BLOODWRATH - The Hate Effect (Rising/La Baleine) - 17/01/2012 @ 08h01
Parfois, il en faut peu pour attirer les potentiels auditeurs. Un artwork pas très catholique, un nom de groupe aguicheur, la promesse d’un Death moderne et puissant... Pour les Britanniques de BloodWrath, les trois sont plus ou moins combinés, il n’en faut pas plus pour avoir envie d’écouter le bien-nommé « The Hate Effect ». Bon, je vous arrête tout de suite, qui dit « Death Moderne » ne dit pas forcément « chants clairs mignons et pleins d’espoir ». On n’est pas obligé de sonner de façon peu virile simplement parce qu’on revendique d’autres influences qu’Obituary dans le Death. D’autant qu’ici, les chants clairs mielleux sont aux abonnés absents et l’effort mélodique est largement laissé aux guitares. Mais ne spoilons pas et entrons donc dans le vif du sujet, afin de voir ce que BloodWrath a dans le bide.

Disons le franchement, la grande force de « The Hate Effect » réside dans les parties de guitares acérées des compositions. D’entrée, instrumentalement parlant, BloodWrath se place dans un Death assez mélodique faisant penser à un mélange d’In Flames et d’Arch Enemy, et l’on peut dire que les Anglais assurent techniquement parlant. Sans tomber dans le cliché des virtuoses enchaînant les soli inintéressants et démonstratifs à tout va, David White et Adam Green nous offrent des parties instrumentales fort bien ficelées et puissantes, sur des titres à l’image de « Served In Silence » ou « Regression », et leurs riffs tout bonnement excellents. Bon, niveau originalité, soyons honnêtes, et vous l’aurez compris, ça ne casse pas vraiment des briques, mais cela fait tout de même plaisir d’entendre qu’une jeune formation puisse nous sortir des riffs et plans de guitare de cette qualité. Ajoutons aussi que ce petit manque de personnalité est compensé par la fraîcheur et la spontanéité d’un groupe qui en est encore clairement à ses débuts. Niveau rythmique en revanche, pas grand-chose à redire, la basse est, comme pour beaucoup de groupes de Metal, peu existante, et la batteur martèle bien ses fûts, sans grand plus.

Vous l’aurez compris, niveau instrumental, « The Hate Effect » réussit, comme on dit, à « poutrer ». Pourquoi la note n’est-elle pas folichonne me direz-vous ? A cause d’un détail qui a tout de même son importance : le chant de Grym Cox. Le gros bémol réside en le fait qu’il n’arrive à effectuer aucune variation ou effet, et le chant a tendance à se révéler rapidement très, voire trop, beaucoup trop linéaire. Que ce soit sur « Hyperchrist », « Against The Tide » ou « Ablution War », sa voix n’est de plus pas vraiment originale ou puissante, et a rapidement tendance à taper un peu sur les nerfs. Dommage, car avec un bon vocaliste, BloodWrath aurait pu pondre un très bon disque. « The Hate Effect » est donc loin d’être un mauvais album, il a de nombreuses qualités et montre que BloodWrath est bel et bien un groupe prometteur, il a tout simplement besoin d’un autre vocaliste.

http://www.facebook.com/pages/BloodWrath - 124 visite(s)

MySpace - 102 téléchargements


Rédigé par : Aris3Again | 13/20 | Nb de lectures : 11138




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker