BLIND GUARDIAN - Beyond the Red Mirror (Nuclear Blast) - 13/03/2015 @ 07h38
Tout fan de Blind Guardian attendait impatiemment 2014 pour découvrir la nouvelle offrande des maîtres du power metal (grandiloquent), qui étaient calqués sur le même rythme qu'un mondial de foot depuis maintenant 1998. Malheureusement, il a fallu prendre son mal en patience quant à la sortie de ce 10ème album studio, « Beyond the Red Mirror », composé, modifié, re-composé, arrangé, ré-arrangé avant que les membres estiment avoir atteint un haut degré de satisfaction vis à vis de cette nouvelle œuvre.

Avant d'aller plus loin, petit retour sur les dernières années du groupe qui depuis 2010 ne nous a pas offert grand chose à nous mettre dans les esgourdes, si ce n'est la sympathique compilation « Memories of a Time to Come » (2012) et ses titres remixés, ainsi que « A Traveler's Guide to Space and Time » (2013), box-set CD contenant notamment leurs 7 premiers albums studios, 2 lives, etc.

Décembre 2014 est venu le moment de dévoiler le premier titre de BG en 4 ans, un « Twilight of the Gods » très typique pour le groupe allemand, sorte de petit frère de « A Voice in the Dark », présentant à peu près tous les ingrédients du Blind Guardian des années 2000. Une mise en bouche rassurante sans être totalement convaincante, la faute aussi à une production plutôt moyenne qui voit les guitares être sous-mixées et la batterie pas spécialement valorisée (ne parlons pas de la basse oubliée). Malheureusement, autant évacuer ce point fâcheux de suite, « Beyond the Red Mirror » souffre à mes oreilles d'une production 'étouffée' où les orchestrations (pas moins de 3 ensembles orchestraux interviennent sur l'album) et les lignes vocales dominent les débats. Il manque à l'ensemble un certain dynamisme sonore, me donnant le sentiment d'avoir une simple version 'pré-produite'...

L'album dans sa globalité est présenté comme un effort conceptuel, faisant suite notamment au titre « Imaginations from the Other Side » (1995) ; toutefois difficile de faire des comparaisons musicales entre les 2 albums, à l'époque d'Imaginations, Blind Guardian développait un power/heavy très puissant émotionnellement, à la fois plus rugueux et mélancolique que la musique délivrée aujourd'hui. Pour autant, difficile de ne pas occulter les multiples leads et harmonies en partie composées par le mésestimé André Olbrich qui m'a toujours régalé les oreilles de son jeu fluide, léché, ô combien plaisant. Je le sens encore très appliqué, quitte effectivement à donner parfois l'impression de se recycler un peu dans ses plans (« Prophecies », le léger « Distant Memories » aux synthés et notes orchestrales légèrement kitsch). Marcus Siepen assure lui les parties rythmiques rigoureusement, maintenant un fond sonore 'épais', consistant, je me désole cependant de si peu entendre le néerlandais Barend Courbois à la basse, pourtant pas le premier venu ; on entend les cordes claquer de temps en temps, enfin ce n'est pas réellement une valeur ajoutée. Vous me direz cet instrument chez BG n'est plus vraiment valorisé depuis au moins 20 ans, il avait sa place avec manière sur les 4-5 premiers albums du groupe, lorsque Hansi Kürsch la tenait en fait. Puisque j'en parle, quelques mots sur la prestation du père Hansi, peut être pas parmi les tous meilleurs chanteurs au monde, mais bon sang ce que sa voix a pu me faire vibrer. Ce chant hargneux, apte à vous retourner les tripes durant les moments d'adrénaline et d'émotions, ou idéal pour vous faire voyager dans des univers fantaisistes, à l'image de « At the Edge of Time » (au demeurant récital symphonique de haute facture). Ce sont des vocaux exaltants soutenus par des chœurs (omniprésents) et absolument essentiels parmi l'identité du groupe.

Avec un peu de recul, Hansi me paraît parfois un peu moins brillant et convaincant, il développe de temps en temps un ton un poil fade, même s'il garde un côté très accrocheur lorsqu'il utilise son timbre éraillé (« Ashes of Eternity », « Sacred Mind »). De manière globale, je comprends ceux se disant déçus de « Beyond the Red Mirror », il lui manque à mon goût des refrains mémorables, un peu de prise de risque, malgré une qualité d'arrangements impressionnante et toujours cette richesse bienvenue à travers les sons, tous ces petits éléments qui parcourent les titres et sont (re)découverts au fil des écoutes. Concernant le ressenti de déjà-vu oui il est clairement là quand on a eu l'occasion d'écouter les précédentes réalisations de BG.

Heureusement tout n'est pas noir où à même de décevoir un peu (voire complètement) l'auditeur fidèle du groupe ; en témoigne ce long titre d'ouverture « The Ninth Wave » -9'30- qui se présente comme le successeur sombre, non moins délicieux d'un « Sacred Minds » en son temps légèrement pompeux voire davantage 'lumineux'. Sur ce début d'album, le travail sur les chœurs est à souligner, à vous coller des frissons particulièrement en écoutant le résultat au casque ; l'ambiance est là de suite, portée par un degré de 'gravité' assez élevé. Accrocheurs, vifs, « The Holy Grail » et « Sacred Mind » permettent de renouer avec la facette catchy des allemands, pas pour me déplaire, malgré à chaque fois 6 minutes au compteur ; à défaut de morceaux excellents, Blind Guardian n'est pas devenu tout mou, sans saveur ou chiant. Il retombe toutefois un peu dans ses travers sur ce « The Throne » aux allures de composition 'réchauffée', frisante qui plus est les 8 minutes. On croirait entendre un titre issu des sessions de A Night at the Opera, de par sa facette légèrement progressive et son refrain me rappelant des passages de 'And Then There was Silence'.

« Miracle Machine » prolonge la tradition des titres calmes du groupe, toutefois malgré la présence de piano, des cordes frottées et pincées, il ne s'agit pas réellement d'une ballade ou chanson folk, comme composées dans les 90's. A vrai dire ce morceau dépouillé des guitares, basse et autre batterie, ne durant que 3 minutes, m'évoque Queen avec plutôt une belle réussite. Hansi ne cherche pas à imiter Freddy comme Tobias Sammet récemment, disons que ce sont les intonations globales (musicales et vocales) qui ne sont pas sans rappeler la légende anglaise.
Après 1 heure de musique, le grand final est déclenché le temps d'une ultime pièce à tiroirs, la « Grand(e) Parade » qui tranche de « The Ninth Wave » ; le ton est joyeux et enivrant, les backing vocaux et les 'lignes' orchestrales nous le font nettement ressentir. Malgré des rebondissements en nombre et une volonté claire du groupe de proposer une clôture copieuse et passionnante, comparaison oblige, « Wheel of Time » m'avait davantage marqué 4 ans et demi plus tôt. D'autant que des sensations de déjà entendus refont surface, le temps du refrain, la manière dont sonne les riffs relativement similaires à ceux de précédents titres, etc.

Si je me réjouis encore d'avoir eu droit à un nouveau Blind Guardian, que je vais continuer à écouter pendant quelques temps, il risque comme son prédécesseur de prendre petit à petit la poussière et de voir ses petits frères, parus 15/20/25 ans plus tôt, être ressortis plus régulièrement. « Beyond the Red Mirror » n'est pas une sombre daube (son artwork est pas terrible cependant), mais un album correct rehaussé de quelques temps forts marqués de la patte Blind Guardian... comme il est à certains moments plombés par des parties indigestes ou peu marquantes.




Rédigé par : gardian666 | 14,5/20 | Nb de lectures : 9979




Auteur
Commentaire
GzU
IP:78.192.105.48
Invité
Posté le: 13/03/2015 à 09h42 - (116060)
Je l'ai acheté, je l'ai écouté 6/8 fois, je l'ai revendu.
Pas assez épique, ou pas assez "A night at the Opera", un album qui a le cul entre deux chaises pour moi.

Ils ont fait mieux, on peut très bien ce passer de celui-ci si on est pas un fan HxC !

DarkCed
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2015 à 12h03 - (116063)
"ses petits frères, parus 15/20/25 ans plus tôt"

heu, what ? :-)

MetaliDeth
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2015 à 20h45 - (116070)
Oui oui Blind Guardian aura bientot 30 ans d'existence !! Sinon ouais l'album est pas mal mais je prefère Nighfall plus direct et inspiré je trouve.

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 13/03/2015 à 21h12 - (116071)
@DarkCed : c'est plutôt des grands frères en fait, puisque je fais référence à des albums parus avant ("Imaginations" en 95, "Tales from the Twilight World" en 90 ainsi que la période 1998-2002) ;)



zoldan
IP:80.215.162.101
Invité
Posté le: 14/03/2015 à 09h35 - (116072)
Un bon retour aux affaires pour les allemands. contrairement a ce qui dit au dessus, je le trouve épique en diable et dans la lignée des précédents. Ce groupe reste au dessus de la melée.

Berthe
IP:193.202.110.180
Invité
Posté le: 14/03/2015 à 11h04 - (116073)
J'ai toujours trouvé ce groupe d'un ridicule...

Yolo
IP:88.163.100.110
Invité
Posté le: 15/03/2015 à 14h01 - (116077)
Généralement, il me faut plusieurs dizaines d'écoutes pour pouvoir juger et apprécier (ou pas) un nouveau skeud de BG a sa juste valeur.

Là j'en suis à la moitié de ma première écoute et je trouve déjà que c'est le meilleur depuis "A Night at the Opera". Bien plus convaincant que les 2 précédents ! Vivement le concert du mois prochain.

zoldan
IP:80.215.196.23
Invité
Posté le: 16/03/2015 à 07h44 - (116079)
Yolo en plein dans le mille ;)
je n aurais pas dit mieux.

Clalire
Membre enregistré
Posté le: 24/03/2015 à 14h39 - (116240)
Hyper déçue par cet album. Je n'avais pas vraiment écouté le précédent qui ne m'inspirait pas trop, mais au vu de diverses critiques j'ai voulu donner sa chance à celui-ci puisque vendu comme un peu dans la veine de "A Night at the Opera"... Il aurait pu s'en approcher peut-être, certains morceaux ont du potentiel, d'autres sont un peu plus chiants, mais surtout c'est quoi ce son ???
Pourtant je ne suis pas une spécialiste en mixage ou autre, et d'habitude je suis assez tolérante aux prod un peu bof, mais là, grosse déception : aucune puissance, rien ne ressort à part le chant et l'orchestre (et encore), c'est tout plat, donc ça ne fonctionne absolument pas !! Les morceaux qui auraient pu être épiques ne le sont absolument pas...
J'ai essayé et ré-réessayé, mais non, je m'ennuie en écoutant cet album, pourtant j'aime autant leur style énergique que plus mélodique, mais là ce n'est ni l'un ni l'autre, c'est... raté. J'ai l'impression d'écouter une maquette pas finie...

Bref, revendu au bout d'une douzaine d'écoutes (sans même l'avoir encodé pour mon mp3, c'est dire) :(

Du coup je me suis remis "A Twist in the Myth" que je trouvais en-dessous des autres car trop "direct" donc moins intéressant, hé ben j'ai beaucoup plus de plaisir à l'écouter, au moins le punch était là !




labradorofthedesert
IP:194.51.114.29
Invité
Posté le: 02/04/2015 à 14h09 - (116392)
J'aime beaucoup Blind Guardian...certains CD sont cultes...je vous apprends rien..Depuis "A Night at the Opera", j'ai un problème avec l'écoute des morceaux, je décroche rapidement, trop rapidement et je m'emmerde. Petit sursaut avec "A twist in the myth" qui a une première partie de Cd plutôt bonne (d'accord avec toi Clarire)...mais les Guardians ne me satisfont plus...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker