BLACK LABEL SOCIETY - Unblackened (Eagle/Naïve) - 04/12/2013 @ 08h08
L’actualité des dernières semaines montre à quel point il est important de transmettre des valeurs à ses enfants. Alors que certains se fourvoient dans des délires homophobes, racistes et inégalitaires, il est bon de rappeler qu’il est indispensable aux adultes responsables de partager avec leur progéniture, dès le plus jeune âge, la seule vraie culture de ce monde. Celle du riff lourd, des batteries qui blastent, des basses qui vrombissent, des solos qui shreddent, des voix de castras et de celles d’outre-tombe, bref, la culture Metal ! Ce n’est pas si facile. Aucun manuel de puériculture n’explique comment couler ces délicieux sons abrasifs dans le creuset des plus jeunes cerveaux ni comment forger les âmes pour qu’elles ne succombent pas aux affres de la variété. Aucun manuel ne détaille les bienfaits, dans la construction de l’identité des enfants, des coupes à franges, des tatouages, des grosses barbes, des motifs à têtes de mort et du maquillage façon panda. Aucun ouvrage sérieux ne recense le bien-être ressenti après une forte dose de décibels ni l’amélioration des constipations infantiles après un biberon de bière ni la douceur de la peau après un bain de sang.

Heureusement, depuis quelques années des parents préoccupés se réunissent en famille dans le cadre de festivals comme le Hellfest. Heureusement aussi, un excellent pédopsychiatre, berzerker style, est devenu le fer de lance de ces principes d’éducation qu’il est salvateur de partager. Son nom, Zakk Wylde, son école, Black Label Society. Autodidacte, heureux papa de 4 enfants aux prénoms cultes, des années d’expérience, Zakk Wylde ajoute au propos développé dans la bible « Bringing Metal To The Children », une vidéo pédagogique pour toute la famille : le DVD « Unblackened ».

Avec ce concert enregistré à Los Angeles en début d’année, Black Label Society axe sa performance sur les comptines les plus mélodiques de son répertoire, dans la continuité de l’album « Hangover Vol. VI » dont l’objectif thérapeutique avoué était de soigner la gueule de bois par la lourdeur de riffs agrémentés de quelques gratouillis acoustiques. « Unblackened » n’est donc ni un unplugged ni un concert acoustique ni une performance habituelle. C’est un projet à part qui ne déboussolera pas les fans qui y retrouveront tous les ingrédients d’un excellent cru estampillé Black Label et qui permettra aux autres de découvrir l’incroyable talent du « prophet of DOOM ». Fidèle à lui-même, cheveux décolorés par le soleil californien, look de biker musclé façon « Sons of Anarchy », dread-beard, Zakk Wylde, entouré de ses fidèles sociétaires, l’evil twin Nick Catanese à la guitare et John DeServio à la basse, est accompagné du très bon batteur Chad Szeliga, de Derek Sherinian (ex-Dream Theater) aux claviers et de Greg Locascio aux chœurs.

Le DVD commence par la projection de quelques images du clip de « Losin’ Your Mind » et par le gimmick de banjo qui le caractérise. Le rideau tombe et dévoile une très jolie scène sur laquelle les musiciens sont assis pour l’occasion. L’image est belle et les lumières renforcent l’aspect intimiste du concert. Dans la même logique, le son, parfait, ni trop puissant, ni trop tiède, renforce cette impression. Pendant tout le live, la réalisation sobre garde elle aussi ce point de vue en ne variant pas les plans de manière stroboscopique.

BLS livre un excellent concert centré sur les morceaux les plus mélodiques de son répertoire et de celui de Pride & Glory et de Zakk Wylde en solo (« Book Of shadows »). Le choix judicieux des titres et leurs arrangements aux petits oignons démontrent à quel point Zakk Wylde est un excellent compositeur en plus d’un guitariste extraordinaire, d’un pianiste chevronné et d’un très bon chanteur. Toutes les saveurs d’un grand Black Label sont évidemment réunies. « Losin’ Your Mind » délivre le côté southern, « Sold My Soul » se clôt par un solo époustouflant aux limites du shredding. Zakk Wylde prend le piano à plusieurs reprises, laissant la main au fidèle Nick Catanese, le temps de quelques solos où il ne démérite pas (« In This River »). Sur l’intro de « Throwin’ It All Away », Zakk Wylde délivre un solo énorme, gorgé de feeling, représentant parfaitement son style légendaire. Enfin, on trouve aussi, le temps d’un interlude à la guitare acoustique sur « Takillya (Estyabon) », un sympathique duel avec Derek Sherinian. Les musiciens sont tous au top, des chœurs très discrets de Greg Locascio à la session rythmique d’enfer, de l’accompagnement rythmique implacable de Nick Catanese au talent protéiforme du Viking américain, dont la sobriété récente débarrasse la performance vocale des emprunts nasillards à Ozzy Osbourne.

Que dire de plus ? Indispensable pour quiconque veut éduquer correctement sa descendance. Idéal pour les fêtes de Noël. A déguster sans modération avec une bonne soupe de houblon. A voir en famille, entre amis, seul si nécessaire. Black Label Society est généreux avec les fans de ses différents chapters. Black Label Society est plein de bonté envers tous les aficionados de Hard-Rock et de Metal. Zakk Wylde est vivant. Le père Noël existe. Alléluia !

Existe aussi en Blu-Ray, en Cd et en édition bonus. Disponible près de chez vous dans tous les magasins de puériculture sérieux et dans le supplément spécial Noël du magazine « Parents responsables, parents Metal ».

http://www.blacklabelsociety.com - 140 visite(s)

YouTube - 94 téléchargements


Rédigé par : TheUgly | 16/20 | Nb de lectures : 13652




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker