BLACK TUSK - Tend No Wounds (Relapse) - 31/07/2013 @ 08h28
Tremblez petits écoliers! Black Tusk revient sur le devant de la scène avec Tend No Wounds. Le bonnet d’âne toujours vissé sur le crâne, ils réapparaissent pour leur activité favorite : copier, recopier, pomper, tricher, zieuter. 2 années après l’infâme Set the Dial, le combo nous propose ce qu’il sait faire de mieux, un sludge post-harcore trop fortement inspiré par les anciens, mais franchement accrocheur car très énergique.

Toute maitresse doit envoyer le trio au coin, lasse de les voir balader leurs regards sur les copies voisines. Une grosse majorité de n’importe quelle scène Metal actuelle s’inspire de sonorités déjà créées, mais a l’élégance de les camoufler au sein de personnalités qu’elle essaye d’affirmer. Le trio américain ne s’embête pas avec ce protocole et ressort une copie carbone, volée à Damad dans un premier temps, puis ensuite à Kylesa, et complétée par d’autres grands noms de la scène sudiste américaine. Ils pourraient rivaliser avec ceux-ci dans la percussion ou l’énergie déployée, mais n’arrivent pas à leurs chevilles dans les autres domaines. Le trio n’a pas froid aux yeux puisqu’ils demandent même à Philip Cope (fondateur de Damad et Kylesa) de produire cet EP.

Tend No Wounds suit la qualité déjà offerte par le trio, sans y apporter un soupçon d’évolution. Son alternance de chants bourrus n’est pas désagréable, même si le rendu est inégal entre chacun de ces 3 gaillards. Le riffing trashisant ne marque pas les esprits, car trop simpliste, dépourvu de réel solo et de moments forts, mais fera taper du pied, c’est certain. Sa rythmique carrée et sautillante est finalement ce qui marche le mieux. Comme toute sortie estampillée Black Tusk, je prends un plaisir instantané à l’écoute de ce gros son. Une fois la musique coupée, je n’en retiens presque rien, et ce n’est pas faute d’essayer. Le riff qui tue n’a, à ce jour, pas encore été incorporé une seule fois à l’un de leurs albums. Le charisme, voire une quelconque touche de personnalité, ne l’a pas été non plus. Ce désagréable phénomène ressurgit à chacune de leurs sorties, depuis la première galette que j’ai fourrée dans ma platine jusque ce nouvel EP. Finalement, je pourrais comparer Black Tusk à un McDo, voire même à ce plaisir solitaire masculin, où le divertissement immédiat est jouissif, mais une fois fini, on en oublie le propos, avec même un soupçon de regret.

Comme tout cancre qui se respecte, le groupe sait amuser la galerie et maitrise le show. A défaut d’innover, ils savent donner de leur personne, suer à grosses gouttes sur scène et envoyer le boulet. Pour les avoir vus à plusieurs reprises live et avoir même taillé la bavette avec ces mecs, je dois avouer que toute la méchanceté (gratuite ?) dont je pourrais faire preuve s’estompe sur ces sujets. Ces mecs sont passionnés, complètement dédiés à leur musique, et donnent absolument tout en concert. Des mecs souriants, accessibles et heureux de faire le show, qui véhiculent un réel amour du Metal. Malheureusement, ils peinent à transformer l’essai une fois en studio, et se raccrochent à leurs connaissances pour faire illusion. On pourrait presque les considérer comme un groupe hommage à cette scène sludge,-celle qui flirte avec le post-hardcore, celle qui sent la paille et le foin aussi,- tellement les clichés sont appliqués à la lettre.

Qualité passable pour un plaisir immédiat, Black Tusk n’est pas compliqué, et offre ce qu’il sait faire depuis sa première sortie : un Metal sludgy mainte fois entendu, mais mordant et sautillant. N’est-ce pas finalement ce que l’on attend d’eux ?


Rédigé par : Bras cassé | 06/10 | Nb de lectures : 12019




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker