BLACKFINGER - Blackfinger (The Church Within) - 07/01/2014 @ 08h02
Loosers un jour, loosers toujours ? Malgré d’indéniables qualités musicales et surtout une paire de guitaristes d’une finesse hélas trop rarement ignorée, TROUBLE fait partie de ces ‘grands petits’ groupes qui n’ont jamais su dépasser le cadre d’un culte certes persistant (surtout en Scandinavie) mais mesuré. Et puis de toutes façons, derrière ils ont tout fait pour se torpiller, d’abord en signant sur les mauvais labels au mauvais moment puis ensuite en s’entredéchirant toujours au pire moment… D’ailleurs aujourd’hui en 2014, il n’y a non pas un mais trois TROUBLE en quelque sorte en activité. Il y a d’abord l’officielle qui ne compte plus dans ses rangs comme membres d’origine que les gratteux Rick Wartell et Bruce Franklin et qui vient de sortir un disque dans l’indifférence générale (‘The Distorsion Field’). Puis la vraie-fausse baptisée THE SKULL (du nom de leur deuxième album datant de 1985) et avec lequel leur premier chanteur Eric Wagner, le batteur Jeff Olson et le bassiste Ron Holzner ne jouent que des vieux titres des années 80 mais qui vient tout juste son intention d’en composer de nouveaux dans la même veine. Et puis enfin ce BLACKFINGER, où l’on retrouve (encore !) Wagner accompagné de jeunes inconnus dans un style rock/metal à consonance sombre (vous avez noté comme j’ai réussi à ne pas utiliser le mot ‘doom’ ?)… Ben justement très proche de TROUBLE tiens !

Même si j’avoue ne pas trop comprendre cet éparpillement, disons que si j’avais spontanément un choix à faire, je miserais plutôt mon argent sur THE SKULL car aussi talentueux qu’il puisse être, Wagner s’est toujours révélé être assez ingérable, sauf si bien entouré par de vieux amis comme Holzner sachant le canaliser. Et vu la platitude du dernier TROUBLE qui frise par moments le grunge (si) de série B… Or malgré son nom à la con et sa pochette disons oubliable, BLACKFINGER m’a surpris de façon positive, et pas forcément là où je l’attendais.

Alors pas de doute, la star ici reste bien Eric Wagner. Tout d’ailleurs est fait pour qu’il soit bien mis en valeur, du mix assez propret (très US) au style heavy racé qui convient si bien à sa voix voilée. Un titre comme « Here Comes The Rain » par exemple aurait largement pu échouer sur ‘Simple Mind Condition’(2007) par exemple… Sauf qu’il n’y pas photo, les duels d’harmoniques de ses anciens copains Wartell et Franklin et leur richesse harmonique manque parfois terriblement. En fait, en choisissant de bons mais discrets soldats pour seconder Môssieur Wagner, BLACKFINGER se scie lui-même un peu la branche sur laquelle il est assis car dans ses moments les plus lourds, on aurait aimé que tout cela décolle un peu plus et ne se contente pas que de resucées, des resucées bien branlées mais des resucées quand même.

Mais le schtroumpf avec ce disque éponyme, c’est qu’il sauve ses fesses de la façon la plus inattendue, c’est-à-dire dans ses moments les plus intimes. Les plus vieux qui se souviendront de LID, l’éphémère projet très BEATLESque qu’il avait lancé avec Danny d’ANATHEMA au milieu des années 90, seront heureux de retrouver par moments la même ambiance vaporeuse et délicate à travers les quelques semi-ballades (oui) que l’on retrouve sur ce disque. Notamment ce très délicat « As Long As I’m With You », où l’on retrouve uniquement en guise d’instrumentation une batterie, un piano et un violoncelle sans que jamais le tout prenne une tournure mièvre, ou « Keep Fallin’ Down » essentiellement acoustique. Vu que l’orientation des textes, mélange comme toujours de références bibliques heureusement discrètes et de spleen cherchant un absolu qu’il n’atteindra jamais, c’est dans ces moments là que BLACKFINGER, ou en fait Eric Wagner, touche d'un doigt quelque chose de vraiment enthousiasmant.

D’accord, j’ai pu peut-être paraître un peu dur un paragraphe plus haut. BLACKFINGER fait plus ou moins ce que l‘on attend de lui et il le fait plutôt bien, à défaut d’être transcendant. Mais on disait un peu la même chose de ‘Simple Mind Condition’, l’album de la reformation hélas complètement sabordé par leur dépôt de bilan peu après du label suédois qui l’avait sorti. Voire depuis les années 90, période où TROUBLE a commencé un peu dans la semoule… Mais bon, en attendant un hypothétique disque de THE SKULL, on va dire que de tous les prétendants à l’héritage, c’est celui qui, pour l’instant, s’en sort le mieux.

http://blackfinger.net/ - 203 visite(s)

facebook - 90 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 14/20 | Nb de lectures : 11304




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker