très réussis (je leur conseillerai de creuser un peu les ambiances au synthé), surtout que des défauts de forme faciles à gommer subsistent (chant, son). Le tout manque encore d’originalité (avec des plans encore trop influencés par l’école Thordendalienne, cf. le solo de "By Omission") mais les Suédois ont déjà un embryon de personnalité, et c’est déjà ça de pris sachant que le genre « Math » est souvent très galvaudé. Un premier album plutôt correct et encourageant, mais qui reste réservé aux amateurs de Metal un peu alambiqué qui pioche dans plusieurs styles techniques avec un emballage groovy, sous peine d’avoir des difficultés pour aborder la bestiole. Dernier détail, le groupe a été recommandé par Thomas Haake en personne, alors si pour vous c’est un bon conseil…

http://www.facebook.com/cbmurdoc - 325 visite(s)

Two in One (clip) - 86 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 14/20 | Nb de lectures : 11677




Auteur
Commentaire
rimbe
IP:81.220.211.74
Invité
Posté le: 19/06/2012 à 20h06 - (102610)
"Avec des plans encore trop influencés par l'Ecole Thordendalienne, cf. le solo de By Omission" .Forcément ! c'est le Maître lui-même qui joue sur ce morceau !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker