BLACK LABEL SOCIETY - Catacombs Of The Black Vatican (Mascot/Wagram) - 19/06/2014 @ 07h58
Cher Zakk,

Je suis un très grand fan. Depuis tes débuts tonitruants avec Ozzy Osbourne sur l'incroyable « No Rest For The Wicked », j'ai accueilli avec bonheur l'expression de ton talent protéiforme. Pride And Glory m'a convaincu par son mélange country, rock sudiste appuyé par un son gras. La sensibilité et le sens de la composition m'ont subjugué sur ton indispensable album solo « Book Of Shadows », où tu démontres d'indéniables capacités vocales tout en utilisant très justement ton jeu de guitare fascinant. Enfin, je suis ta carrière de très près au sein de Black Label Society et hormis des réserves sur « Shot To Hell », je suis impressionné par la qualité des albums que tu as sortis. De la visqueuse lourdeur des débuts jusqu'à la sobriété et le retour en forme de « Order Of The Black », je reçois à chaque fois le sourire aux lèvres les disques dans lesquels tu vitrifies ce jeu si caractéristique, impeccable de feeling, de lourdeur, d'agressivité, de fulgurance et de folie. Jusqu'à maintenant, tes albums étaient marqués de ton empreinte, ta signature mais possédaient également leur propre univers. « The Blessed Hellride » aux arrangements ciselés montrait un potentiel commercial et fédérateur certain quand « Hangover Vol. VI » inventait le remède contre la gueule de bois dans une potion électro-acoustique jouissive et réellement euphorisante ! « Mafia », quant à lui, gratifiait le monde de sa sombre et belle mélancolie. On ne peut en plus être qu'impressionné par la régularité des sorties de qualité depuis « Sonic Brew » en 1999 jusqu'à « Mafia » en 2006. Six bons albums en six ans, une prouesse et la promesse de tenir un musicien hors du commun. Il a donc fallu attendre 4 ans pour ce « Catabombs Of The Black Vatican ». Quatre ans, c'est long même si tu sais faire patienter tes fans grâce aux tournées incessantes, aux live généreux et fabuleux et aux projets intéressants. Je disais d'ailleurs dans ces pages tout le bien que j'ai pensé de ton DVD live « Unblackened ».

Je suis fan mais je suis un chroniqueur respectueux de ses lecteurs et à part tout ce qui touche à son one-man band (Fadades), le boss nous impose une rigueur absolue. Il va donc bien falloir que je relate la déception qu'inspire « Catacombs Of The Black Vatican ». Commençons par signaler qu'il s'est produit beaucoup de changements dernièrement. Les batteurs se sont succédés rapidement en à peine deux ans et c'est donc Chad Szelinga qui participe à l'album (il est désormais remplacé par Jeff Fabb). Notons surtout que ton compère de toujours, ton « evil twin »  Nick Catanese, a décidé de se consacrer à son propre projet. Dario Lorina occupe actuellement son poste de guitariste rythmique live. Certes Black Label Society a toujours été l'oeuvre d'un seul homme mais le groupe semblait reposer sur un socle stable. Ces bouleversements sont-ils responsables d'une inspiration en berne ?

« Catacombs Of The Black Vatican » est un album de Black Label Society et ne devrait pas surprendre énormément les fans. Pendant la promo précédant sa sortie, tu plaisantais d'ailleurs souvent en indiquant qu'à part les titres des morceaux, l'album serait identique au précédent. Comme tout album de BLS, celui-ci contient des points positifs. D'abord, il se distingue dans la discographie par la volonté de soigner particulièrement le chant comme en témoigne les mélodies mises en avant et les nombreux backing harmonisés. « Fields of Unforgiveness » avec un léger aspect Alice In Chains et le single « My Dying time », en autoplagiat de « Crazy Horse » (Order Of The Black), témoignent parfaitement de ce parti pris. Enfin, il s'appuie sur une (auto) production très naturelle, presque live qui dessine un album aux contours moins épais que d'habitude et qui malgré une perte de puissance notable, réussit à imposer son charme. Les solos, heureusement, sont toujours aussi bons et jouissifs malgré une légère tendance à l'automatisme et quelques morceaux atteignent vraiment leur cible comme l'énervé « Damn The Flood » et surtout « Empty Promises » dont la production et l'intro de batterie bien sentie magnifient l'ambiance désabusée.

Malheureusement, les griefs restent nombreux. Tout d'abord, la plupart des morceaux sont construits sur trois riffs maximum et souffrent d'un aspect très répétitifs (« Beyond The Down », « Believe »). Certes Zakk, tu as toujours enregistré seul en studio toutes les guitares mais les arrangements sont ici inexistants ! Pas de ponts de tueur, peu de changements de rythmique sur les solos, peu de travail sur les sons. Les morceaux se digèrent très vite et on a parfois l'impression que le nom de l'album indique que des riffs abandonnés ont été exhumés d'anciennes sessions pour combler un manque d'inspiration certain. Si la machine à riffs a coulé une bielle, que dire de celle qui doit attendrir le cœur du biker ? Les balades (« Angel Of Mercy », « Scars ») sont également trop nombreuses et sans être désastreuses, elles ne parviennent pas à égaler le talent mélodique des albums antérieurs à « Shot To Hell ». La faute à une utilisation malsaine de synthés pompeux au son obsolète. L'album se clôt ainsi dans l'amerture d'un « Shades Of Grey » pas foncièrement mauvais mais à l'image de l'album : redondant et lassant.

J'ai entre les mains l'excellent « Magic Mountain » de Black Stone Cherry et je me dis que la relève est là qui guette. J'entends aussi l'inspiration que continue de posséder Slash... Aussi, je te conseille, cher Zakk, avec beaucoup de modestie, de faire comme eux et d'envisager de t'entourer d'un producteur de talent qui saura te faire prendre le recul nécessaire au sursaut que j'attends d'un musicien de ta trempe. Pourquoi ne pas envisager aussi d'appeler tous tes musiciens en studio ? Peut-être que ton guitariste rythmique a des choses à apporter dans la complémentarité du jeu des grattes et qu'il saura favoriser une approche moins monolithique ? Ce « Catacombs Of The Black Vatican » a tout du prétexte pour repartir brûler les planches du monde entier aussi vite que possible. Et sur scène, avec un album moyen ou non, tu restes un monument incroyable et incontestable. Je serai donc le premier à venir te voir dès que tu passes près de chez moi et j'invite tous ceux que cet album aura déçu à faire de même. Je sais que les tournées sont longues mais j'espère ne pas devoir attendre quatre années pour me prendre une grosse baffe et ravaler ce goût âpre qui me reste en travers de la gorge aujourd'hui.

Qui aime bien châtie bien...
Bleed Black, Zakk ! SDMF.




Rédigé par : TheUgly | 12/20 | Nb de lectures : 12342




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2014 à 08h53 - (112611)
Un peu dur je trouve, certes ça n'est pas le meilleur album de BLS et le père Zakk est en roue libre total aussi bien sur disque que sur scène, depuis pas mal d'années.

Sans être au niveau de "Order of the black" ça reste néanmoins un bon album et surtout sans surprise.



Yavor
IP:78.192.38.132
Invité
Posté le: 19/06/2014 à 15h28 - (112618)
Cela fait bien longtemps que Slash ne propose que de la daube.

GeneralMono
Membre enregistré
Posté le: 19/06/2014 à 16h10 - (112620)
En accord avec la kro (mais plus que "quelques réserves sur Shot to hell" : mauvais, leur moins bon album). Effectivement sans surprise, en roue libre, et pas des plus inspiré. Pourtant il y avait eu du nettement mieux avec Order, mais là.... Le sentiment d'un gâchis compte tenu de son talent, mais lui a l'air de s'en foutre et de se contenter de ça.
Totalement dispensable.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker