BLISS OF FLESH - Beati Pauperes Spiritu (Non Serviam) - 24/09/2013 @ 08h01
BLISS OF FLESH n’avait pas donné beaucoup de nouvelles (hormis des dates de concert et des annonces sans trop de suite imminente) suite à la sortie de son excellent premier album Emaciated Deity (2009), ce qui est dommage car le groupe nordiste a su proposer un Death/Black de grande qualité, brutal et percutant tout en ne négligeant pas les à-côtés Black (mélodies, ambiances sombres). C’est donc quatre années plus tard et après un changement de label (logique, Twilight Vertrieb n’existant plus, c’est le label oranje Non Serviam qui a raflé la mise) que nous allons enfin pouvoir voir de quel bois BLISS OF FLESH se chauffe pour son second album. Avec un nouveau guitariste, la formation ne s’est pas assagie, même si elle va délivrer sa brutalité Death/Black de façon plus subtile. On pensera toujours à un mix personnel et résolument véloce de BELPHEGOR, BEHEMOTH, ARKHON INFAUSTUS et GORGOROTH avec un certain touché Black plutôt evil, mais l’évolution se fait sentir, sous deux points principaux : la mélodie et le son organique.

On regrettera peut-être que l’efficacité de certains riffs croustillants de Emaciated Deity ait quelque peu disparu pour laisser place à un bloc plus monolithique, mais Beati Pauperes Spiritu laisse plus de place aux guitares mélodiques qui se font souvent entendre, ce dès le solo mirifique qui se pointe à la fin du premier morceau, "Black Procession". BLISS OF FLESH ose également avec quelques parties de voix mi-claires et des incursions d’un violoncelle bien morbide et funéraire (notamment l’intro et les breaks du fleuve "Forgotten Epitaphs", 8 minutes en milieu d’album). Cela peut surprendre mais le quintette n’abandonne pas les blasts et la violence Death Metal finalement très polonaise par moments. Les rythmiques inspirées et rentre-dedans s’enchaînent avec les mélodies qui posent une ambiance 666% Black-Metal, et le tout est porté par une production très rêche et organique, on est bien loin des exagérations des studios Hertz et cela plaira à coup sûr à ceux qui conchient les prods trop clinquantes. Le seul petit accroc sur la forme me concernant se trouve au niveau du mix de la voix de Necurat, un peu trop mise en avant à mon goût. Et le ton très guttural et glaireux de ses éructations death peut rebuter, mais ceci fait aussi l’identité de BLISS OF FLESH qui a d’ores et déjà trouvé sa propre voie, ouverte par Emaciated Deity.

Au niveau du strict contenu, BLISS OF FLESH nous balance de bien bonnes pièces de Death/Black, après l’entrée en matière parfaite avec "Black Procession" c’est "A.M.E.N." avec ses riffs diaboliques qui se pose comme la tuerie de Beati Pauperes Spiritu. Morceau qui démarre d’ailleurs un splendide trio de brutalité avec "Disciple" et "On the Paths to Expiation", brutalité qui retrouve écho plus tard dans l’album avec le blastant "Possessed". Le groupe sait donc envoyer la sauce comme il faut même si des morceaux comme "Sadistic Abstinence" et le final "Pariah" sont peut-être un cran en-dessous, mais BLISS OF FLESH sait aussi varier son propos grâce notamment à "Rosary of Shame" qui place des arpèges bien evil au milieu d’assauts rythmiques façon rouleau-compresseur. Après, je dois bien avouer que je trouve que Emaciated Deity est meilleur, mais c’est le seul véritable défaut à mettre au discrédit de Beati Pauperes Spiritu. Il n’est pas question de dire que BLISS OF FLESH n’a pas transformé l’essai, il a juste évolué vers quelque chose de plus aéré mais tout aussi brutal, même si les riffs sont un poil moins incisifs qu’avant et sont surtout là pour cogner dur avec la batterie. Je n’écoute plus trop de trucs « crado » ces derniers temps, mais sans virer dans le son trop necro BLISS OF FLESH a pondu avec Beati Pauperes Spiritu un bien bon disque de Death/Black rentre-dedans et malsain, très organique et laissant une bonne place aux mélodies. Tout comme le précédent, l’équilibre entre la violence Death et les ambiances Black est parfaitement géré, et même si ce second opus ne révolutionne en rien le Metal extrême, il mérite une certaine attention voire une reconnaissance de tous les amateurs de mélange bien sale et râpeux entre Death et Black.




Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 12646




Auteur
Commentaire
WhiteNoise
Membre enregistré
Posté le: 24/09/2013 à 13h25 - (109209)
Hâte de l'ecouter celui-ci !



Adacrar
IP:82.255.181.47
Invité
Posté le: 25/09/2013 à 11h36 - (109225)
Le premier était quand même une sacré claque. Perso je n'aime pas trop les comparaisons types "BELPHEGOR, BEHEMOTH, ARKHON INFAUSTUS et GORGOROTH" parceque je trouve que ce sont des groupes foncièrement différents (mais j'ai compris que l'auteur voulait juste poser des références pour les gens ne connaissant pas). En tout cas il est commandé et reste plus qu'a le recevoir

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker