BLAME KANDISKY - Pink Noise Motel (Autoproduction) - 15/12/2015 @ 06h57
Vous vous souvenez de la vanne de "La vérité si je mens 2" quand José Garcia dit qu'il lit Sartre, Mauriac et Kandisky ? Sa promise lui répond alors d'un air étonné "Kandisky ?" et lui rétorque "Ah oui, ça m'aide beaucoup...". A l'époque, je m'étais demandé où étais la vanne vu que Kandisky avait écrit des bouquins. Peut être le fait que Kandisky est avant tout connu comme un peintre ? Bref, une fois de plus notre russe fout le bordel et même si j'ignore totalement pourquoi les athéniens qui nous intéressent aujourd'hui ont choisi de se nommer BLAME KANDISKY, il y a fort à parier que ce n'est pas la même motivation que celle des auteurs de "La vérité..."... encore que, on ne sait jamais !

BLAME KANDISKY est un groupe de Mathcore originaire d'Athènes. Ils se sont formés en 2012 et proposent avec "Pink Noise motel" leur premier six titres (notez le petit digipack rose assez original). Un six titres qui a d'ailleurs un fort goût de premier album tant la richesse qui parcours les chansons revêt des apparats sophistiqués étonnants. Technique et solidement harnachés sur un socle bien en place, les musiciens de B.K proposent un Mathcore énervé et revêche qui tire régulièrement vers le screamo sans jamais s'envoler vers les sphères de violences véloces d'un DILLINGER ESCAPE PLAN ou d'un CONVERGE. Les tempos restent toujours raisonnables et si il peut arriver que certains passages tapent fort, jamais le groupe ne verse dans les extrêmes de l'over vitesse ou de la disharmonie diarrhéique qui sont parfois l'apanage des groupes qui fondent les fusibles dès qu'ils branchent les instruments.
Malgré une voix stridente et hurlante, les guitares arrivent à extraire des mélodies de leurs riffs puissants et saturés, l'entremêlée des deux six cordes offrant de beaux duels sauvages. Le chaos et la mélancolie ne sont jamais loin et si le relief n'est pas forcément le fort du groupe, on savoure les passages où le groupe offre d'épiques moments d'agressivité et de violence colorés de milles teintes rougeâtres.
Il y a du gros Power Chords qui fait office de boulet de canon, des plaintes aiguës distordues et des larsens éthérés et lancinants. Bref, la guitare est reine chez les BLAME KANDISKY et si la section rythmique ne s'en laisse pas conter en proposant une assise exigeante obligeant tout le monde à marcher à la baguette, l'émotion prend le pas sur la technique sans qu'on s'en aperçoive trop et sans que le groupe ne force trop le trait. A ce niveau, je relève le sublime pont et final de "Nascency.admittance.guilt.rebirth" ainsi que l'intro sans pitié de "Beautiful Savages".

Les chansons ont toutes leurs identités propres, elles sont assez faciles d’accès et jamais dans des longueurs "à tiroirs" qui pourraient les rapprocher du courant plus progressif ou "over technique" du Mathcore le plus exigeant. Agréable tout en restant malgré tout teigneux et percussif, ce "Pink Noise Motel" saura vous divertir aussi surement que le faciès de l'élégante jeune fille de la cover exprime un regard intriguant et singulier.



https://www.facebook.com/BlameKandinskyBand/ - 83 visite(s)

Bandcamp - 57 téléchargements


Rédigé par : Pamalach | 13,5/20 | Nb de lectures : 7028




Auteur
Commentaire
Vassily
IP:92.157.123.167
Invité
Posté le: 15/12/2015 à 17h48 - (118964)
En fait c'est KandiNski avec un N (et il s'agit bien d'un peintre fondateur de l'art abstrait, premier auteur d'une oeuvre dite abstraite en 1910)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker