BLACK FLAME - Origin of Fire (Avantgarde) - 12/08/2015 @ 09h17
Aaaaah, l'indécrottable nostalgique que je fais là. A chaque évocation de la scène black italienne, la claque que j'avais prise il y a une quinzaine d'années à l'écoute de l'unique album de FUNERAL ORATION se rappelle une fois de plus à mes bons souvenirs. Claque aux allures de découverte d'un univers unique, sublimé par un artwork mystique et surtout une musique (oui, quand même) que je n'avais encore jamais pu savourer chez ses compères du grand nord. Tout ça en une fin d'après-midi pluvieuse passée à retourner les obscurs rayons du magasin Masters Of Rock. Les disques défilent, clac, clac, lorsqu'un sombre digi s'offre à mes yeux incrédules : une main cloutée sans ménagement, un patronyme morbide, ni une, ni deux, "Bernard, c'est quoi ce truc ?". Un riff solennel débarque alors du fond des abysses, des mélodies épiques et glaciales explosent sans crier gare, magnifiées par une prod' bien sauvage qui met en avant une batterie démoniaque. Et surgissant des enfers, ce raclement de gorge exquis du vieux Nick, vil arlequin tout droit sorti d'une troupe de la Comedia dell'Arte. Delizioso !

Trêve de mélancolie baveuse, je range la naphtaline, ça commence à sentir. Cap au nord, sur Turin Tintin, pour faire la connaissance de BLACK FLAME qui, lui, officie dans un tout autre registre : un black froid et organique qui s'autorise quelques embardées death velues. On navigue ici à vue quelque part entre entre les derniers MARDUK et le WATAIN du "Lawless darkness", le tout saupoudré d'une pincée de mélodies givrées qui pourrait également convaincre les fans du regretté Jon Notveidt. Des burnes donc, oui, mais rasées de près.

BLACK FLAME n'est pas un novice, avec ses 17 années de pratique extrême au compteur, il propose ici son sixième album avec plus de 50 minutes brutales forgées dans la tradition nordique. Une esgourde rapidement lâchée sur le furieux "On the trail of the Serpent" annonce la couleur avec ses rythmiques gavées à l'acide sulfurique. Pas convaincu ? Tentez plutôt le noir et menaçant "Unholy cult of rejection", qui ravira les fans des premiers IMMORTAL. A moins que le déluge de riffs et de blasts de "The demiurge" ne puisse laisser insensibles les plus evil d'entre vous ? C'est certain, BLACK FLAME ne se veut pas révolutionnaire, pas de doute, il tape dur, il tape partout, classique...mais efficace. Et le bougre sait parfois prendre des risques pour briser la routine. Ô divine surprise, c'est sur le final "Lucifer rising" avec ses volutes mystiques et son côté presque atmo qu'à mon sens BLACK FLAME est le plus convaincant. Un instrumental sombre et éthéré qui sort des sentiers battus et développe des ambiances toutes en nuances, voilà un finisher idéal qui laisse une impression de mystère, tel un indice qui viendrait brouiller les pistes avant la délibération et le verdict final. Osé.

C'est incontestable, il y a dans chaque recoin de cet "Origin of fire" une maturité dans la composition, une recherche du riff qui pique et tacle. Pas vraiment une surprise en soi puisque le batteur en chef M:A Fog a traîné ses guêtres dans une bonne dizaine de formations dont les chefs de file du Black canal historique que sont OPERA IX et MORTUARY DRAPE. Forcément, ça laisse des traces. A noter également deux featurings de marque qui s'ajoutent à l'addition. La moitié d'ABIGOR, P.K. se fend de quelques lignes de guitares et l'ex-un temps IMMORTAL Iscariah s'empare d'une partie des vocalises sur le puissant "On the trail of a serpent". C'est toujours ça de pris.

"Origin of fire" est au final un album de bonne facture, de ceux que l'on écoute plusieurs fois avec un certain plaisir, sans sourciller, avant de constater que son intérêt diminue pour le reléguer finalement au fond d'une étagère Expedit, entassé derrière une pile d'autres disques que l'on a aussi écouté sans sourciller. La faute peut-être une recette déjà éprouvée et sublimée par d'autres avant lui. Ou peut-être est-ce ce côté linéaire et nonchalant qui enquille les morceaux comme d'autres des chamallows sur une brochette. Dommage car l'éclair de génie délivré sur le dernier morceau laisse entrevoir d'autres horizons pour un futur plus radieux. Une piste à creuser ?





Rédigé par : TarGhost | 13/20 | Nb de lectures : 7882




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker