BURNING HUMAN - Resurrection Through Fire (Koch/La Baleine) - 03/12/2009 @ 08h24
Bourvil? Peut pas le blairer! Plutôt, je peux pas saquer le rôle que le cinéma à donné à Bourvil: celui d’un brave gars un peu campagne, naïf et simplet. Le personnage m’agace au plus haut point, à l’image de tous les beaufs de France dont il incarne à merveille la crétinerie. Dire qu’il aura fallu attendre l’un de ses derniers films pour le voir faire quelque chose de bien... Quel gâchis.
Le rapport avec BURNING HUMAN? Aussi surprenant que cela puisse paraître, il semblerait que les américains partagent le même avis que moi et le fassent savoir en immolant par pochette interposée l’image de ce benêt ringard. Etrange...

Bourvil soumis aux tourments des flammes, James Murphy à la production: voilà deux excellentes raisons de se pencher sur BURNING HUMAN. Le promo sheet essayera de vous en vendre une troisième, leur batteur Bittner batifolant aussi chez SHADOWS FALL...
Ouah, une star! Chouette!!!
Pour la bio, BURNING HUMAN s’est formé en 95, à New York. Depuis, silence radio. 13 ans, plus tard, Bittner-le-fameux retrouve le groupe alors au top de sa créativité et ensemble parviennent donc à accoucher d’un premier album: “Resurrection Through Fire”.

Au premier abord, BURNING HUMAN semble être le groupe en panne d’inspiration longue durée qui pond en 2009 un album de Death Thrash Old-School enraciné, sans surprise, dans le Death du milieu des années 90. Riffs archi-entendus et déjà médiocres à l’époque, grunts sans relief, batterie qui manque totalement d’imagination (un Bittner light en somme)... “Resurrection Through Fire” va prendre la poussière, c’est sûr.
Au fil des écoutes néanmoins, on prend un certain plaisir à entendre des riffs aux relents acides de MASSACRE, CANNIBAL, OBITUARY liftés par une production power Thrash plutôt tranchante et pimentés par quelques touches hardcore. “As Good as Dead” ira jusqu’à me faire décapsuler une Duvel, tiens.

Et puis il y a les 5 soli de James Murphy, le viagra de la gratte, qui réussit à me foutre la gaule à tous les coups, même lorsqu’il ne place que quelques notes dans une mélodie Testamentienne (in “Tormented Mind”). Cette érection évite à “Resurrection Through Fire” la sanction définitive du tiroir pour l’avenir plus enviable de l’étagère des soirées mousses, celle des albums qu’on écoute autour d’un paquet de Monster Munchs en dissertant sur le meilleur moyen de laver sa veste à patchs.

“Hé, ca se lave pas, mec!!!”

http://www.myspace.com/burninghuman4 - 725 visite(s)

la page myspace du groupe - 171 téléchargements


Rédigé par : La Myxine | 12/20 | Nb de lectures : 10467




Auteur
Commentaire
666fab666
IP:80.13.3.209
Invité
Posté le: 03/12/2009 à 09h49 - (78392)
bien la référence à la Duvel !!( DIKKENEK ???)

La Myxine
Membre enregistré
Posté le: 03/12/2009 à 17h04 - (78406)
Oui oufti! C'est ce qui s'appelle tomber de son sus ;)

Deliverer Of Faith
Membre enregistré
Posté le: 03/12/2009 à 19h16 - (78407)
Album plaisant, rien de révolutionnaire, mais tout ça se laisse gentiment écouter.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker