BREAKDUST - Baleful World (Finisterian Dead End) - 29/11/2013 @ 07h59
Le bon vin, il est à Bordeaux. Mais le bon son aussi. Les bordelais de BREAKDUST vont d’ailleurs le prouver avec leur second album, Baleful World. Il succède à Mutilated Earth sorti en 2007, soit 10 ans après la formation du groupe qui avait sorti 3 démos, dont Eye Of Cyclone (2005) qui avait trouvé grâce aux oreilles de Tonton. Et on ne doute pas que Tonton sait admirer le bon vin, pardon le bon son (enfin, le bon vin également). Si la production de Mutilated Earth n’était pas flamboyante mais honnête, pour Baleful World BREAKDUST va passer dans une autre dimension. Si Mathieu Pascal (GOROD) s’est de nouveau chargé de la production et du mixage, le mastering a été réalisé par El Mooooooboooooo aux Conkrete Studios, et qui dit Mooooooboooooo dit en général son bien puissant et moderne qui décoiffe. Baleful World ne va pas faire exception, et il n’en fallait pas plus pour propulser le Thrash/Death de BREAKDUST vers les sommets.

BREAKDUST continue donc à étaler ses influences « classiques » que sont METALLICA, PANTERA, SEPULTURA et SLAYER, mais aussi des choses plus modernes comme ARCH ENEMY, CHIMAIRA et GOJIRA. LOUDBLAST a également droit de cité, et si je devrais rapprocher Baleful World d’un album en particulier ça serait Frozen Moments Between Life And Death, le dernier album en date du célèbre groupe français (mais c’est le seul que je connais d’eux, oui false hipster paille et poutre tout ça…). Proche de LOUDBLAST dans cette faculté à pratiquer un Thrash/Death couillu, ni trop Thrash ni trop Death. BREAKDUST a donc la science de l’équilibre entre compositions Thrash directes et véloces, et influs Death qui rendent l’espace sonore parfois plus lourd, notamment de par le chant rauque (excellent) tout du long. A partir des influences classiques, BREAKDUST a bâti un album redoutable de Thrash/Death moderne, qui pourra aussi évoquer EVILE (pour le côté Thrash puriste mais-pas-trop à la production en béton) et le TESTAMENT époque Low/Demonic et même leurs derniers en date, le tout marié à du GOJIRA ou tout groupe de Death moderne équivalent. Et ça fonctionne du tonnerre !

Baleful World est donc constamment partagé entre brûlots thrashisants et pistes plus modernes, le tout en respectant une certaine tradition metallique (pas de bidules syncopés, rassurez-vous). A l’instar d’EVILE donc, BREAKDUST sait proposer des rythmiques Thrash terribles qui sont du genre à te faire tourner les cheveux à 100 tours/minute, en témoignent "Come to Challenge Them", le tube Thrash par excellence qui ouvre l’album après une intro, le génial "Mother Will Kill Us All", "Fucking Sheep" qui fait bien taper du pied, et le furieux morceau-titre de clôture. BREAKDUST est inspiré et le montre aussi au niveau des solos rondement menés ("Come to Challenge Them", "Make Me A Living Man", "Fucking Sheep", "Dark Side of Human Spirit"). Mais le Thrash ne fait pas tout et pour le reste, BREAKDUST va explorer le chemin d’un Thrash/Death moderne qui fait mouche. On sent bien l’influence GOJIRA revendiquée dans le plus groovy "Fuck You, Shut-Up Listen Or Go!", puis "Sad Evolution" et "Bloody Puppets" se distinguent de par leur côté plus lourd et plus appuyé, mais toujours accrocheur et efficace en diable. En fait, tout l’art de BREAKDUST v.2013 est résumé dans le fleuve "Mother Will Kill Us All" (8 minutes à la toise !) et l’instrumental "Lost in My Dream" (7 minutes) : tout ce que le groupe sait faire y est, des riffs mordants aux structures entraînantes, en passant par les super solos/mélodies et les passages plus modernes et Death parfaitement amenés dans la danse.

Baleful World dure une heure et c’est le péché de gourmandise qui sera le défaut de BREAKDUST pour ce second opus, qui n’a pas été composé avec modération. "Make Me A Living Man", un poil trop mélodique, et "Dark Side of Human Spirit", trop mou et trop typé GOJIRA sur la fin, sont dispensables de même que l’interlude "Poison That Consumes Me" qui n’apporte rien d’intéressant. Il reste aussi le fait que BREAKDUST n’invente pas la poudre, et est encore pas mal proche de certaines de ses influences, mais comme tout disque apparenté Thrash (non progressif) c’est l’efficacité qui compte, le plaisir pris en écoutant la chose, le quota de riffs mortels, bref le bon goût en bouche. Sur ces derniers points BREAKDUST est en franche réussite, et Baleful World est tout simplement un excellent album de Thrash/Death. Les albums du genre se caractérisent parfois par « trop de ceci, pas assez de cela », ce ne sera pas le cas de ce disque qui bénéficie d’un équilibre presque parfait, même si Thrash et Death moderne sont parfois pas mal cloisonnés selon les morceaux. BREAKDUST peut faire encore mieux mais en l’état, le vin est tiré il faut le boire donc Baleful World est un album inspiré, percutant et facile d’accès, qui nous montre qu’il y a toujours du bon dans le bordelais surtout en ce qui concerne le gros son. Ça effrayera peut-être les puristes Thrash qui recracheront après dégustation, mais pour tous ceux qui affectionnent le Thrash penchant vers le Death moderne, le cru 2013 de BREAKDUST est fort goûtu et est à posséder dans toute bonne cave à Metal qui se respecte.


Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 12560




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker