BLOOD OF KINGU - Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon (Underground Activists/Season of Mist) - 25/08/2014 @ 08h18
Devenir un groupe culte, parfois ça ne tient qu’à 2-3 choses. Comme par exemple, avoir été catalogué à tort ou à raison comme « borderline », et avoir splitté presque en pleine gloire. HATE FOREST est donc devenu culte chez les amateurs de Black Metal est-européen après son split en 2004. Bon, le groupe ne doit pas non plus son succès à ses choix de carrière, mais aussi (et principalement) grâce à sa musique et notamment les chefs-d’œuvre qu’étaient Purity et Battlefields, dans deux registres différents (le premier frontal et haineux, le second atmosphérique et hypnotique). Roman Saenko n’a pourtant pas eu vraiment besoin de HATE FOREST pour faire de DRUDKH un groupe de Black atmosphérique de renom. Mais un vide demeurait en Ukraine. HATE FOREST, avec son riffing implacable, son côté résolument haineux et ses vocaux glaireux, était un projet unique qui n’a pas vraiment trouvé d’équivalent, hormis peut-être ULVEGR qui commence à peine à se faire connaître. Fondé en 2005 par Saenko, rejoint ensuite par Thurios (l’autre homme fort de HATE FOREST) et deux autres musiciens de DRUDKH, BLOOD OF KINGU semblait être désigné pour succéder à HATE FOREST. Mais avec De Occulta Philosophia (2007), BLOOD OF KINGU qui n’était encore qu’un projet solo de Saenko se posait plus comme une expérimentation, une sorte de BM shamanique et incantatoire sans véritable chant, qui n’avait de HATE FOREST qu’une partie du riffing. Sun In The House Of The Scorpion (2010) avait changé la donne : rien qu’avec le retour des éructations inhumaines de Saenko, on comprenait où les ukrainiens voulaient en venir. Faire revivre le son de HATE FOREST semblait alors être le leitmotiv de BLOOD OF KINGU, qui gardait néanmoins sa propre personnalité à savoir son côté shaman et tribal. Le groupe semblait même prêt à repartir pour une nouvelle expérimentation à la Battlefields. Il nous tardait donc de savoir comment le groupe ukrainien allait poursuivre sa carrière.

Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon va enfoncer le clou : cette fois-ci c’est sûr, BLOOD OF KINGU est bel et bien la nouvelle incarnation musicale de HATE FOREST. Ce troisième album, le premier pour le quatrième (!) label de la formation (Supernal pour De Occulta Philosophia, Debemur Morti pour une réédition de ce dernier, Candlelight pour Sun In The House Of The Scorpion et désormais Season of Mist qui héberge déjà DRUDKH), poursuit le retour aux sources amorcé par Saenko. Voir le groupe mêler son aspect rituel au Black impitoyable de HATE FOREST aurait pu donner une variation sur le thème atmo de Battlefields. Il n’en sera rien : Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon est clairement marqué par Purity et sa fureur martiale. Les riffs lancinants typiques de la forêt haineuse sont de mise, de même que les blasts incessants et les vocaux profonds. Tout ce qui fai(sai)t le charme de la majeure partie de la discographie de HATE FOREST est là, ajouté aux petites particularités de BLOOD OF KINGU, à savoir ces percussions mordantes, ces étranges throat singings shamaniques et les petits interludes ambiants. Mais sans ces petites choses « Made In BLOOD OF KINGU », inutile de dire que Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon aurait tout à fait pu déguiser une reformation de HATE FOREST par le biais d’un Purity bis. On adhèrera ou pas à la démarche, ceux qui attendaient que BLOOD OF KINGU se démarque clairement de HATE FOREST en seront pour leurs frais, ceux qui étaient restés sur leur faim avec la fin de carrière de HATE FOREST (le très linéaire Sorrow et les diverses compils) ou qui ne juraient que par Purity seront aux anges.

Tout ceci est bien beau mais Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon est-il tout de même à la hauteur d’un Purity ? En ce qui me concerne, la réponse sera non. Et déjà, je regrette que BLOOD OF KINGU perde sa personnalité et que finalement Saenko se contente de faire ce que tout le monde attendait de lui, à savoir de refaire du HATE FOREST. Je n’y vois pas d’inconvénient dans l’absolu, même si je considère surtout Battlefields comme un chef-d’œuvre absolu Purity me plaît également, mais si Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon était sorti sous le nom HATE FOREST il n’aurait pas fait partie des meilleurs disques de la formation ukrainienne. La comparaison avec Purity met à mal cet album, montrant un groupe qui a cédé à la facilité en ressortant une recette qui a fonctionné par le passé, mais en moins bien… Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon est très linéaire : ce n’est pas un défaut pour le style qu’ont toujours pratiqué les ukrainiens mais ici, cet album ne décolle jamais, il est particulièrement plat, pas aidé par une prod certes moins crue que par le passé mais qui manque de relief. BLOOD OF KINGU n’arrive pas à retrouver le côté monolithique d’un Purity même si la performance reste à saluer. Même le chant est bien moins prenant et glauque que par le passé, même le passé récent à savoir Sun In The House Of The Scorpion. Il n’y a d’ailleurs ici aucun morceau qui ne parvienne à égaler un "Those That Wander Amidst the Stars", seul le single "Enshrined in the Nethermost Lairs Beneath the Oceans" tire son épingle du jeu. Les percussions bien claquantes et les diverses incursions « shamaniques » qui font le sel de BLOOD OF KINGU ont un bon rendu, mais le groupe s’est contenté de peu de ce côté, tous ces petits apparats devenant bien attendus et répétitifs au fur et à mesure du déroulement de l’album, comme si le groupe s’était forcé à mettre ces instrumentations pour dire que non, ce n’est pas du HATE FOREST, c’est du BLOOD OF KINGU… alors que désormais, ça revient presque au même.

Donc bon voilà, BLOOD OF KINGU est devenu un HATE FOREST bis et Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon en est le Purity bis, la réussite en moins. Si De Occulta Philosophia reste une énigme, Sun In The House Of The Scorpion ouvrait de belles perspectives mais le groupe ukrainien a choisi d’en rester à l’essentiel, sans panache, sans ambition. Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon montre au final un HATE FOREST en petite forme qui a mis des bidules rituels dans sa musique pour tenter de l’épicer. Ça fonctionne un minimum mais tout simplement, Dark Star On The Right Horn Of The Crescent Moon est bien en-dessous d’un Purity et d’un Sun In The House Of The Scorpion. La qualité intrinsèque demeure présente, il sera déjà difficile de trouver un groupe qui fait le même style et qui fera aussi bien, mais quand on sait ce que sont capables de faire Saenko et consorts on est finalement déçu par cet album poussif. On s’en contentera car vu que HATE FOREST n’existe plus, les mieux placés pour faire du HATE FOREST-like sont les ex-HATE FOREST. Mais ils sont capables de mieux, et surtout BLOOD OF KINGU a été plus aventureux par le passé, donc quitte à faire du HATE FOREST autant reformer HATE FOREST. Car si on veut être culte jusqu’au bout, la reformation, ça rapporte aussi quelques points dans l’échelle du culte…




Rédigé par : ZeSnake | 13/20 | Nb de lectures : 11938




Auteur
Commentaire
XYZ
IP:86.71.163.106
Invité
Posté le: 27/08/2014 à 17h40 - (113315)
Tu fais une fixette sur Hate Forest. Je l'ai pas du tout ressenti comme ça perso. On retrouve des rythmiques batterie similaires au premier album, le côté méditatif est toujours présent du début à la fin du skeud.. j'ai vraiment pas eu cette impression de copier/coller de HF..

Crow
IP:193.202.110.182
Invité
Posté le: 06/09/2014 à 20h10 - (113483)
Un album moyen en effet. Très loin de HF, et pas du tout au niveau des deux premiers albums.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker