BLACK FUNERAL - Waters of Weeping (Behemoth productions/Season of mist) - 10/09/2007 @ 10h00
Je ne connaissais Black Funeral qu’avec leur quatrième album, Belial Arisen, assez ennuyeux et peu inspiré. Je n’attendais donc pas grand-chose de ce nouvel album. Waters of Weeping est donc le septième album des Américains. Créé en 1993 par Michael Ford, euh… pardon, par (inspiration) Akhtya Nachttoter (expiration), Black Funeral se réclame comme étant de l’Apocalyptic Black Metal, inspiré par l’idéologie luciférienne et le vampirisme. Le bonhomme est complètement ancré dans ces histoires, puisqu’il tient un magasin d’objets occultes. La bio donnée par le label est assez intéressante pour aborder cette partie thématique. On nous explique que l’album consiste en un rituel en trois parties, invoquant le démon Chioa. Les dix morceaux sont une exploration des 10 Sphères du Sephiroth inversé, l’arbre de la Mort dans les anciens écrits cabalistiques. Tout ceci devrait ravir les auditeurs les plus versés dans l’occulte. Quant aux autres, cela ajoute au concept de Black Funeral, et fait passer le groupe pour moins basique que la plupart des groupes de black metal. Cela permet également de comprendre la direction musicale de l’album, très rituelle et incantatoire.

Comme dit plus haut, l’album est articulé en 3 parties. La première partie est sobrement intitulée « The Angle of Poison and Death SMAL 131 ». Le premier morceau, bruitiste, met tout de suite dans l’ambiance, qui sera malsaine et glauque, ou ne sera pas. Les trois morceaux qui suivent sont sous la forme d’un black metal classique, avec guitares bourdonnantes, tempo varié mais malfaisant et voix d’outre-tombe. Malgré la qualité de ces morceaux, on commence à se dire que si tout l’album est de cet acabit, on va quand même se faire chier sur la durée, tant la production et le classicisme des morceaux pèsent.
La deuxième partie, intitulée « The Woman of Whoredom AShTh ZNVNIM 1424 » est quant à lui beaucoup plus ritualiste, basé sur les atmosphères. Le premier morceau est composé de chœurs religieux, suivis d’un chant incantatoire malfaisant. Les morceaux sont lents, basés sur le tempo de la batterie, que la guitare ne fait qu’accompagner. Seul le dernier morceau de cette partie est plus soutenu, la guitare reprend une certaine importance.
La troisième partie, clôturant l’album par le titre sur Satan/Moloch, se nomme elle « The Beast CHIVA 25 ». Les morceaux sont hypnotisants, plus ancrés dans le black metal que la partie précédente, tout en restant très ambiancés. Le dernier morceau est quant à lui ambient, une voix chuchotant une prière incompréhensible et occulte. Satan est relâché et les ténèbres dominent le monde.

Cet album a vu la contribution de D., le leader du groupe également américain Vrolok, pour certaines parties de guitare. Ceci expliquant peut-être cela, mais Black Funeral sonne très américain. Le côté plus crade que crade est assez typique des groupes de black metal du Nouveau Monde. Mais sur cet album, Michael Ford a le mérite de varier les morceaux autour de trois chapitres assez distincts. Le côté incantatoire et occulte de ce Waters of Weeping séduira donc une branche assez réduite de la population black metal, à savoir celle qui ne se laissera pas rebuter par le son et/ou les ambiances sombres, et qui ne jure pas que par la bastonnade.



http://www.blackfuneral.org - 231 visite(s)

Deux titres sur le MySpace - 593 téléchargements


Rédigé par : Kryde | 12/20 | Nb de lectures : 10419




Auteur
Commentaire
Prince de Lu
Membre enregistré
Posté le: 10/09/2007 à 11h01 - (46807)
"Incantatoire et occulte", je suis très d'accord. Mais ce n'est pas ce que je recherche. J'ai trouvé cet album pénible à écouter et je ne l'ai pas apprécié du tout. Je trouve même que la participation du gars de Vrolok n'apporte rien, vu la pauvreté des parties de guitare. Beurk.

Eblis
IP:82.254.240.118
Invité
Posté le: 10/09/2007 à 11h29 - (46811)
L'uns des meilleurs albums de Black Funeral, aucun compromis mais tout en restant plus accessible que son prédécesseur, "Ordog", vraiment beaucoup plus crade. Le titre "devourers of spirit-chesed (astaroth) gamchicoth jupiter outer form 'order of azariel azryal - the binding ones'" est incroyable de maitrise. Je l'ai presque préféré au dernier de Vrolok "Void - divine abortion". Il est vrai que si l'on ne considère ces deux albums que sous l'angle musical c'est une bonne partie d'un processus que l'on ne peut pas voir ; mais Black Funeral comme Vrolok sont sans ambiguité sur ce sujet, et leurs "musique" est plus un moyen qu'une fin, la manière d'articuler leurs prières : on y participe ou pas...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker
  • RECHERCHE



  • RECHERCHE PAR JOUR


    • Saisir une DATE
      (format AAAA-MM-JJ)